Vive le traité transatlantique !

 

Ce n’est un secret pour personne : un traité est en cours d’étude pour soumettre l’Europe à l’esclavage des USA … heuuu … nous faire baiser par les Américains permettre des échanges commerciaux faciles entre les USA et l’Europe.

Évidemment, nous, « les petits », nous avons juste le droit de fermer notre gueule, et de laisser signer n’importe quoi dans notre dos…

 

Je vous disais naguère que ce traité allait permettre, par exemple (entre autres joyeusetés : demandez donc au Mexique ce qu’il pense – mais trop tard – du traité similaire qu’il a signé en son temps), … ce traité allait permettre, disais-je, aux USA de nous faire avaler des booooons produits « OGM » ou des booooonnes viandes trempées dans de l’eau de javel pour tuer les microbes… Par exemple…

Mais s’il n’y avait que ça… !

 

Imaginez que vous vouliez acheter un complément alimentaire… Et que vous l’achetiez aux USA (puisqu’ils sont souvent moins chers que par ici *)…

Et, tant qu’à faire, vous vous adressez à l’une des quatre plus grosses boîtes de compléments des USA. GNC, par exemple, ou Target, ou Walgreens, ou encore Walmart… Les meilleurs producteurs/fabricants/vendeurs !

Si, si… Les meilleurs… Puisqu’on vous le dit…

Hé bien, figurez-vous qu’une enquête a été réalisée suite à un article du New York Times qui expliquait que l’Université de Guelph au Canada avait démontré qu’environ un tiers des compléments à base de plantes ne contenaient pas les plantes inscrites sur le flacon…

Un tiers ? Impossible, voyons…

Bin, on dit qu’impossible n’est pas français, mais on ne dit rien à propos de la possible impossibilité américaine, parce que … le résultat de l’enquête laisse … sur le cul !

 

L’enquête s’est penchée sur des échantillons de compléments de gingko biloba, de millepertuis, de ginseng, d’ail, d’échinacée et de palmier nain, que les enquêteurs ont achetés dans plusieurs magasins de chaque chaîne citées ci-dessus, dans la ville de New York.

Pour être certain des résultat, chaque produit a été testé plusieurs fois…

 

Les résultats font froid dans le dos…

Les « meilleurs », c’est Target, dont 41% des produits contenaient bien la plante indiquée.

Chez GNC, on retrouve les bons produits dans 22% des flacons.

Chez Walgreen, la proportion de produits corrects descend à … 18% !

Et, j’ose à peine vous le dire, chez Walmart, « la » référence en la matière, seulement quatre pourcents des bouteilles contenaient la bonne plante !!! Je l’ai écrit en toutes lettres pour ne pas que vous pensiez que je me suis trompé dans les chiffres. Mais vous avez bien lu : 96% des comprimés que vous achetez chez Walmart contiennent autre chose que ce qui est indiqué sur l’étiquette !

 

Et, à la place, il y avait quoi ?

Un peu n’importe quoi : de la poudre de riz, de la poudre d’asperges séchées, ou de haricots, ou de carottes sauvages, de pin, d’onagre, de blé, voire … de plantes d’intérieur !

Dans certains cas, pour certaines personnes allergiques, ces poudres de perlimpinpin pourraient même être dangereuses !

Bref, Eric Schneiderman, le procureur de New York, aimerait bien que ces magasins lui expliquent par quel miracle les comprimés de compléments alimentaires ont bien pu se transformer en comprimés de « n’importe quoi »…

 

Vivement que tous ces booooons produits arrivent par ici, n’est-ce pas ?

 

Bonne nuit ! Dormez bien…

 

……………….

* Bon, cela dit, vous pouvez DÉJÀ acheter des compléments alimentaires aux USA, mais le traité ne fera que faciliter la fraude l’achat…

Et s’il n’y avait que ça… !

 

 

 

 

 

Advertisements

11 réflexions sur “Vive le traité transatlantique !

  1. Oh oh ça fait peur! Moi j’achète Français et bio , j’espère qu’ils sont de bonnes qualités , c’est hallucinant !!!

    J’aime

    • Voici quelques lustres, « acheter français » était (presque) une preuve de qualité.
      Aujourd’hui, le « vrai français » n’existe plus, et déjà depuis quelques années…
      La DGCCRF et je ne sais plus quelle chaîne de télé (à l’époque, je regardais encore la télé…) avaient dévoilé une enquête réalisée voici quelques (6-7) années sur les productions « françaises », et la conclusion avait été que RIEN n’était plus 100% français, de toute façon.
      Sans même parler d’escroqueries (comme le prétendu « saucisson d’âne corse » dont la viande provient aux trois quarts d’Amérique du Sud, par exemple, ou le fameuse « huile d’olive provençale » avec des olives récoltées ailleurs qu’en Provence … quand il n’y a pas une autre huile – moins coûteuse – ajoutée à celle d’olive pour « allonger » le produit…).
      Pour TOUT produit composé de plusieurs produits de base, à l’époque, déjà alors, on trouvait dedans au moins un produit … chinois ! Les boutons chinois d’une chemise « française » ont été cousues avec du fil chinois. Les 3/4 des tomates des pots de sauces « françaises » ont été cultivées en Chine. La plupart des puces électroniques qui se trouvent dans les tableaux de bord (et dans tout ce qui est électronique embarquée) des TGV « français » ou des airbus « français » parlent le français avec un accent chinois. Le smartphone « français » WIKO est en réalité la marque « française » du fabricant chinois TINNO. Et ainsi de suite.
      Le bio ? Ma foi, si c’est du bio « français », tu peux encore lui faire confiance, parce que l’Europe est là pour surveiller que tout se passe correctement et que les normes sont respectées, mais déjà aujourd’hui, des ingrédients biologiques sont ajoutés … issus de pays où les normes du bio ne sont pas les mêmes que les normes de nos pays. Pas nécessairement du « mauvais bio », mais pas non plus toujours avec les même normes hyper strictes de chez nous…

      J’aime

  2. Ouais, il y a à boire et à manger dans tout ça…
    Mais bon, n’y-a-t-il pas aussi une loi anti-OGM en Europe ?
    C’est sensé nous protéger ça, non ? Car ils ne vendent pas que ça tout de même les américains !

    (Sardou, où es-tu avec ton « Si les Ricains n’étaient pas là… » ?)

    Bonne journée quand même, Eric !

    J’aime

    • Bah, tu sais, maistre Léo, la loi anti-OGM, elle ne tiendra pas longtemps devant les implications du traité.
      Déjà dernièrement, des autorisations ont été accordées (dont, bizarrement, on n’a pas beaucoup entendu parler, et j’avoue que je suis las de toujours répéter la même chose, donc, je n’en ai pas beaucoup fait l’écho non plus) : certains produits génétiquement modifiés peuvent dorénavant être utilisés en Europe … mais jusqu’à présent, chaque pays prend encore la responsabilité d’interdire – ou pas – les produits en question.
      Mais… Le fichu traité en question permettra, par exemple, au nom de l’obligation de la libre circulation des biens, à un industriel de mettre un pays à l’amende si ledit pays « discrimine », s’il interdit ses produits… La phrase qui suit est de la pure fiction … aujourd’hui, mais crois-tu que, demain, la Belgique ne pliera pas si Monsanto lui dit qu’elle doit lui verser un milliard de dollars annuellement si elle continue à refuser d’y vendre du maïs OGM ?
      Déjà aujourd’hui, qui te dit que le steak qui est en train de meugler en wallon dans ton assiette n’a pas été nourri avec des « croquettes » fabriquées avec du soja modifié ? On n’en cultive pas en Belgique (ni en Europe), non, mais si le fermier s’est fourni … ailleurs ??? À moins de deux kilomètres à vol d’oiseau de chez moi, se trouve une ferme de volailles (24.000 jusqu’à présent, et le gars a récemment été autorisé à monter jusque 50.000 dans les mois à venir). Pour ce que j’en sais, aucun grain de maïs donné à ses bestioles ne provient d’une ferme d’Ermeton ou de Maredret ! Logique : prix du trajet compris, le maïs coûte plus cher en Belgique qu’aux USA … où le maïs OGM pousse comme de la mauvaise herbe !
      Et puis, la loi actuelle, pour ce à quoi elle sert… Chez nous, un produit « sans OGM » peut être étiqueté de la sorte s’il ne contient pas plus de 0.9% d’OGM. Donc, on peut retrouver, dans chaque kilo de produit fini jusque 8,99 grammes de composants génétiquement modifiés tout en étant officiellement « sans OGM »… Porte donc ton rôti de dindonneau au labo le plus proche pour savoir quel ADN on va retrouver dedans, et tu seras peut-être surpris… C’est comme avec la loi sur les nanoparticules dont je parlais récemment : tu peux acheter un pot de crème au chocolat ou de yaourt contenant jusque 49% de nanoparticules sans que le fabricant ne soit obligé de l’écrire sur l’étiquette ! Ne le prends pas mal, mais, aujourd’hui, il faut être naïf ou de mauvaise foi (ou alors, c’est qu’on l’ignore, tout simplement) pour croire que nos assiettes ne contiennent pas le moindre gramme de produits génétiquement modifiés (ou de nanoparticules) « parce qu’une loi existe »…
      Que ça ne t’empêche pas de passer une bonne après-midi quand même… 😉

      J’aime

        • Peut-être…
          Mais personnellement, je n’y crois plus trop…
          Des dizaines « d’actions » (pétitions, diffusions de vidéos explicatives, manifestations, …) se sont déjà déroulées un peu partout en Europe, depuis des mois, et tout ça pour quand même voir ce traité avancer de son petit bonhomme de chemin, sans être inquiété. Quand on vire une clause par la porte, elle revient par la fenêtre !
          Dire « Demain, les états européens (et les citoyens) seront, poings et pieds liés, livrés à l’esclavage commercial américain« , c’est peut-être du pessimisme de ma part, mais je me demande si, finalement, ce ne serait pas plutôt du réalisme.
          Je vais aller voir le lien, et éventuellement signer la pétition s’il y en a une … mais, bon, en gardant quand même à l’esprit que, de toute façon, une pétition via Internet n’a aucune valeur légale et que de toute façon, les « grands » se fichent pas mal de ce que pensent « les petits », surtout vu que, de toute façon, c’est quand même eux (les grands) qui ont barre sur nous…
          Il y a un demi-millénaire, le seigneur du lieu avait droit de vie et de mort sur ses terres, et ceux qui habitaient sur lesdites terres lui appartenaient. Aujourd’hui, le prétendu progrès social fait que – apparemment – tout cela a été aboli. Mais ce n’est qu’une apparence. Les seigneurs n’ont peut-être plus de châteaux-forts entourés de douves (encore que…), et ils ne possèdent officiellement plus de gens d’arme (encore que…), mais ils existent encore bel et bien, ces seigneurs, et ont toujours autant droit de vie ou de mort sur nous, même si ce droit s’exerce différemment et qu’on ne transperce plus les serfs à coup d’épée…
          Pessimiste ? Oui, peut-être… Surtout triste quand je vois l’héritage que nous allons laisser à nos enfants !

          J’aime

Les commentaires sont fermés.