J’ai une mauvaise nouvelle !

J’ai une mauvaise nouvelle !

Et même une très mauvaise nouvelle…

 

Ton troll s’est suicidé ?

Non, ça, ce serait plutôt une bonne nouvelle…

La mauvaise nouvelle, c’est ce que je viens de lire ce mardi soir (oui, je sais, on n’est pas mardi soir, mais j’ai écrit cet article le 18/11 à 22h et des poussières).

Ce que je viens de lire et qui est paru sur The Journal of Leukocyte Biology de novembre 2014…

Une étude néerlandaise.

Réalisée à l’université de Leiden.

Avant de vous parler de l’étude, laissez-moi vous conter une petite histoire…

Imaginons un étudiant en fac qui passe son année scolaire à guindailler pratiquement chaque soir, et qui, pratiquement chaque matin, est vaseux durant les premières heures de cours durant lesquelles il « récupère » de sa cuite de la veille.

Imaginons que cet étudiant, pris de remord, se dise, six semaines avant les examens, qu’il est temps de se « rattraper », de se serrer un peu la vis, et de se mettre à étudier.

Ce qu’il fait.

Plus de sortie, plus d’alcool, plus de guindaille, mais de l’étude, de l’étude, et encore de l’étude durant six semaines !

Et finalement, il réussit ses examens ! Ouf…

À votre avis, est-ce possible ?

Oui ? Non ?

Oui, c’est possible… Mais… !

Ne pensez-vous pas que ses résultats aux examens auraient été meilleurs si, quotidiennement, il avait travaillé sa matière, au lieu de gaspiller des mois à guindailler ?

Probablement, n’est-ce pas ? Et même certainement…

Logique.

Si vous vivez des mois et des mois de mauvaises habitudes, ce n’est pas en six semaines que vous arriverez à les rattraper. Un peu, oui, vous y arriverez, mais pas entièrement… Et donc, si vous étiez dans le cas de cet hypothétique étudiant, il est plus que probable qu’en travaillant un peu régulièrement toute l’année, vous auriez chopé un 75% à vos examens au lieu d’un 61% en ne travaillant que quelques semaines comme un forçat…

 

Hé bien, la mauvaise nouvelle, selon cette étude, c’est que ce n’est pas valable QUE pour les études, mais aussi pour … votre alimentation !

Si, durant des années, la serveuse du McDo du coin vous accueille avec un grand sourire en vous demandant avec un clin d’œil complice si vous prenez la même chose que la veille, et si votre photo trône sur le comptoir du marchand de bonbons du quartier avec la mention « meilleur client de l’année », bref, si vous avez pris de mauvaises habitudes alimentaires, ne vous attendez pas à redresser la barre à 100% si, subitement, vous remplacez vos mauvaises habitudes par de bonnes habitudes !

 

Bon, relativisons quand même…

Si vous adoptez, là, maintenant, tout de suite, une alimentation plus « équilibrée », même après des années de malbouffe, c’est certain que votre santé ne peut que s’améliorer (enfin, s’il n’est pas trop tard, évidemment).

 

Mais…

Même des années après avoir adopté ladite alimentation plus « équilibrée », il va rester des traces – à vie – des années précédentes de mauvaises habitudes alimentaires !

Les scientifiques néerlandais ont constaté que ces années de malbouffe affectaient le comportement du système immunitaire. Et que même après avoir adopté une nouvelle façon de manger, laquelle nouvelle façon permettait pourtant, par exemple, une diminution des niveaux de cholestérol sanguin et même de l’athérosclérose, les effets d’une alimentation « déséquilibrée » datant de longtemps empêchaient encore et toujours le système immunitaire de travailler à sa pleine capacité !

Je vous passe les détails, mais en gros, les mauvaises habitudes alimentaires modifient durablement – à vie – l’expression de certains gènes, dont les gènes liés à l’immunité, d’où un risque plus élevé, par exemple, d’ennuis cardiovasculaires chez quelqu’un qui a passé une moitié de sa vie à manger « mal » puis la seconde moitié à manger « bien », par rapport à quelqu’un qui a toujours mangé « bien », même si, au final, les analyses (taux de cholestérol, de sucre, etc. …) sont identiques !

 

Bref, on savait depuis longtemps que l’alimentation jouait un rôle important sur le système immunitaire, maintenant on sait que cette alimentation a une incidence durable sur le risque de maladies !

 

Alors ?

Bin, alors, au plus vite vous modifierez vos mauvaises habitudes, au mieux ce sera… Parce que, oui, mieux vaut (se mettre) tard (à une bonne alimentation) que jamais… Mais sachez qu’il en restera toujours un petit quelque chose…

Si, dans votre famille, vous voyez des enfants (ou des ados) en train de s’empiffrer de crasses, expliquez peut-être à leurs parents – qui ne se rendent évidemment pas compte du mal qu’ils font à ces enfants qu’ils disent tant aimer – que même si, plus tard, ces gamins adoptent une alimentation 100% saine, il ne seront pas égaux, devant la maladie, aux même enfants qui auraient mangé sainement toute leur vie…

 

Bon appétit !

 

 

 

Advertisements

10 réflexions sur “J’ai une mauvaise nouvelle !

  1. FAITES GAFFE ,( légalement )
    ******************************************
    ce que dit santé à la lune ,

    il parle de troll , sans me nommer ,

    mais c’est de moi dont il parle

    ( il me l’a dit des milliers de fois ) ,

    il dit : Ton troll s’est suicidé ?

    Non, ça, ce serait plutôt une bonne nouvelle…

    ( c’est une MENACE DE MORT )

    J’aime

  2. Gérard

    8 décembre 2014 à 1301 33

    FAITES GAFFE ,( légalement )
    ******************************************
    ce que dit santé à la lune ,

    il parle de troll , sans me nommer ,

    mais c’est de moi dont il parle

    ( il me l’a dit des milliers de fois ) ,

    il dit : Ton troll s’est suicidé ?

    Non, ça, ce serait plutôt une bonne nouvelle…

    ( c’est une MENACE DE MORT )

    J’aime

    • Ouaip, encore et toujours là, le harceleur !
      Et je ne laisse passer que les messages courts ! 😆

      Oui, les gens doutent.
      Logique…
      On (= les publicités, les « officiels ») leur a tellement raconté plein de choses fausses (il faut boire plein de lait de vache, il faut manger plein de sucres, et blablabla) que dès qu’on leur dit quelque chose qui ne va pas dans le même sens, ils se disent qu’il y a quelque chose qui ne va pas, et que ce sont les « officiels » qui ont probablement raison, pas les « charlatans »… Surtout qu’il y a des organismes qui sont chargés de faire croire que nous sommes non seulement des « charlatans », mais qu’en outre, nous sommes des gourous que nous formons des sectes, et toute cette sorte de chose !

      J’aime

  3. De l’acharnement ? Je n’ai même pas compté le nombre de gentils messages, aujourd’hui… Une dizaine ? Une douzaine ? Plus ? Moins ? Je n’en sais rien (et, à dire vrai, je m’en moque et j’en ris)…
    Bah, je résumerai en une seule lettre : ψ ! 😈

    J’aime

Les commentaires sont fermés.