En bref, on continue !

 

Une petite histoire de (mal)bouffe, de chaleur dans le nord, et de (mal)bouffe-pas-si-mal-que-le-prétendent-les-médecins, ça vous dit ?

Ok, c’est parti !

*

C’est un charlatan une étude de l’Université de Georgia, à Atlanta aux USA qui le dit : les conservateurs alimentaires causent diabète, obésité ou maladie de Crohn !

Andrew Gewirtz et ses confrères ont testé 15 émulsifiants, tous autorisés par les autorités.

Conclusion : ces produits chimiques ont bel et bien un impact sur la santé ! Pour une fois que ce n’est pas moi qui l’affirme…

Par exemple, le carboxyméthylcellulose (le E466 sur l’étiquette de vos produits) et le polysorbate-80 (E433) provoquent l’obésité et des problèmes métaboliques comme l’intolérance au glucose. Et je passe le détail des autres produits et de leurs effets…

Apparemment, c’est en modifiant la flore intestinale que ces booooons produits chimiques causent maladies inflammatoires (par exemple, maladie de Crohn, recto-colite ulcéro-hémorragique, …), diabète et obésité.

Ce qui est comique, c’est que les z’autorités « de santé » (ha ha) estiment les émulsifiants sans risque, en se basant sur le fait qu’aucune preuve n’indique qu’ils augmenteraient les risques de cancer ou qu’ils soient toxiques. Bin maintenant, c’est fait…

*

Et tant qu’on est dans les problèmes de santé provoqués par les saletés chimiques ajoutées dans les produits industriels, mais problèmes non reconnus par les z’autorités « de santé », en voici encore un bel exemple :

En 2014, des chercheurs du Weizmann Institute (en Israël) on démontré que des édulcorants artificiels pouvaient être la cause de changements métaboliques (obésité ou diabète) en modifiant la flore intestinale chez les souris sur qui on a d’abord testé les produits, puis chez les hommes. Là aussi, pour une fois que ce n’est pas moi qui l’affirme…

Mais comme l’étude est encore en cours (et devrait porter sur plusieurs années), pas une de ces prétendues z’autorités (autoproclamées) « de santé » ne prend la décision d’interdire ces saletés !

Dame, c’est que ça rapporte, ces booooons produits chimiques !

D’abord, ça rapporte quand on les vend. Et ensuite, ça rapporte … quand il faut vendre des autres produits chimiques (on appelle ça des « médicaments ») pour « soigner » les maladies causées par les premiers produits !!!

*

Aimez-vous la chaleur ?

La forte chaleur ?

Non ? Moi non plus…

Et pourtant, …

Une étude effectuée en Finlande et publiée lundi 23 février 2015 aux USA dans la revue médicale JAMA Internal Medicine explique avoir constaté une réduction spectaculaire des risques de décès par maladie cardiovasculaire chez les hommes se rendant quasi quotidiennement au sauna.

Pourquoi, on n’en sait rien…

Les chercheurs émettent comme hypothèse (une parmi d’autres) que le bénéfice du sauna sur la santé cardiovasculaire serait peut-être dû à un mode de vie qui permet de passer plus de temps à se relaxer…

Peut-être…

Mais en attendant, aller plusieurs fois par semaine au sauna fait vivre plus longtemps et en meilleure santé.

En tout cas, chez les 2.315 hommes entre 42 et 60 ans qui ont été observés sur une période de 21 ans : 22% de risque en moins de faire un infarctus mortel chez ceux qui vont 2-3 fois au sauna, et 63% en moins pour ceux qui y vont 4-5-6-7 fois, par exemple.

Le risque d’insuffisance cardiaque baisse de 23% (2-3 fois par semaine) et 48% (4 à 7 fois par semaine).

Une chose apparemment importante : le rythme hebdomadaire compte, mais aussi le temps passé au sauna. Exemple, le risque de décès par crise cardiaque est 7% plus faible chez les hommes qui restaient de 11 à 19 minutes dans le sauna par rapport à ceux qui y restent moins de 11 minutes, et ceux qui y restent plus de 19 minutes voient le risque diminuer de 52% !

Oui, mais, j’ai fait un infarctus voici une dizaine d’années, donc, je ne peux pas aller au sauna…

Ou, variantes « je souffre d’hypertension », ou « je fais de l’insuffisance cardiaque »…

Hé bien, non ! Pas nécessairement !

C’est vrai que ces bains de chaleurs sèches (à ne pas confondre avec le hammam qui est un bain de vapeur) sont généralement déconseillés à ceux qui sont atteint d’une maladie cardiovasculaire. Parce que la chaleur augmente le rythme cardiaque (à noter que cette augmentation du rythme cardiaque est une des autres hypothèses pour expliquer les bienfaits du sauna, faisant d’une séance de sauna un sorte de séance de sport léger). Mais des études récentes ont démontré que si ces maladies sont stables et bien maîtrisées, le sauna peut se pratiquer sans risque. Parlez-en à votre cardiologue…

*

Tout le monde le sait (du moins, tout le monde … qui lit ce blog), mais pour faire plaisir aux gens qui ne jurent que par les études scientifiques réalisées par des gens qui ont un beau diplôme, voici une info qui confirme ce que je vous raconte depuis un bon moment :

Non, le cholestérol dans les aliments n’est pas une menace pour la santé !

Oui, vous pouvez, comme les Anglais le faisaient jadis, manger votre œuf (ou vos deux œufs) chaque matin, même s’il y a trois deux-cents points de cholestérol dans le jaune d’œuf !

Des experts américains ont enfin compris que la sédentarité ou une alimentation déséquilibrée étaient plus dangereuses que « manger du cholestérol » !

Et donc, après cogitation intense, et après épluchage d’études qui prouvent que le cholestérol avalé dans son alimentation n’est pas responsable des infarctus et des AVC, un comité de quatorze médecins, nutritionnistes et experts de la santé ont conseillé au Ministère de la Santé des USA de modifier les réglementations en la matière.

Exemple, les aliments qui contiennent « du cholestérol » ne devront plus être étiquetés avec des avertissements indiquant une teneur élevée en cholestérol.

Autre exemple, l’argument « sans cholestérol » qu’on voit sur certaines pubs devraient aussi disparaître petit-à-petit.

Dernier exemple : plus question de conseiller aux gens de ne pas consommer plus de 300 milligrammes de cholestérol par jour, ce qui correspond en moyenne à une centaine de grammes de beurre, ou bien un gros ou deux petits œufs, ou encore un steak de trois cents grammes.

Chouette, alors ! Je vais pouvoir manger mes hamburgers et mes saucisses à volonté !

Non.

Parce que le cholestérol n’est peut-être pas responsable de votre future crise cardiaque, mais les « mauvaises graisses » contenues dans la malbouffe (burgers, saucisses, plats préparés, …), elles, sont responsables des ennuis cardiovasculaires ! Et donc, ok pour plusieurs œufs par jour (sans « mauvaises graisses »), mais pas pour le pavé de steak de 300g (avec mauvaises graisses, surtout si on le fait cuire dans une mare de beurre).

Mais c’est une autre histoire…

Tiens, au fait, et chez nous ? Quelle est la recommandation officielle des hautes z’autorités « de santé » en ce qui concerne le cholestérol ?

*

 

Bon appétit !

Bon vendredi 13 !

 

 

 

Advertisements

26 réflexions sur “En bref, on continue !

  1. Bonjour.
    Le cholestérol<est fabriqué par le FOIE au fur et a mesure pour fabriquer des membranes cellulaires ! C'est de la biologie de base.
    C'est l'accumulation de cellules avec des membranes durcies par des métaux lourds (aliment ou vaccins …) dans les parois des vaisseaux qui pose problèmes en cas de "relargage" attention dans les virages et rétrécissements !
    Votre cholestérol alimentaire n'est que" très relativement " en cause car il va être métabolisé par le système digestif et servir aussi à fabriquer les gaines de myéline du cerveau !
    Donc un minimum de cholestérol est nécessaire .
    Et puis il y a celui qui à servi et celui qui va servir (HDL? LDL ?)
    Suivant ses problématiques personnelles de "territoire(s) "on" aura plus ou moins besoin de cholestérol circulant dans le système sanguin et suivant le jour, et l'heure de la prise de sang les variations peuvent être très sensibles .
    Bonne santé quand même.

    J’aime

  2. Justement, mon cardiologue me faisait remarquer que j’avais, en fait, trop de MAUVAIS cholestérol (LDL) par rapport à mon BON cholestérol (HDL), car ce dernier devrait avoir 1/3 du premier au moins…
    Donc, même si je n’ai ai pas beaucoup trop au total (218 je crois), ce rapport 1/3-2/3 n’était pas atteint, et je devais donc tout de même faire des efforts pour diminuer le « mauvais »…
    Comme je refuse les statines (qui m’ont fait des ennuis rhumatismaux), et qu’il n’y a que ça d’après lui qui le diminue efficacement, je dois faire des efforts sur l’alimentation !

    Tu peux me conseiller un peu, là, Eric ?
    Merci, et bonne soirée de vendredi 13 ! (tu as aussi joué au Loto ?)

    J’aime

    • Ben je ne sais pas si ça marche chez tout le monde, mais mon père et moi avions le même problème, et moi au lieu de diminuer les graisses, je les ai augmentées, mais pas n’importe lesquelles, celles qui apportent des omégas 3 en mangeant plus de bonnes viandes d’animaux élevés à l’herbe uniquement et du poisson gras et en mangeant 1 avocat par jour, mais aussi en éliminant les huiles de graines et en les remplaçant par de l’huile d’olive ou de l’huile de coco
      Mon mauvais cholestérol a descendu, et le bon a remonté
      j’ai supprimé aussi une grande partie des céréales, car elles ne sont pas bonnes pour l’intestin et les vaisseaux sanguins, tout en gardant un peu d’avoine pour mon pain au amandes et graines de lin
      Par contre mon père qui a supprimé le gras sur conseil de son médecin a vu son mauvais cholestérol monter en flèche, donc ce n’est vraiment pas la bonne approche
      Je pense qu’il faut manger du bon gras et pas le supprimer

      J’aime

      • Merci Sophia, je vais essayer de suivre vos conseils.
        Il me semble aussi qu’Eric a dit précédemment qu’il ne faut pas supprimer tout le gras, mais mieux choisir.

        J’aime

        • C’est bien ça, ne surtout pas supprimer le gras (nous en avons BESOIN, et surtout chez les très jeunes enfants à ne jamais mettre au régime « sans graisses »).
          Mais utiliser des « bons gras ».
          Alors, idéalement, comme le dit Sophia, huile d’olive ou de coco (coco pour cuire, olive à froid).
          J’ajouterais aussi huile de noix (chère et vite rance – à garder au frais impérativement -, à réserver pour une salade de fête), huile de colza.
          Surtout pas huile de tournesol ou de cacahuète (augmentent l’inflammation)…
          Alors du poisson gras, oui… Des avocats, oui… Des animaux élevés à l’herbe, oui, mais … faut en trouver … et ça, de nos jours, à moins d’aller dans une ferme, c’est « mission impossible » … alors, vu ce qu’on trouve au rayon « viande » du supermarché du coin, mieux vaut éviter d’en manger trop souvent (et puis, les viandes « rouges » ne travaillent pas trop sur le cholestérol, mais sur d’autres problèmes de santé, donc, pas trop).
          Les céréales, évidemment, on diminue, oui aussi (donc pain aussi… oui, je sais, ce n’est pas facile, mais si l’on trouvait encore un « vrai » pain, je te conseillerais d’en manger un peu, mais de nos jours, tu as déjà vu du « vrai pain », toi ? bourré de gluten et du sucre, et rien d’autre ! même le pain « de campagne », c’est de la farine blanche colorée !)…
          Tant que tu y es, ce serait bien de réduire les produits laitiers et les sucres, ça aussi, ça ne fait pas de mal au cholestérol (même si ce n’est pas ça qui le provoque, mais c’est un tout)…

          Petite remarque sur la cuisson avec du coco…
          C’est clair que ça a un goût de noix de coco.
          Le gars qui fume son paquet de clopes par jour ne le sent peut-être pas, mais si l’on a le sens de l’odorat et celui du goût au top, on ne peut pas ne pas le remarquer… Donc, un steak « épais comme ça », bien saignant, et cuit sur une noisette de graisse de coco, c’est vrai que ça fait bizarre (surtout la première fois). Et je ne te dis pas le goût des frites (pour accompagner le steak) cuites à la graisse de coco !!!
          Réserve donc la cuisson à la coco à des viandes comme du poulet, du porc (ou du poisson, des crevettes, …) qui peuvent s’accompagner d’un curry : curry + coco = un délice. Le bœuf aussi peut s’accommoder au curry, mais alors, plutôt en carbonnades qu’en steak…
          Mais bon, ça, c’est « mon » truc de cuisine, certaines personnes ne seront pas d’accord de faire du curry avec tout…
          Bon appétit !

          J’aime

          • Ok, c’est bien noté, merci !
            Vois-tu autre chose qui puisse faire descendre le cholestérol, comme tisane, complément alimentaire sérieux, etc. (efficace quoi) ?

            Merci encore et bonne nuit.

            J’aime

            • En fait, j’oubliais un point important : bouger, faire du sport… Un minimum… Pas t’entraîner pour devenir champion olympique, mais une demi-heure de marche par jour, ce serait parfait.

              Bon, cela étant dit, je rappelle que « faire baisser le cholestérol », si c’est fait « artificiellement », ça ne sert pas à grand chose (sauf à avoir une belle feuille d’analyse de sang) : statistiquement parlant, il a été prouvé que le pourcentage de décès suite à un problème cardiovasculaire ne changeait pas quand on a abaissé le cholestérol avec des médocs ou même avec des compléments alimentaires (ou même avec un régime « sans cholestérol »)…
              Ce qu’il faut, c’est modifier sa manière de vivre … ce qui va provoquer une meilleure santé globale (avec un petit nettoyage des artères, par exemple, ce qui ne se fait pas avec un simple traitement du cholestérol) … ce qui va automatiquement entraîner une diminution (naturelle cette fois, et non plus artificielle) du cholestérol.
              Donc, un peu de marche, pas trop d’alcool, pas trop de stress, pas trop de viandes, des tonnes de légumes et de fruits, pas trop de lait, pas top de fritures, …, et quelques modifications dans la manière de manger (ce qui est mis dans le commentaire ci-dessus), et dans un an, ton médecin te demandera ta recette !
              Maintenant, je veux bien regarder dans ma « boîte-à-outils » de plantes (plantes and C°)… Oui, il existe des compléments pour donner un coup de pouce. Mais juste pour donner un coup de pouce, pas pour remplacer une modification de l’hygiène de vivre.

              Exemple en gemmothérapie, le complexe « Cholestegem », de chez Herbalgem.
              C’est un mélange de romarin, d’olivier, de tilleul, de bouleau, de menthe, de cèdre et d’amandier si je n’ai rien oublié.
              Attention, c’est un complexe « version belge » (il existe la version belge, qui ne se trouve pratiquement que chez nous, réalisée selon les principes de l’inventeur de la gemmothérapie, en extrayant les principes actifs dans de l’eau, de l’alcool et de la glycérine, ce qui permet d’avoir un produit concentré : quelques gouttes par jour suffisent ! Et puis, il existe d’autres versions, soit avec deux solvants au lieu de trois, donc moins d’extraits dans le produit, ou alors certains vendent des dilutions « D1 » et dans ces deux derniers cas, on doit prendre des dizaines de gouttes par jour). Donc, c’est un produit belge (ze best one in ze world !), un chouïa plus cher que les « imitations » (+/-25 euros le flacon de 50ml), mais en en prenant dix gouttes par jour, c’est suffisant ! Dix gouttes par jour, une seule fois : pas trois fois dix gouttes (ou 3X15, voire plus) comme les produits homéopathiques, ici, c’est du concentré de bourgeons, pas de l’homéo !
              Commence par cinq gouttes (une fois par jour, donc), puis ajoute une goutte au bout de deux-trois jours, puis encore une goutte au bout de deux-trois jours, et ainsi de suite jusqu’à arriver à dix gouttes par jour.
              À prendre en dehors des repas. Directement sur la langue (pur, pas dilué dans de l’eau, ou alors, dilué éventuellement dans une demi-cuillère à café de miel si tu trouves que c’est vraiment trop infect), tu gardes quelques secondes en bouche avant d’avaler…
              Avec un flacon de 50ml, tu en as pour deux bons mois, deux mois et demi de traitement. Puis tu vas chez le toubib pour une prise de sang…

              Un autre machin, en complément de la gemmo ? Ok, une tisane. Tu vas chez ton herboriste (assure-toi qu’il vend du bio, c’est loin d’être le cas partout) et tu lui demandes des semences de fenouil, des racines de bardane, et de l’aubier de tilleul.
              Tu mélanges tout ça dans une boîte métallique, et le matin, tu prends 2 cuillères à soupe du mélange que tu verses dans un demi-litre d’eau froide. Tu portes à ébullition et tu laisses frémir un quart d’heure. Puis tu coupes le feu et tu laisses encore infuser un quart d’heure. Et là, tu filtres, et tu bois en deux fois, une moitié le matin (à jeun !), le reste le soir (je ne vais pas dire « à jeun », mais « avec l’estomac vide », donc, si tu soupes tard, 1/2h avant de souper, et si tu soupes tôt, attends trois bonnes heures avant de boire ta tisane).
              Tu fais ça chaque matin de la semaine, tu fais une pause le week-end, puis tu recommences le lundi jusqu’au vendredi, pause le WE, … Trois semaines… Une pause d’une semaine… Puis tu recommences (5 jours avec, 2 jours sans, 5 jours avec, 2 jours sans, 5 jours avec, le reste du mois sans).

              Il y a aussi les huiles de saumon (huile de saumon + vitamine E), pour augmenter les Oméga-3 (par rapport aux trop d’Oméga-6 qu’on consomme généralement), mais, bon, pour que ça soit efficace, il faut en avaler deux à chaque repas, et ça coûte la peau des fesses…

              Bois du thé… Mais pas n’importe lequel : le thé « Pu Er ». Un thé fermenté qui coûte aussi la peau des fesses, et qui a un peu un goût assez … particulier (personnellement, ce n’est pas trop ma tasse de thé, c’est le cas de le dire, mais, bon, je préfère le thé vert non fermenté, alors…). Mais qui est efficace pour faire baisser le « mauvais cholestérol ». Et en plus, si tu le bois en mangeant, il aide à digérer…
              C’est un thé relativement rare qui ne pousse que dans la région du Yunnan (et les environs). Va falloir aller chez un spécialiste pour trouver un bon thé Pu-Er…
              Si tu veux en savoir plus, va voir ici :
              http://www.puerh.fr/article/idees_recues_legendes_the_puerh.htm#Sante-et-BIO
              Je t’ai mis en lien le paragraphe où l’on dit que boire du thé Pu-Er est bon pour la santé en général, mais, bon, qu’il ne faut pas non plus en attendre des miracles, mais tu peux lire toute la page… 😉
              En particulier ici :
              http://www.puerh.fr/article/idees_recues_legendes_the_puerh.htm#Il-n-y-a-pas-de-puerh-labelise-BIO

              Sinon, à part ça, boire du thé vert à longueur de journée, ça aide aussi…
              À ta san-thé, maistre Léo !

              J’aime

              • Merci beaucoup, Maître Eric, pour ta longue explication. Cela va beaucoup m’aider. Je vais essayer de me forcer un peu plus à bouger, à présent que la froidure nous quitte ! Je ne peux pas faire de longues marche, à cause de mes genoux, mais le vélo, ils supportent mieux !

                Merci pour tes bons conseils, Maître Eric, et bonne journée à toi et tes amis.

                J’aime

        • Merci hihihihi
          Mais faut dire que ce régime est quand même fastidieux surtout quand il faut trouver les bons ingrédients.
          Je ne vis pas en Belgique ni en France, mais en Andorre, et pour trouver des légumes bios en quantité ce n’est pas évident, il n’y a pas de cultures maraichères ici.
          Par contre la viande de boeuf ici est très bonne, car les animaux paissent dans la montagne une grande partie de l’année, et comme les éleveurs sont très regardants sur la qualité de leur cheptel, ils ne donnent pas de grains ni de farines, mais du foin et d’autres herbes qu’ils cultivent, comme de la luzerne
          Du coup je mange du boeuf une fois par semaine, et souvent cru, en filet américain préparé maison (oui je suis belge aussi, on ne se refait pas mdrrrrr)
          Par contre je mange aussi du beurre, mais pareil, il faut qu’il soit au moins bio, ou alors de ferme, et ça en Belgique on peut encore en trouver facilement, d’ailleurs quand j’y vais je fais une bonne réserve que je congèle pour quelques temps.
          Ce qui est dommage, c’est que malgré ce régime, je n’arrive pas a me débarrasser de mon intolérance aux ondes électromagnétiques, ça c’est triste, car ça devient pénible à la longue
          Z’auriez pas une solution???

          J’aime

          • Aïe, le problème des ondes électromagnétiques, j’avoue que c’est un problème en-dehors de ma compétence (et en dehors de la compétence des pratiques naturelles de santé en général).
            Nous vivons dans un monde baigné de rayonnements électromagnétiques de toutes sortes. La lumière, c’est une forme de rayonnement électromagnétique, par exemple… Certaines ondes sont visibles (je viens de parler de la lumière), d’autres – la plupart – ne se voient pas, et il faut des appareils pour les mesurer (du moins pour en mesurer certaines, car toutes ne se laissent pas détecter, je pense par exemple aux « énergies » que l’on emploie en médecine chinoise, par exemple, en acupuncture, en Reiki, etc. …, et je n’essaierai même pas de parler des énergies mises en branle quand on se penche sur la manière dont se comportent les atomes et les particules subatomiques quand on s’engage sur la voie de la physique quantique… Einstein le disait au siècle dernier – et les asiatiques le disent depuis 5.000 ans – : « tout est énergie »).
            Bref, l’humain vit dans un monde bourré de « rayonnements », d' »ondes ». C’est normal… Il est programmé pour, dirais-je… Certaines d’entre elles lui servent même à … vivre, tout simplement.
            Le problème, c’est que depuis quelques années, l’humain se retrouve avec une surcharge de ce rayonnement.
            Il y avait, voici des décennies, les émissions du télégraphe sans fil ou de la radio, puis on y a ajouté les ondes radars et la télé, et aujourd’hui, on y ajouté les WiFi, les téléphones portables, les GSM, les télécommandes de tout poil, le Bluetooth, …, et finalement, non seulement nous baignons dans une « ambiance électromagnétique » naturelle, mais en plus, nous baignons dans une « ambiance électromagnétique » artificielle.
            Et c’est là où ça commence à coincer !
            Certains organismes s’y adaptent tant bien que mal (mais les médecins conventionnels ne veulent pratiquement jamais pointer du doigt, comme cause des « maladies du siècle », le rayonnement électromagnétique artificiel, le rayonnement « parasite », … et donc, il se pourrait que des gens qui croient que « ça ne leur fait rien » se fourrent royalement le doigt dans l’œil et que leurs maladies proviennent bien de ces « parasites »)…
            D’autres organismes ne s’adaptent pas du tout, et le font savoir à travers tout un tas de symptômes (insomnies, manque de concentration, …, voire des maladies plus physiques, de la fatigue, des douleurs, etc. …).
            Pourquoi est-ce que je disais que ça coinçait ? Simplement parce que les pratiques naturelles peuvent aider dans bien des problèmes provenant de non respect de « règles naturelles » … mais que les médecines naturelles ne peuvent pas aider si l’on est malade suite à des causes artificielles !
            La seule chose que je puisse donner comme conseil, c’est de vivre le plus « naturellement » possible. Donc, en s’éloignant le plus possible des zones bombardées par ces ondes « parasites ». Probablement que, dans les montagnes, il y a un peu moins de rayonnement que si l’on habite une ville comme Bruxelles, mais les vraies « zones blanches » sont bien rares.
            Sinon, il y a deux-trois … comment dirais-je … deux trois emplâtres à mettre à la jambe de bois.
            La première chose, je le disais, c’est de vivre le plus naturellement possible, donc le moins de « chimique » possible (en alimentation, en cosmétique, en produits d’entretiens, …) pour éviter de polluer son organisme en plus de la pollution électromagnétique.
            Ensuite, il convient de respecter deux trois principes. Exemple : dormir dans le noir absolu, fenêtre ouverte hiver comme été. Promenades au grand air régulièrement. Il faut du calme (calme, zen, relax, cool, …) ! En alimentation, virer le plus de produits laitiers possible (surtout yaourts et fromages blancs, surtout de vache), virer les aliments trop acidifiants, et essayer de mieux « équilibrer ».

            Alors, quand je parle d’équilibrer ses repas, je conseille généralement un truc. Pas scientifique pour deux sous, pas aussi précis qu’une table des nutriments, mais facile à retenir, et qui est assez efficace parce que, grosso-modo, il reprend plus ou moins les différents pourcentages des nutriments et toute cette sorte de machins qu’on apprend à l’école de diététique…
            Et ça, c’est valable pour pratiquement tout le monde.
            Le truc :
            Quand vous préparez votre repas, pensez à cinq bols. Des petits, des grands, des moyens, peu importe, mais cinq bols qui correspondent à ce que vous mangez durant un repas.
            Donc, si vous êtes un gros mangeur, pensez à cinq bol à soupe, et si vous êtes du genre moineau, pensez à cinq tasses à expresso… Mais cinq bols/tasses/récipients identiques en volume…
            Pensez à trois bols verts, un bol jaune et un bol rouge.
            Et répartissez (toujours en pensée) vos aliments dans ces bols : le rouge pour les protéines animales et végétales, le jaune pour y mettre les sucres (tous les sucres : le pain, c’est du sucre, par exemple) et les graisses, et les verts pour y mettre les fruits et les légumes.
            Si vous respectez ces proportions, l’alimentation sera plus « équilibrée »…
            Comme je dis toujours à mes clients : oui, vous pouvez manger un spaghetti bolo, mais à condition de manger un bol de pâte avec quatre bols de sauce fabriquée avec 3/4 de tomates/oignons/légumes divers et 1/4 de viande. Or, d’habitude, quand on mange un spaghet’bolo, on mange deux bols de pâtes, avec un bol de viande et un bol de légumes… En gardant les mêmes ingrédients, mais en modifiant un peu les proportions, on améliore sa santé sans commencer à calculer des machins compliqués…

            Bon, alors, ces conseils ne protègent pas des CEM (pour en être protégé, il faut vivre loin de toute pollution électromagnétique, sans téléphone, sans appareil électrique, sans rien), mais au moins, ils aident à se sentir mieux en améliorant d’autres ennuis qui s’ajoutent au problème des CEM…

            Bon courage !

            J’aime

            • Oui c’est compliqué, surtout qu’on ne peut y échapper, et même ici dans la montagne, c’est couvert partout, pour les touristes qui font de la montagne grrrrrrrrrrrrrrrr
              je vis actuellement dans un « tipi » fait de rideaux anti-ondes, que ce soit pour travailler, ou pour dormir surtout et j’en ai un dans chaque pièce ou je m’assois
              On ne possède rien qui soit sans fil, le reste émet peu, et je regarde l’ordi au travers de mon rideau, je n’ai que le clavier et la souris près de moi, mais ça n’émet rien
              Ça fait des années que je n’utilise rien de chimique, je fais très attention, et ce n’est pas parce que je suis allergique, mais parce que je m’en suis toujours méfiée et mon intuition était bonne
              Je ne me maquille même pas c’est tout dire, résultat à 52 ans je n’ai vraiment pas beaucoup de rides, juste une sur le front!!!!
              Quant à la nourriture c’est ce que je fais, mais rien n’y fait, il n’y a que l’absence d’ondes qui fonctionne, même si je porte aussi une blouse anti-ondes car mon coeur fait des sauts si je ne l’ai pas
              On vit dans un monde de dingues
              Perso je retournerais vivre à la dure dans une petite ferme, mais ici ce n’est pas possible, ça n’existe pas, et ailleurs je ne vois pas y aller seule, mon homme ne veut pas partir sinon ce serait déjà fait, mais je le comprends il a un boulot en or qu’il adore, donc je rêve, c’est tout ce que je peux faire….

              Aimé par 1 personne

  3. Moi j’ai perdu au loto😡!! Je vais au sauna après mon sport aquatique 3 fois par semaine, je mange des œufs, je ne mange pas de produits industriels , et pas de médicaments … Qu’est ce que je risque Éric????? 😃. PS: et ce livre ???

    J’aime

    • Heuuu ? Quand j’aurai le temps de l’écrire ? 😆
      Je cherche un nègre, bénévole, pour écrire sous ma dictée (et surtout mettre tout en page, relire, corriger, rerelire, recorriger, modifier selon les dernières découvertes, subir ma mauvaise humeur et mon horaire de dingue,…)… Mais ils veulent tous être payés ! 😈

      J’aime

  4. Merci d’avoir confirmé que je peux manger des oeufs ! 🙂
    Mes poules ne se crèveront plus le luc pour rien …
    Bon week end.
    Bisoux, Eric

    Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ dom Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ

    J’aime

  5. bonjour, vous avez entendu parler du thé Kombucha?
    j’entend parler de « remède miracle », prévenir certaines maladies ou les guérir, détoxification…
    Avez-vous essayer?

    J’aime

    • Alors, à la première question (savoir si j’en ai entendu parler), la réponse est oui. Entendu parlé, et même bu. Et c’est DÉLICIEUX !
      Pour ceux qui ne connaissent pas, en résumé (et en caricaturant un peu), c’est une sorte de … comment dire … de « limonade » faite avec une sorte de « mère de vinaigre » (une espèce de champignon) que l’on nourrit avec du thé.
      La recette ? Hyper simple : il faut :
      – un gros pot (en verre ou en porcelaine)
      – une casserole (idéalement en verre aussi, genre pyrex ou un truc comme ça)
      – 1 litre d’eau
      – 70 grammes de sucre (blanc, ou rapadura, ou miel)
      – 5-6 grammes de thé noir
      – le « champignon »…
      Faites chauffer l’eau sucrée (si vous utilisez du miel, mettez-le plutôt une fois que la t° est bien descendue).
      Dès ébullition, coupez le feu et ajoutez le thé.
      Laissez infuser un quart d’heure à vingt minutes.
      Filtrez, laisser refroidir à température ambiante (ajoutez le miel en-dessous de 50°C).
      Versez dans le pot (dans lequel vous aurez laissé +/- 10% de la préparation précédente, et si c’est la première fois, vous avez probablement reçu la « champignon » baignant dans du liquide).
      Ajoutez le champignon au thé refroidi.
      Couvrez avec un linge (l’air doit pouvoir passer, mais pas les insectes).
      Gardez le bocal dans un endroit aéré à une vingtaine de degré (n’allez pas l’enfermer dans l’armoire sous l’évier !).
      Au bout d’une semaine, on commence à goûter (la « fermentation » prend entre une et deux semaines).
      Une fois le goût « normal » (ça ressemble un peu à du cidre légèrement vinaigré), on enlève le champignon, et on met 90% du jus en bouteille (on garde 10% pour la fournée suivante).
      À vot’santé !

      Bon, alors, mis à part le goût, qu’est-ce que ça apporte ?
      Plein de (bonnes) choses.
      Dans ce qu’on lit sur Internet, comme toujours, il y a du vrai, et du moins vrai (« moins vrai » = pas nécessairement « faux », mais peut-être un peu exagéré). Certaines allégations ont été prouvées scientifiquement, d’autres pas – ou pas encore – et certaines propriétés sont seulement vaguement soupçonnées…
      Mais même si seulement la moitié (ou même seulement le quart) de ce qu’on lit était la vérité, ça vaudrait la peine d’avoir quelques pots de kombucha en cours de fermentation chez soi… Et d’en boire un verre matin-midi-soir…
      En vrac : on pense que ça donne un coup de pouce aux systèmes digestif, respiratoire et cardiovasculaire. Ça prévient et/ou ça donne un coup de pouce dans certaines maladies (diabète, cancers, cataracte, etc. …). Bref, plein de bonnes choses.
      Mais, bon, comme toujours aussi, le secret réside dans une hygiène de vie relativement correcte : si vous mangez deux tartines de nutella chaque matin avec un bol de « céréales » et du lait, un cheeseburger/frites chaque midi, et une lasagne industrielle chaque soir, et que vous prenez la voiture pour aller acheter le pain (et les croissants, et les gâteaux au chocolat) à la boulangerie à 100m, … boire un litre de kombucha chaque jour ne protégera pas de grand chose…

      Une dernière chose : il n’y a pas d’alcool dans le kombucha, mais on peut procéder à une seconde fermentation, qui, elle, va produire de l’alcool…
      Mais, bon, là, ce n’est plus de mon domaine, mais du domaine de la gastronomie… 😉

      Bonne nuit…

      J’aime

        • Dans certains magasins où l’on vend du naturel et du bio, on peut parfois trouver le « champignon ».
          Éventuellement faire passer une petite annonce sur Internet (ou afficher aux valves dudit magasin bio) du genre « j’habite dans la région de xxx, je recherche une « mère » pour faire du Kambucha, qui pourrait m’en offrir ? téléphone : xxxxx »…
          Oui : « offrir »…
          Sauf si l’on achète un « kit de démarrage » en magasin (oui, ça existe), le « champignon » ne se vend pas, il s’offre puisque c’est quelque chose qui se reproduit tout seul.
          Ça ne veut pas dire non plus qu’on ne peut pas donner dix euros à la personne qui aurait fait cinquante kilomètres pour en apporter un pot (le pot, le carburant, le temps, …, ça a un coût, et peut-être même que la personne passera une heure à expliquer sa propre recette, avec des variantes, etc. …, et va peut-être remettre des copies de documents écrits sur le sujet, sait-on jamais, il y a des gens dont c’est la passion et qui seraient incapables de donner une « mère » sans passer une heure à expliquer comment la « soigner »…), mais le champignon en lui-même ne se vend en principe pas. Pas plus qu’on ne fait généralement pas payer quelqu’un qui sonnerait à la porte et demanderait un verre d’eau…
          Bon, maintenant, si quelqu’un fabrique chaque semaine des litres de Kombucha (pour lui, pour sa famille, pour ses amis, …, voire pour vendre) et qu’il possède des dizaines de « champignons », aucune loi (ni cosmique, ni karmique, ni « législative ») ne lui interdit d’en vendre (tant qu’il respecte les réglementations en matière de vente de produits alimentaires)…

          J’aime

Les commentaires sont fermés.