Mail me !

 

Un article qui n’a, de prime abord, rien à voir avec la santé (ce blog est un blog qui parle, « principalement » de « santé autrement », mais pas « exclusivement »).

Un article qui parle de formule de politesse à la fin des mails…

 

Il existe deux écoles.

L’une, plutôt américaine, qui voudrait que l’on termine un e-mail de la même manière que l’on termine une conversation instantanée sur messenger, c’est-à-dire par … rien.

L’autre, plutôt européenne, qui dit que se fendre d’une formule de politesse à la fin d’un e-mail, ma foi, c’est la moindre des politesses…

Et comme vous êtes, pour la plupart des lecteurs de ce blog, européens, je parie que vous aimez bien ajouter une petite phrase sympa à la fin de vos messages…

Mais faut-il pour autant raconter n’importe quoi, à la fin de vos courriels ?

Pas sûr…

Petit tour de table de ce qu’il vaut mieux éviter, et de ce qu’il vaut mieux privilégier (bon, après, c’est vous qui voyez, hein).

Et pour ce faire, je fais appel à Sylvie Azoulay-Bismuth, qui est consultante, formatrice et auteur du bouquin « Être un pro de l’e-mail » paru aux Éditions Eyrolles…

 

1. Les phrases cavalières

“Vous remerciant par avance pour votre réponse”. “Merci de me faire parvenir le devis”… Ces phrases traduisent un ordre et pas une demande.

Privilégiez plutôt : “avec mes remerciements”, “je vous en remercie”, ou, si la réponse arrive après plusieurs échanges de mails, un simple “Merci.”

 

2. Les formules bateaux

“Restant à votre disposition pour toute information complémentaire”. Des phrases tellement attendues que plus personne ne les lit.

 

3 Les phrases inutiles

“Bonne réception” n’apporte rien non plus. Nous ne sommes plus au temps des pigeons voyageurs. Aujourd’hui, il y a peu de chances que la personne n’ait pas reçu l’ e-mail. C’est l’une des dernières phrases que le lecteur voit. Ne gaspillez pas d’espace pour ne rien dire.

 

4. Le verbe “espérer”

“Espérant avoir une réponse sur cette commande”. L’espoir, ce n’est pas très professionnel. Il vaut mieux opter pour le verbe “souhaiter”.

 

5. Les formules négatives

“N’hésitez pas à me contacter”. Il faut penser à l’impact des formules sur le lecteur. Il y a une négation et un verbe à connotation négative. (1)

Inconsciemment , le lecteur risque d’avoir l’impression que vous n’avez pas très envie de lui répondre. Même constat pour “nous ne manquerons pas de vous recontacter”. Par contre, “Sachez que vous pouvez nous contacter” ou encore “Nous vous invitons à nous contacter” fonctionnent bien.

 

6. Les abréviations

Oubliez le “CDLT” pour cordialement ou “SLT” pour salutations. Des abréviations discourtoises qui peuvent être très mal prises. A l’oral, on peut se rattraper.

A l’écrit, c’est plus compliqué. Même s’il reste moins formel que la lettre, l’e-mail reste un message écrit dont on garde une trace.

(2)

 

7. Le « respectueusement » hypocrite

Rien ne sert de se fendre d’un “respectueusement”, si on ne respecte pas la personne contactée. Les mots ont un poids. Il faut essayer de les utiliser à bon escient.

 

8. Le « Cordialement » à toutes les sauces

“Cordialement” d’accord (3) ! Mais pas à tout bout de champ. Si vos relations avec la personnes sont bonnes préférez “Cordiales salutations”, “Bien sincèrement”, “Bien courtoisement”.

Pour un directeur, “Recevez mes sincères salutations” ou plus simplement “Sincères salutations” conviennent.

Sans le désuet “je vous prie d’agréer…”. La formule choisie doit surtout refléter le ton de l’email. Si vous n’êtes pas content, optez pour un très sec “Salutations distinguées”.

 

9. Les formules farfelues

“Sportivement”, “Artistiquement”, conviennent dans certains contextes mais il ne faut pas que cela soit déplacé.

Quand un employé d’EDF signe “électriquement” par exemple. Il ne s’agit pas de faire rire le lecteur et de perdre toute crédibilité. On ne sait pas dans quel état d’esprit il se trouve à la lecture du mail. (3bis)

 

10. Le gros placard plein de couleurs en guise de signature

Rester simple dans sa signature. Mettre son nom, la société pour laquelle on travaille, sa fonction et ses coordonnées. Quand il y a trop d’éléments, trop de couleurs, trop de dessins, cela devient illisible.

 

– – – – – – –

(1) Rhaaa, ces gens qui ne parlent qu’au négatif ! Bon, ok, si l’on a inventé une forme négative, c’est pour s’en servir, mais avec parcimonie (et vous remarquerez qu’ici, j’ai, par exemple, utilisé une formule positive – s’en servir avec parcimonie – au lieu d’une formule négative qui aurait pu être « vous pouvez vous en servir, mais pas à tout bout de champ » : quand il existe une forme positive, utilisez-la). Et c’est valable ailleurs que dans le courrier : j’ai une cliente qui, à la simple remarque « il fait beau, hein ? » est incapable de répondre autrement que par une double négation du genre « je ne sais pas s’il ne va pas pleuvoir » !

(2) Dans le même ordre d’idées, ne raccourcissez pas trop en restant dans le vague, comme par exemple avec un « Nous vous serions reconnaissants de répondre le plus rapidement possible » qui laisse le lecteur dans le doute. Doit-il répondre dans la journée, dans la semaine, dans le mois ? Fixez des échéances précises. Par exemple, « Veuillez me donner une réponse idéalement avant le 25 juin ». Bon, ok, ça peut être vu comme pressant mais parfois c’est nécessaire pour une commande, un devis, …

(3) et (3bis) Dans le genre farfelu, évitez aussi les jeux de mots… C’est ainsi qu’il existe un mot qui hérisse le poil de l’ancien élève de « latin-grec » que j’étais, et que je rencontre régulièrement. Pourtant, il provient d’une louable intention… C’est le terme « coeurdialement » ! Les gens qui usent de ce néologisme ne semblent apparemment pas au courant que, dans « cordialement », on retrouve la racine « cor, cordis » qui signifie, en latin, … cœur ! « Cordialement » signifie donc DÉJÀ quelque chose comme « de tout cœur avec vous » : inutile de pondre un nouveau mot pour dire exactement la même chose…

 

Et vous ? Comment terminez-vous vos e-mails ?

 

feuille

Bon repas à tous ceux qui participent au pique-nique ce 15 juillet à Villers-la-Ville !

 

 

 

Advertisements

6 réflexions sur “Mail me !

  1. Bon petit rappel Eric 🙂
    A peu près comme tu dis, mais bon je n’ai pas de mérite 😉 j’écrivais des lettres, et des lettres dans mon boulot et les formules de politesses où il faut savoir : laquelle, à qui et pourquoi, et ça s’apprend 😉
    Pour le mail c’est le même topo mais effectivement en plus court! 😉

    Très Cher Eric, reçois mes très cordiales salutations et mes sentiments les meilleurs 😛 😆

    Aimé par 1 personne

  2. avec mes remerciements, et Restant à votre disposition pour toute information complémentaire, j’espère avoir l’impression que vous n’avez pas très envie de lui répondre,
    cordialement Et respectueusement bien sur ! avec le maximum d’humour qu’il soit possible de mettre dans ce message en vous souhaitant bien sûr une excellente fin de journée, en attendant votre prochain excellent mail .
    SLT ));

    J’aime

  3. salutations mon cher néric, lol…..moi si c’est a une copine je termine toujours par une bétise, si c’est un con c’est une autre histoire lol, mais je mail rarement …j envoie des messages par texto avec plein de petites choses sympa, bisous bisous, et cordialement ,bien a toi(mdr)

    J’aime

  4. Je choisis toujours soigneusement mes formules de fin : ma formation de secrétaire prend toujours le dessus, mais d’une façon plus « moderne ». 🙂
    Bon jeudi, Eric
    Bisoux rafraichissants.

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    J’aime

  5. Cordialement, bea ou dernièrement j’ai choisi un peu plus que cordialement alors j’ai mis…et c’était le cas, « sincèrement' » sur un mail que j’ai fait en réponse à une note de colère faite par un médecin à ses confrères et qui nous a été transmise.
    Quand je n’ai pas envie de faire la bise et que le cordialement est trop sec, je mets, » bien à toi » ou « bien à vous »

    J’aime

Les commentaires sont fermés.