Menteuses !

logoACRF

Connaissez-vous l’ACRF ?

Non, pas l’association des Amis du Christ-Roi de France

Non, pas l’Australian Cancer Research Foundation

Et, non, ça ne veut pas dire Attention aux Curés Récalcitrants et Farfelus non plus…

L’ACRF se définit comme un mouvement d’éducation permanente de femmes vivant en milieu rural, l’acronyme ACRF signifiant Action Chrétienne Rurale des Femmes

 

Et ce sont ces femmes que tu oses traiter de menteuses ?

Gentiment, en guise de clin d’œil…

smiley-clin-oeil

Je viens de lire dans mon quotidien qu’en Belgique, cette association avait réalisé une petite étude.

Ho, pas une étude scientifique destinée à servir de référence mondiale…

Non. Juste une petite étude comportementale réalisée auprès du public concerné par les activités de l’ACRF, c’est-à-dire un public composé à environ 92% de femmes âgées en moyenne de 63 ans et vivant en milieu rural.

En deux lignes…

L’ACRF a demandé à ces dames ce qu’elles voulaient avoir dans leur assiette, puis elle a vérifié ce qu’il y avait réellement dans leurs paniers d’achats…

En résumé, et en vrac, les femmes rurales veulent manger (et faire manger à leur famille) de la nourriture de qualité.

Et, selon elles, une nourriture de qualité, c’est (je cite, dans l’ordre de préférence, les phrases relevées dans l’étude) :

– des produits sans pesticides, issus de l’agriculture biologique ;

– des produits savoureux, naturels, frais, sains et locaux ;

– pas de « produits trop artificiels » (sic), pas de produits industriels…

Et « les producteurs doivent produire moins, mieux et moins cher » est un avis qui revient souvent également…

 

Belle philosophie, superbes intentions louables, et tout et tout !

Avec ce genre d’alimentation, la santé des Belges va refleurir dès le printemps prochain, pourrait-on croire (du moins la santé des Belges qui seront nourris par ces femmes rurales et catholiques).

Bon, maintenant, est-ce que cette philosophie, cette envie de bien manger, …, est-ce qu’on les retrouve lorsqu’on épluche le ticket de caisses de ces dames ?

Ou, question posée autrement : est-ce que ces braves dames catholiques disent bien la vérité, ou mentent-elles ?

 

Hé bien, apparemment, entre les intentions (de manger des produits propres, naturels, sains, locaux, …), et la réalité, il y a une marge…

Une marge de 37%…

Parmi ces prétendues adeptes du bio, seules 37% de ces femmes en achètent réellement !

Donc, 63% d’entre elles mentent…

Enfin, non, il ne s’agit pas exactement d’un mensonge…

Un(e) bon(ne) catholique ne ment pas !

Elles ont répondu à la question posée…

On leur a demandé ce qui, pour elles, était une bonne manière de s’alimenter. On leur a demandé ce qu’elles souhaitaient acheter, pas ce qu’elles achetaient réellement

Et s’il n’y a pas toujours concordance entre leurs souhaits d’achats et leurs achats, c’est tout simplement à cause … du prix trop élevé des produits sains ! Disent-elles…

M’ouais…

Je pourrais rétorquer que ce que l’on économise aujourd’hui chez l’épicier, on le dépensera demain chez le pharmacien, et que, donc, mieux vaut bien manger pour un peu plus cher et être en bonne santé, que consommer de la malbouffe (dans tous les sens du terme) pour moins cher, et être malade, ce qui va entraîner des dépenses supplémentaires … et des douleurs inutiles.

Je pourrais ajouter aussi que, comme les produits biologiques sont plus « nourrissant », on en mange moins (mais, d’un autre côté, comme ils sont meilleurs – au goût – que les autres, on en mange parfois plus par gourmandise).

Mais est-ce que les bons produits sont vraiment si chers ? Est-ce que le biologique est toujours plus cher que le même produit cultivé en agriculture chimique ?

Hé bien, non. Pas toujours !

Je ne fais pas spécialement attention aux prix, préférant, comme je le disais ci-dessus, mettre parfois quelques centimes de plus pour acheter un produit biologique meilleur pour la santé et au goût … mais il se fait que, parfois, lorsque les circonstances s’y prêtent (des produits similaires en bio et en pas-bio sur le même rayon, par exemple), je constate cette différence de prix. C’est ainsi, par exemple, que, la semaine dernière, jeudi soir, quand je suis passé faire des courses au magasin OKAY de Fosses-la-Ville, j’ai constaté que les bananes biologiques étaient à 1,45€ le kilo. Et les bananes-aux-produits-chimiques disposées juste à droite des bananes biologiques étaient à … 1,49€ !

Trop cher, le bio ?

Menteuses… !

clin oeil

 

 

 

 

Advertisements

10 réflexions sur “Menteuses !

  1. Oui ça arrive, faut avoir l’œil. J’ai eu le coup la semaine dernière avec de l’huile d’oilve bio, au litre, elle était un chouia moins chère que les autres. Pas toutes les autres, mais celles pression à froid extra vierge. C’est devenu moins pénible de comparer depuis les drive et les livraisons d’ailleurs. On a le temps chez soi de bien tout regarder.

    J’aime

  2. Je ne fais jamais les courses et ne peux pas dire ce que j’ai constaté.
    Par contre, comme Lilyt, j’ai vu aussi des différences, en moins, de certains produits bios …
    Zut, un flocon vient de tomber sur ma souris !

    J’aime

  3. oui beaucoup de personne désirent bien s’ alimenter , mais parfois elles ne pensent pas plus loin que
    de bons produits… pas forcéments bios

    il n y à pas que du bio c ‘est parfois difficile de tout avoir ainsi
    pour le poulet je suis sure , mais pour les fruits ??? pas sure , le libellé bio ne se donne pas ainsi
    je connait des petits producteurs qui n’ ont pas l’ appellation et pourtant leur produits , ne sont pas traités chimiquement, vus les limaces qui se baladent sur la salade que j achéte lolll
    alors ???? au pif je pense
    bonne fin d e journée
    ton blog est très joli et au moins j ai vu la neige cette année chez moi c’est du vent du vent et des embruns loll
    @ kenavo ERIC

    J’aime

  4. Bio on n’entend plus que ça…!!
    l’Allemand vendait des oeufs bio…..alors que son terrain était contaminé ….

    J’aime

Les commentaires sont fermés.