Je travaille à Poil !

Si quelqu’un vous annonce cela, n’en concluez pas trop vite … certaines choses. Il s’agit peut-être de quelqu’un qui a son lieu de travail dans le village de Poil (une petite commune de France, dans la Nièvre). Ou peut-être pas…

poil

À poil, tout le monde à poil, les petits, les grands, les bons, les méchants ♫

Ça, c’est le texte d’une chanson de Pierre Perret.

Mais ça pourrait aussi être le texte du discours de David Taylor.

 

Qui ça ?

David Taylor…

David est un « psychologue d’affaires » américain.

Après étude du comportement des employés de différentes sociétés, il a conclu que…

… (attendez, je passe à la ligne, et je vais le mettre en caractères gras) …

travailler nu est bon pour le moral !

Hein ?

Oui, ma brave dame, c’est comme ça !

Travailler nu améliore grandement le moral des équipes.

 

En 2009, David Taylor avait déjà encouragé les « Naked Fridays » pour améliorer le moral de son équipe.

 

Les … quoi ?

Les « vendredis nus », en anglais…

Il s’agit de donner la possibilité à ses employés de venir travailler nus les vendredis. Une idée que certains coincés trouvent évidemment plutôt farfelue (mon dieu, et les conventions, et la morale, dans tout ça…), mais qui a séduit certaines entreprises de la Silicon Valley (et d’autres un peu partout dans le monde).

 

David Taylor expose l’exemple de la société Bold Italics dans laquelle les dirigeants ont proposé cette expérience dans leurs bureaux de San Francisco.

« Avant », les collaborateurs n’avaient pas assez d’esprit d’équipe et travaillaient trop chez eux. Mais ça, c’était « avant »… Parce que « après », et bien que – logique quand même, vu le manque d’habitude – les premières minutes de l’expérience soient plutôt « inconfortables », les effets constructeurs n’ont pas tardé à apparaître. Selon une flopée de témoignages positifs, travailler nu améliore la productivité, la créativité et la communication au sein de l’équipe des employés.

Tout simplement parce qu’en laissant tomber le vêtement, les employés laissent également tomber leurs inhibitions, ce qui les pousse à se parler plus ouvertement et honnêtement, et ce qui fait finalement baisser le stress au travail !

 

Je suis assez d’accord avec David … tout en n’oubliant pas que tout le monde n’est pas prêt pour ce genre de vie.

Si, en Californie, la culture du corps … et un peu le climat quand même(1) … font que le nombre de centimètres carrés de peau visible est généralement assez impressionnant, en d’autres lieux, les gens sont plus « coincés » vis-à-vis de la nudité, parce que, pour certains, un corps nu ne peut se montrer que dans un cadre intime, et/ou est en rapport avec la sexualité.

 

La question du jour : seriez-vous prêt (dans de bonnes conditions(2), évidemment) à « tomber la veste » (et le reste) dans le cadre de votre travail ?(3)

Et la question subsidiaire multiple : comment réagiriez-vous si un membre de votre entourage venait vous annoncer qu’il travaille nu (ou qu’il va en vacances dans un endroit naturiste) ? Seriez-vous horrifié ? Scandalisé ? Le traiteriez-vous de pervers ? De dépravé ? Le rayeriez-vous de la liste de vos amis ? Ou trouveriez-vous cela … naturel ? Après tout (et là, je m’adresse surtout aux mamans et aux papas qui ont assisté à la naissance de leurs enfants, vu que les autres ne sont peut-être pas au courant), a-t-on déjà vu un enfant naître tout habillé du ventre de sa mère ?

 

Bon, je vous laisse, j’ai du travail en retard…

travail nu

 

 

———————-

(1) Le climat oui, un peu, mais, bon, quand on voit que, dans les pays nordiques, il est tout-à-fait normal d’aller nu dans un sauna avec une flopée de personnes dans la même tenue, on se rend compte qu’il s’agit quand même plus d’une question de mentalité que d’une question de climat…

(2) C’est clair que je vous vois mal travailler nu en tant que pompier, par exemple, ou, dans une autre plage de conditions extrêmes, en tant qu’employé dans la chambre froide d’une grande surface. Pas question non plus de « tomber la veste » (et le reste) quand les circonstances exigent une tenue de protection contre des produits toxiques, par exemple… À noter aussi qu’il s’agit d’être nu au travail … entre collègues, et pas en contact avec une clientèle … nuance ! Quant à l’hygiène, ma foi, cela dépend : c’est clair que si vous travaillez dans une cuisine et que vous êtes du genre plutôt « orang-outan » (bonjour, Pierre), mieux vaut éviter de mettre des poils partout dans les casseroles, mais dans l’absolu, si vous vous êtes lavé, il n’y a pas de raison que certaines parties de votre corps soient plus sales que d’autres, cette « saleté » étant souvent une « saleté morale » plutôt qu’une saleté réelle… Quand j’entends parfois un parent dire à son jeune enfant qui met sa main sur son sexe « Touche pas à ça, c’est sale », je ne peux m’empêcher de demander « Pourquoi ? Il/elle ne s’est pas lavé(e) aujourd’hui ? »…

(3) Mais peut-être le faites-vous déjà ? Seul(e) chez vous, voire avec des collègues ? Personnellement, il m’arrive de ne pas être habillé (selon les circonstances climatiques : on n’est pas en Californie, ici) quand je suis devant mon ordinateur pour écrire mes articles…

 

 

 

Advertisements

17 réflexions sur “Je travaille à Poil !

  1. Il suffit d’aller passer une semaine (ou plus ) de vacances dans un centre de vacances naturiste pour comprendre « très » vite que l’idée que l’on se fait de la nudité est  » malhonnête  » !
    Je n’ai jamais entendu dire qu’ils y avaient expulsé un pervers qui s’y serait glissé !
    Alors si la température le permet et le respect de la pudeur de ses voisins bien sûr !

    J’aime

    • Le problème, c’est que certains centres naturistes sont malheureusement plus des centres échangistes que des centres familiaux.
      Mais dans les « vrais » centres naturistes (ou « naturiste » signifie « vivre en accord avec la Nature », et non simplement « vivre nu »), la perversité n’a pas sa place. Pas plus que dans toute autre société, d’ailleurs…
      J’aime « vivre avec la Nature », mais les « transports en commun » (si vous voyez ce que je veux dire 😈 ), par contre, ça ne m’intéresse que moyennement (à dire vrai, ça m’intéresse tellement peu qu’à 54 ans, je n’ai jamais essayé).

      Aimé par 1 personne

    • La pudeur n’existe pas naturellement…
      C’est notre civilisation qui nous a malheureusement inculqué que la nudité était « mal »…
      Tu prends un gosse élevé 100% dans un monde naturiste, si personne ne lui explique (ou lui fait comprendre, pas besoin de l’exprimer oralement : les gestes, les regards valent tous les discours) que la nudité serait « perverse », il va vivre nu sans se poser de question…

      Aimé par 1 personne

  2. Je suis naturiste et vais dans un VRAI centre naturiste : CHM 33
    Je suis très souvent nue chez moi et c’est comme ça que je me sens le mieux.
    Certains vêtements sont bien plus provocants que la nudité. 🙄 😈
    Bon week end, Eric.
    Bisoux … mouillés.

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    Aimé par 1 personne

    • Ho oui, certains vêtements sont plus provocants que rien du tout !
      Et pour ceux qui ne connaissent pas le « CHM 33 », c’est le plus ancien centre naturiste de France (et peut-être même d’Europe, voire du monde entier).

      J’aime

  3. Si j’en ai l’opportunité, je pratique le naturisme (pas le nudisme ça en général ce sont plutôt les exhib!), et surtout pas en club, mais là où c’est quand même permis, la grande plage de Boduc en Camargue, complètement sauvage là oui et c’est en famille. Depuis mon jeune âge beaucoup de sport, de camping alors comme on dit pas de chichi, de fausse pudeur, juste le respect des autres et voilà.

    Il y a un pays enfin, il y avait un pays qui n’existe plus, la Yougoslavie, maintenant ce serait en Croatie, les gens pratiquaient le naturisme partout en famille, la grand-mère, les parents, les gamins, etc. et pas en endroits prévus pour, non là où ils ont envie et des gens modestes, pas des « bobo »!

    J’aime

    • Bin, en Belgique, avec les soixante kilomètres de plages sur toute la côte, on a royalement UNE plage naturiste à Bredene depuis le passage à l’an deux mil !
      Et vu le climat, on a l’occasion d’y aller en moyenne onze jours et demi sur l’année … mais pas d’affilée ! 👿
      Donc, difficile, si l’on veut se baigner un peu, de ne pas passer par des clubs qui, eux, louent des piscines communales pour permettre de « tomber le maillot » une heure ou deux chaque semaine…
      À la piscine de Jambes, par exemple, à 20 bornes de chez moi…
      Ou alors, il faut être millionnaire et avoir son château avec un parc privé dans lequel on fait construire une piscine… 😦

      Aimé par 1 personne

  4. pour moi les amères loques ont quelque chose qui ne tourne pas bien dans leur cerveau, s’il faut qu’ils retirent leurs fringues pour enlever leurs inhibitions, c’est qu’ils sont coincés c’est tout

    J’aime

    • Bin, c’est quand même un des premiers principes du mouvement naturiste : à poil, tout le monde est égal…
      Un peu logique qu’une partie des inhibitions tombent en même temps que la veste, non ?
      Enfin, ce me semble.
      Je ne suis ni psychologue ni sociologue de métier … et ne peux pas me prononcer quant à l’utilité, ou pas, de travailler nu quand on n’est pas initialement naturiste … puisque je suis déjà naturiste depuis toujours (ou presque). Mais j’imagine bien qu’une personne qui pourrait être intimidée, par exemple, par son chef de service, le soit nettement moins s’il le voit en tenue d’Ève ou d’Adam.
      De nos jours, il y en a de moins en moins, mais voici quelques décennies, quand des explorateurs découvraient une tribu de « sauvages » qui vivaient nus, la différence se voyait immédiatement dans le comportement entre les « naturistes » et les « textiles ».
      Bon, cela dit, oui, bon nombre de gens sont des « coincés », je suis bien d’accord…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.