En deux mots (ou trois…)

En deux mots (ou trois… ou quatre…)

Allez, hop, quelques brèves brèves !

**

*

Connaissez-vous Metformine ?

Non ?

Vous le connaissez peut-être sous son nom commercial : Glucophage. Un médicament chimique destiné à … ne pas guérir du diabète.

Hein ? Ne pas guérir… ?

Bin, oui, ce médoc – comme tous les médocs « contre le diabète » ne sert absolument pas à guérir du diabète, il sert juste à masquer et diminuer certains symptômes (ce qui n’est déjà pas mal, et ce qui permet aux labos de voir dans les diabétiques des vaches-à-lait des clients qui le resteront jusqu’à leur mort). Mais là n’est pas la question…

Une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association Internal Medicine explique que les personnes qui commence à « traiter » leur diabète avec Metformine, ont moins besoin de l’ajout d’un second médoc que les personnes qui ont commencé leur « traitement » avec un autre médicament et qui, elles, doivent souvent prendre plusieurs médicaments à la fois.

Une bonne nouvelle pour les diabétiques qui ont commencé par Metformine, donc, mais une mauvaise nouvelle pour les labos pharmaceutiques qui ont poussé pour que Metformine soit commercialisé en première intention : les pauvres vont perdre de l’argent puisque bon nombre de diabétiques n’auront pas besoin d’autres médocs que celui-ci !

**

*

Vous vous souvenez probablement de cette étude qui disait, voici peu, que refiler des antibiotiques à un enfant de moins de deux ans, c’était l’exposer à une obésité plus importante plus tard.

Hé bien,sachez qu’une nouvelle étude vient d’être publiée par les même chercheurs qui ont découvert que les antibiotiques refilés à la future maman au cours des 2e et 3e trimestres de la grossesse, entraînaient eux aussi un risque plus important d’obésité chez les enfants, une fois qu’ils auront atteint sept ans !

C’est beau, la folie des antibiotiques ! Et dire que les labos ont mis à la poubelle des antibiotiques naturels pour pouvoir vendre leurs saloperies chimiques… Merci qui… ?

**

*

Ha, oui, et tant qu’à faire, toujours la même équipe de chercheurs de l’École Mailman de l’Université Columbia de Santé Publique a aussi constaté que les enfants nés par césarienne (que ce soit une césarienne « de confort » ou une césarienne pour raison médicale) risquaient eux aussi d’être plus obèses que les enfants nés par voies naturelles…

**

*

Connaissez-vous le « Mississipi’s Clarion Ledger » ?

Non, probablement pas…

Il s’agit simplement d’un journal américain, publié dans l’état du Mississipi…

Un journal qui, dernièrement, se montrait très fier que l’état du Mississipi soit l’état américain avec le plus haut taux de vaccination (là-bas, pas question, comme dans d’autres états, d’être exempté de vaccination pour raison philosophique ou religieuse : on vaccine le gamin dès qu’il arrive, point barre!).

mississippi-vaccination-rates

Ce que le journal oublie pudiquement de signaler, c’est que – probablement une coïncidence, évidemment – le Mississipi était aussi l’état américain dans lequel le taux de mortalité infantile était le plus élevé des USA avec – accrochez-vous – un décès d’enfant pour cent naissances !!!

Et le score est aussi catastrophique en ce qui concerne la santé en général des enfants…

Mais, évidemment, la vaccination obligatoire de masse n’y est pour rien… Évidemment… Cette mauvaise santé et cette mortalité élevée sont probablement dues, je ne sais pas, moi, à la proximité du fleuve Mississipi ? À moins que ce ne soit parce que le Mississipi est républicain et non démocrate ?

Vaccinez-vous, qu’ils disaient !

 

 

Bonne journée !

 

 

 

 

Advertisements