PERDRE LA GRAISSE

 

Je vais jouer au paresseux, aujourd’hui, et vous proposer un article que je n’ai pas écrit.

Il a été écrit par un confrère naturopathe que j’estime énormément…

Voici dont cet article qui a été publié le 23 mai 2015 par « boisvert », et si vous souhaitez le lire « chez lui », il vous suffit de cliquer ici

Profitez-en pour vous inscrire à sa newsletter…

 

Jusqu’à aujourd’hui on vous a fait croire que pour perdre la graisse il fallait manger moins gras. Cela avait l’air assez logique comme raisonnement mais en fait, dans l’organisme, cela ne se passe pas tout à fait comme cela. Il faut se situer au niveau des cellules puisque nous sommes une montagne de cellules, et, même mieux, nous sommes une montagne de mitochondries.

 

Ce sont en effet nos mitochondries, ces usines à l’intérieur de nos cellules, qui consomment des éléments pour nous redistribuer l’énergie. (l’ATP ou Adénosine triphosphate).

 

Ce que nous voulons c’est optimiser nos niveaux d’énergie, bien sûr, mais surtout avoir des muscles bien saillants, débarrassés de la graisse qui gêne leur fonctionnement, en deux mots, nous voulons être beau, mince, musclé, et en bonne santé. Pas de place pour de la graisse disgracieuse, gênante, lourde, mais nous voulons avoir de l’énergie à revendre malgré tout.

 

Nous allons nous placer donc au niveau de nos mitochondries pour survenir à leurs besoins sans accumuler de la graisse.

 

Vous le savez depuis quelques temps déjà, Ces mitochondries ont deux sortes de nourriture. Les glucides et l’oxygène, et en cas de pénurie de glucides, ce sera, corps cétoniques (à partir du gras) et oxygène.

 

Lorsque vous apportez à ces mitochondries une alimentation riche en glucides, elles vont se nourrir de cela en priorité. Résultat, la graisse de l’alimentation ne sera pas utilisée et donc elle va être stockée. Même s’il y en a peu parce que vous ne voulez pas grossir, cette petite quantité va être gardée en réserve, vous allez donc accumuler du gras.

 

Le malheur c’est que les glucides sont très addictifs et, plus on en mange, plus on en a besoin. C’est l’insuline qui entre en jeu et l’effet yoyo de sa sécrétion. Une consommation de glucide entraîne un pic d’insuline en réponse, et 3 heures plus tard, un taux faible d’insuline dans le sang, qui appelle donc à consommer rapidement une dose de glucides pour stabiliser le taux sanguin d’insuline. C’est un cercle vicieux, le sucre appelle le sucre, sinon c’est l’hypoglycémie, la fringale, la fatigue. Vous avez compris, sucre égale gras, et non pas, gras égale gras.

 

En conséquence, nous allons mettre nos mitochondries au régime maigre en glucides, de sorte qu’il ne leur reste qu’une solution, c’est se nourrir des graisses apportées par l’alimentation et à partir de celles que vous avez stockées précédemment. Vos mitochondries savent faire, puisque pendant plus de 2 millions d’années nos ancêtres ne leur apportaient pratiquement que cela. L’abondance de glucides, ils ne connaissaient pas, et ils étaient bien obligés d’être en cétose perpétuelle. Leur énergie, ils la tiraient des graisses et non des glucides. Leur organisme est adapté à cette forme d’alimentation et donc le notre également. Rien n’a changé dans notre corps en si peu de temps.

 

Si peu de temps, parce que l’avènement de l’agriculture ne date que de 10.000 ans environ ce qui est une goutte d’eau par rapport à l’évolution. Pour avoir une idée un peu plus précise et qu’on réduise en jours la durée de l’humanité, on peut dire que pendant 249 jours l’homme a vécu à partir des graisses, et que le 250ème jour, il s’est nourri à partir du glucose, l’organisme ne peut plus suivre , il n’est pas adapté à cette nourriture. On voit apparaître de nombreuses maladies qui ont toutes une cause commune, une alimentation inadaptée.

 

Curieusement nos mitochondries privilégient le glucose plutôt que les graisses lorsqu’elles ont le choix. On dirait qu’elles aussi, elles sont accro au sucre. Il n’y aurait aucun mal à consommer des aliments glucidiques (les sucres lents, tout de même, qui sont moins nocifs), si vous utilisiez en activité physique, la quantité de glucides que vous avez consommé. Mais l’organisme ne fonctionnant qu’en mode glucidique, vous pourriez encore stocker le peu de graisse que vous auriez consommé. Donc il est impératif de fonctionner en cétose, vos mitochondries mangent vos graisses et n’ayez aucune crainte, elles aiment cela, vos cellules aussi et vos muscles également. La graisse stockée est une entrave au bon fonctionnement de tous nos organes.

 

Pour les sportifs, toujours soucieux d’avoir un bon stock de glycogène dans leurs muscles, il n’y a aucun souci à avoir car, tout d’abord, le stock n’est pas bien gros et il est très vite utilisé lors de l’effort, et par ailleurs, rien n’empêche en vue d’un sport d’endurance de longue durée (marathon), de consommer un peu de glucide lent pour le stocker dans les muscles. C’est précisément dans ces sports d’endurance que votre organisme va se nourrir de vos graisses stockées si vous ne lui apportez pas des glucides pour l’occasion.

 

Vous l’aurez compris aussi, moins vous consommez de glucides et plus vous allez perdre la graisse corporelle et, dans ce sens, le régime cétogène est encore plus efficace que le régime paléo. Nous parlons ici de perdre la graisse stockée et c’est seulement dans ce sens qu’il vaut mieux utiliser le régime cétogène.

 

Petit rappel : en dessous de 40 grammes de glucides c’est le régime cétogène, et jusqu’à 150grs de glucides c’est le régime paléo, pour une alimentation plus équilibrée. Dans le régime cétogène la part des graisses est beaucoup plus importante au dépend des glucides, 80% graisses, 15% protéines et 5% glucides. Dans le régime paléo, c’est 50% légumes et fruits, 15% protéines et 35% bonnes graisses.

 

N’ayez crainte nos organes et principalement le cerveau, auront suffisamment de glucose pour fonctionner et même pour mieux fonctionner. Notre organisme sait fabriquer du glucose, il va produire ces fameux corps cétoniques, à partir des graisses stockées, (la cétose) et voilà, le tour est joué, nous allons fonctionner comme nos ancêtres, privilégier le muscle, la masse maigre, et supprimer les encombrants, la graisse, pour obtenir un rendement maximum.

 

Adieu la graisse abdominale, adieu les poignées d’amour, et bonjour les tablettes de chocolat, c’est bien ce que vous vouliez ?

 

.

Advertisements