« On a laissé faire, on a louvoyé »

Je ne fais pas de politique (je déteste la politique) et je ne comptais pas spécialement m’exprimer sur les éventuelles causes des horreurs qui se sont déroulées hier à Paris (hier à Paris et ailleurs … et aujourd’hui … et ce n’est peut-être pas fini), mais je viens de lire dans mon journal une belle analyse de la situation de la part d’un avocat belge… Analyse dont j’aimerais vous faire part…

Une analyse qui correspond un peu à ce que je raconte depuis un bon moment : aujourd’hui, on ne peut plus rien dire sans risquer de se faire traiter (au choix) de raciste, de « contre-tout » (contre les Juifs, contre les Musulmans, contre les Catholiques, …), d’extrémiste, de nazi, de sexiste, …

Et la liberté d’expression n’existe plus réellement en bon nombre d’endroits, y compris dans ce que nous appelons des « démocraties ». Parce qu’elle est découragée par les « bien pensant », par les gouvernements… On ne peut plus dire ce que l’on pense vraiment sans se faire remettre à sa place … parfois par des gens qui, finalement, n’ont rien à voir avec ce qui a été dit, mais qui s’érigent en défenseur de la « bien-pensance », du « politiquement correct »…

Quand je dis parfois qu’il faut laisser dire, qu’il ne faut pas censurer, il se trouve toujours bien un « bien pensant » pour me rétorquer qu’on ne peut pas laisser tout dire pour tout un tas de raisons…

Ha non ? On ne peut pas laisser dire aux gens ce qu’ils veulent ? Il faut museler les gens ? Pour ne pas « choquer » Pierre, Paul, et Jacques, peut-être ?

Les événements arrivés ces deux derniers jours (et qui risquent encore d’arriver) proviennent, à mon sens, des conséquences d’une politique de « muselage » !

Enfin, quoi ?

Ce que l’on dit ne plaît pas ? Parce que c’est trop cru ? Parce qu’il ne faut pas faire de la peine à qui que ce soit ? Pour n’importe quelle raison, bonne ou mauvaise ? Hé bien tant pis ! Que celui qui a dit quelque chose prenne la responsabilité de ce qu’il a dit, au lieu que des censeurs se chargent, par peur, de « corriger » ses paroles au fur et à mesure !

Mais nom d’une pipe, si ce que X (un journaliste, un écrivain, un blogueur, un dessinateur, un conférencier, un humoriste, …) dit à son public ne plaît pas, pourquoi le censurer ? Que les éventuels intéressés qui se sentiraient lésés lui fassent donc un procès légal pour diffamation, au lieu que des gens qui ne sont pas partie prenante dans l’affaire le censurent illégalement !

Mais je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps avec ma philosophie…

Revenons à l’article de « L’Avenir »…

 

Avenir

 

La peur et l’interdit d’expression s’installent insidieusement depuis des années dans nos démocraties, analyse l’avocat Jacques Englebert.

 

Voir le texte de l’article sur « L’Avenir » : clic

 


 

 

Bon, maintenant, et cela dit, vous n’êtes pas obligé d’être d’accord avec moi (et avec J. Englebert).

Peut-être trouvez-vous très bien que l’on habitue, progressivement et depuis des années, les gens à ne plus pouvoir dire ce qu’ils pensent ?

Il est vrai aussi que, pour nos dirigeants, c’est plus facile de gouverner des moutons qui s’autocensurent que des loups qui hurlent chaque nuit de Pleine Lune…

À vous de voir…

En attendez, je viens de vous livrer le fond de ma pensée. Si vous voulez vous défouler et me faire savoir qu’elle ne vous plaît pas, faites-le (et vous ne serez pas censuré), mais je ne changerai pas pour autant ma manière de penser.

De toute façon, j’ai régulièrement dit que je n’étais pas payé pour plaire à tout le monde…

 

Bonne journée !

 



 

Post scriptum…

Je suis désolé, je viens de me rendre compte que cet article était réservé aux abonnés du journal.

Comme vous n’allez quand même pas vous abonner juste pour lire un article, voici une copie du texte :

VA

 

 

 

 

Advertisements

10 réflexions sur “« On a laissé faire, on a louvoyé »

  1. Je pense que les gens devraient réapprendre à communiquer sans vouloir forcément imposer leur manière de penser aux autres, et encore moins par la violence.
    ça devient de plus en plus difficile de nos jours!!

    J’aime

  2. Il y a un vrai problème, que même les gouvernements ne savent apparemment pas régler . ( Parfois je me dis que eux même sont régit par la peur), Ne laissons pas s’installer cette peur mais ne fermons pas les yeux sur cette violence qui commence à prendre de l’ampleur un peu partout . Parfois le dialogue semble quand même assez difficile . C’est a celui qui aura raison .Cela ressemble bien quand même à une régression de l’évolution retour au moyen-age?

    J’aime

  3. De tout temps nous avons du lutter pour la liberté , d expression ou autres
    alors continuons la lutte
    nous sommes tous Charlie
    nous ne devons pa avoir peur de parler
    kenavo

    J’aime

  4. Quand je vois tout ce qui se passe dans les actualités, ici en France, je me dis : « Ne nourrissons pas la haine, préservons nos Libertés. »

    « Je Suis Charlie »

    Lauriane

    J’aime

  5. Oui on a laissé faire… voilà le résultat , Il faut communiquer…. hélas à mon avis c’est un peu tard ! C’est la guerre ils ne.lachent rien , ils ne veulent plus discuter ils veulent tuer c’est leur dieu qui dicte tout !!( Ça c’est eux qui le disent ) vive la liberté d’expression nous sommes tous Charlie

    J’aime

  6. comment croyez vous qu’un jeune trouve le dialogue chez lui quand on lui dit « va jouer dehors! » « fous moi la paix, laisse moi avec tes questions » il va alors rejoindre des pseudo écouteurs (souvent à grand renfort de substances favorisant cette écoute et cette soumission. Il va pouvoir trouver une oreille et cette oreille malveillante va pouvoir trouver un nouveau disciple, que l’oreille soit humaine ou sous forme écrite. On retrouve ça aussi (en moins violent publiquement) d’une certaine façons chez certaines obédiences chrétiennes ‘enfin, soit disant chrétiennes). Quand la religion est béquille , il y a danger

    J’aime

  7. Bien d’accord avec cette analyse, mais chez nous, pas facile de faire confiance à notre gouvernement.
    Il y a bien longtemps que la liberté d’expression est bafouée.
    Je m’autocensure pour mettre des dessins d’amis humoristes …
    Coluche me manque, je me demande ce qu’il penserait de tout ça !
    Bonne fin de semaine.
    Bisoux, Eric

    dom

    J’aime

  8. Merci pour cet article, Eric, car il fait réfléchir, certes !
    Et tant cet avocat que toi-même avez raison : liberté d’expression est « laisser dire »… mais avoir aussi le courage de répliquer si l’on est pas d’accord !
    Et c’est là, bien souvent que le bât blesse : on laisse dire par peur de l’autre, plus que par envie de dialogue, alors le discours est biaisé !

    Relevons la tête, et ne craignons pas de dire ce que l’on pense : « je suis Charlie » !

    J’aime

Les commentaires sont fermés.