C’est quoi, votre diplôme ?

Guérisseur, est-ce un métier d’avenir ?

Aucune idée, mais je puis vous dire qu’il en est des métiers comme des modes : ça va, ça vient…

 

Dans nos pays, aujourd’hui, on ne trouve plus beaucoup (et c’est un euphémisme) de bourreaux ou d’inquisiteurs (même si certains souhaiteraient que ces professions soient réhabilitées)…

Point non plus d’allumeurs de réverbères dans nos rues.

Les aumussiers ne courent plus non plus les rues.

Et les barbiers-chirurgiens n’existent plus que dans les pièces de théâtre.

Depuis des siècles (et même depuis seulement quelques décennies), des professions disparaissent pour laisser la place à d’autres.

 

Ci-dessous, quelques métiers qui semblent voués à une fin plus ou moins rapide.

Pour tout un tas de raisons.

Parce que l’on n’en a plus autant besoin, parce que le métier n’attire plus personne, parce que la profession change de forme, …

 

Le cabinet de recrutement Career Cast vient de dresser la liste des dix métiers les plus menacés en 2015 (les 10 plus menacés sur 200 professions passées à la loupe).

 

Le facteur sonne toujours deux fois, et bientôt, il ne sonnera plus du tout : en tête de ce classement des métiers en voie de disparition, avec un taux de croissance négatif de -28% en 2015, les facteurs montent sur la première marche du classement des métiers les plus menacés.

En deuxième et troisième positions, ex-æquo avec un taux de croissance de -19%, les releveurs de compteurs et les agriculteurs.

Arrivent ensuite les journalistes « papier », avec une croissance négative de -13%.

Puis les bijoutiers (-10%) et les gardes forestiers (-9%).

Viennent ensuite les hôtesses de l’air et les stewards (-7%).

Les techniciens de forage ex-æquo avec les souscripteurs en assurance (-6%).

Et enfin les tailleurs et les couturiers (-4%).

 

De l’autre côté du classement, les métiers d’avenir sont des métiers pour lesquels il est demandé d’avoir la bosse des maths !

Les plus demandés sont les actuaires (ceux qui trifouillent dans les statistiques et les probabilités des assurances).

Puis les mathématiciens en général, les statisticiens, et les analystes de données.

 

C’est quoi, votre diplôme ?

Bon week-end !

 

 

 

Advertisements

2 réflexions sur “C’est quoi, votre diplôme ?

    • Hé bien, quand on y réfléchit deux secondes, à quoi servent les facteurs ? Hormis un certain rôle social (dont je ne suis même plus certain de l’existence de nos jours)…
      À apporter le « courrier », c’est-à-dire des lettres et des colis.
      Pour tout ce qui est la partie « lettres », il y a déjà aujourd’hui la possibilité de tout recevoir par Internet, depuis les e-mails qui remplacent les lettres (entre particuliers, entre commerçants et clients, courriers officiels, …, et il y a même déjà eu des gens qui se sont fait licencier par SMS) jusqu’à sa déclaration d’impôt ou de TVA (sur « tax on web »)…
      Pour tout ce qui est « colis », la plupart de ceux-ci sont déjà livrés par des sociétés indépendantes, ou doivent être retirés dans des magasins, … et l’on est en train de tester la livraison par drones…
      Remarque : aller à la poste ? C’est régulièrement déjà le cas pour les recommandés et les colis : souvent, le facteur dépose un « avis » signalant que « je me suis présenté chez vous mais vous n’étiez pas là » (alors que je m’arrangeais pour être présent quand j’attendais des colis ou du courrier important)…
      Ha, oui, il reste le journal… Que l’on consulte de plus en plus souvent sur Internet pour notre quotidien… Et pour les journaux publicitaires, ça fait longtemps que ce sont des sociétés indépendantes qui le déposent !
      Personnellement, cette année-ci, je n’ai pas encore vu un facteur une seule fois (sauf quand je le croise en voiture dans les rues d’Ermeton, mais je veux dire que je n’ai pas encore eu besoin d’un facteur « physiquement » à mon domicile cette année). Le verrai-je pour les étrennes ?
      Belle journée à toi, Masitre Léo…
      Vais me plonger dans mes traductions, maintenant…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.