93.400 !

Non, ce n’est pas mon chiffre d’affaire mensuel. Ni même annuel, d’ailleurs, loin de là…

Malheureusement…

 

Blague à part…

93.400, c’est le nombre de grammes que ma balance affichait hier.

 

Heuuu, oui, et alors ?

Je vous esssplique :

Ça fait longtemps que je vous raconte que ce ne sont pas les graisses qu’il faut supprimer de son assiette (on a besoin de +/- 32-33% de graisses dans son alimentation, qu’on le veuille ou non), mais que ce sont les sucres !

Par « sucres », j’entends « le sucre », évidemment (le carré que l’on met dans sa tasse, et ce que l’on retrouve dans les biscuits, les pâtisseries, le chocolat, etc. …), qu’il soit de betterave, de canne, complet ou pas complet…

Mais aussi tout ce qui est « sucré » … sauf les sucres contenus naturellement dans les fruits et les légumes (bien sûr qu’il y a du sucre dans des légumes : quand vous faites, par exemple, caraméliser un oignon, c’est quoi, à votre avis, qui caramélise, si ce n’est pas du sucre?).

C’est-à-dire le pain (pain = farine = amidon = sucre), les pâtes (même raisonnement), le couscous (même raisonnement), les pommes de terre (patates = amidon = sucre, sans passer par la case « farine »). Et la brioche…

 

Nous parlions justement hier de l’alimentation Paléo…

Une alimentation plus adaptée à l’être humain que les crasses que l’on consomme aujourd’hui.

Une alimentation qui permet de vivre mieux, et surtout d’éviter quelques maladies « de civilisation » comme l’obésité, le diabète, les problèmes cardiaques, et bien d’autres problèmes de santé.

Une alimentation qui, en résumé, consiste à manger principalement des fruits, des légumes, des noix (noisettes, …), des œufs, des poissons, des viandes peu grasses (volailles, gibier, …), et, éventuellement, de temps en temps, un petit morceau de chocolat noir (mais de l’hyper-noir, pas du « fondant » à 50% de cacao, hein).

Pas de brioche ?

Pas de brioche ! Ni de pain, ni de pâte, … En fait, rien à base de grains, rien avec du sucre, et en ce qui concerne les graisses, des « bonnes graisses » uniquement, genre huile d’olive ou huile de colza ou de noix de coco…

 

Oui, mais, c’est difficile

C’est la remarque que j’entends régulièrement…

Avec, en clin d’œil, le désormais traditionnel « par quoi est-ce que je vais remplacer la brioche pour le goûter de mes gourmands ? »…

Alors, j’ai décidé de tester

Comme ça, sur un coup de tête.

Pour savoir si c’était vraiment si difficile de « tenir le coup ». Et pour me nettoyer un peu de tous ces sucres accumulés au fil des années…

Et donc, durant trois semaines, j’ai supprimé TOUS les SUCRES de mon alimentation.

Tous les sucres, sauf ceux des fruits et des légumes. Donc, pas de pain non plus, pas de pâtes, pas de pommes de terre…

 

Bref, j’ai mangé, en vrac, …

  • de la laitue,
  • des avocats,
  • des bananes,
  • des carottes,
  • des champignons,
  • des choux de toutes sortes (Bruxelles, blancs, verts, brocoli, …),
  • des concombres,
  • des navets,
  • des œufs,
  • des poires,
  • des pommes,
  • des radis,
  • des raisins,
  • des tomates (oui, je sais, ce n’est plus trop la saison, mais, bon, …),
  • du lapin,
  • du poisson (surtout en boîtes, parce que pour des raisons pratiques, je n’ai pas pu aller magasiner du frais ou du surgelé comme je le souhaitais),
  • du porc maigre (je n’avais pas de sanglier sous la main),
  • du poulet,
  • du steak maigre (je n’avais pas de cerf ou de chevreuil),
  • et ça doit être à peu près tout (même si je dois probablement oublier un truc ou l’autre : j’aurais dû prendre note jour après jour, c’eût été plus simple).

Je me suis permis UNE entorse en trois semaines (dans le régime Paléo, il est conseillé, vu qu’il est impossible de ne manger que Paléo 7/7 et 365 jours par an, de s’accorder un repas « non-Paléo » par semaine, voire deux) : un « dagobert à l’américain » au septième jour…

Bon, alors, je traduis pour les lecteurs français : un « dago », ou un « dagobert », c’est une demi-baguette garnie avec … un peu n’importe quoi (des crudités diverses, et des viandes ou des charcuteries). Et l’américain, appelé aussi filet américain, c’est un steak haché – cru – additionné de cornichons hachés, de câpres hachés, d’oignons ou échalotes hachés, et de sauce genre mayonnaise. À l’huile de colza, la mayo, pour ne pas trop déroger… 😉

 

Verdict ?

Non, JE n’ai eu aucune difficulté à suivre ce type d’alimentation sans sucre aucun. Je n’ai pas eu faim, et je ne rêvais pas de chocolat chaque nuit (tiens, c’est vrai, je n’ai même pas mangé de chocolat durant ces trois semaines)…

Par contre, D’AUTRES ont eu des difficultés : mes parents ! Je suis allé mangé chez eux – comme je le fais de temps en temps – trois ou quatre fois sur les trois semaines, et chaque fois, pour faire comprendre à ma mère que, non, les frites, c’est du sucre, je n’en mange pas, non, les pommes de terre, c’est du sucre, je n’en mange pas, non, le pain, c’est du sucre, je n’en mange pas, …, ce fut la croix et la bannière, avec chaque fois l’exclamation « mais alors, je ne sais pas ce que tu peux manger ! » (comme s’il n’y avait que du pain ou des patates dans le placard!).

Bon, mes parents dépassent les trois quarts de siècles, aussi. Ce qui explique peut-être que c’est compliqué pour eux de bien comprendre le principe de base… Mais d’un autre côté, je me dis que ça ne doit pas être hyper-simple de « vivre en société » en mangeant, même pas Paléo, mais juste … sans sucre, tellement les produits « sucrés » se retrouvent sur toutes les tables ! Essayez donc d’aller manger Paléo au resto ! D’où le repas hebdomadaire autorisé en version « non-Paléo »…

Mais il ne faut pas en faire tout un cinéma, non plus…

  • Pas facile dans la société, c’est vrai (surtout si l’on « sort » beaucoup).
  • Mais c’est jouable si l’on mange plus souvent chez soi que dehors.

Prenons cette dame qui s’horrifiait de ne pas savoir par quoi remplacer la brioche du goûter : elle peut sans problème la remplacer par des fruits…

Et à la question de savoir par quoi remplacer le pain au déjeuner (pour y fourrer des tonnes de Nutella ou de confiotes diverses), la réponse est encore plus simple : par rien ! Il suffit de manger, à la place de la tartine matinale, quelques fruits, et … quelques légumes, voire un bout de viande ! Si vous avez grillé quelques bouts de poulet pour votre souper de la veille, rien ne vous interdit d’en griller deux ou trois morceaux en plus pour les manger le matin au déjeuner… Ou de vider une boîte de thon… Il n’y a aucune loi, sauf celles que VOUS vous êtes imposées, qui dise qu’on DOIVE manger du pain avec de la confiture le matin, que je sache.

 

Au niveau santé ?

Je me sens … plus léger, moins fatigué. Mais, bon, ça, c’est subjectif…

Ce qui est nettement moins subjectif, c’est le verdict de la balance.

Sans avoir eu faim, sans avoir l’impression d’avoir fait des efforts, sans me sentir au régime le moins du monde, j’ai perdu quelques kilos en trois semaines !

Au début des trois semaines, je pesais 99 kilos. Un poids que j’avais atteint en appliquant quelques règles de mon cru voici déjà quelques temps (il y a quelques années, j’étais monté jusque … 130 kilos!).

Et hier, je me suis rendu compte que la balance affichait 93,4kg…

Soit plus de cinq kilos perdus en trois semaines !

Ce n’est pas un « régime pour perdre du poids », mais si l’on mange « moins de crasses », automatiquement, l’organisme va éliminer les kilos superflus !

 

Voilàvoilàvoilà…

Je voulais vous en faire part. Pour une fois, il ne s’agit pas d’une étude mais d’un « test » réalisé par moi-même sur moi-même…

On en reparlera plus tard… Le jour où j’aurai écrit ce fichu bouquin que certains me réclament depuis longtemps, pour savoir « quoi manger »…

 

Bon mardi !

 

 

 

Advertisements

14 réflexions sur “93.400 !

    • Je ne dirai même pas « bon courage », parce que j’avoue que, s’il n’y avait pas eu des repas hors de chez moi, je ne me serais même pas aperçu que j’étais en quelque sorte « au régime »… Mais, bon, j’aime les fruits, j’aime les légumes, et bien que ne mangeant pas beaucoup de viandes, j’en mange quand même un peu en bon flexitarien que je suis… 😉
      Alors, bon appétit !

      J’aime

  1. Déjà ma femme (qui a un dérivé de la maladie de Crohn) me dit : « moi je ne peux pas anger comme ça…, mais tu fais ce que tu veux ! ».
    Tiens, ça va être facile ça : pendant qu’elle mange son pain et ses patates, de la regarder faire et moi de baver (!) … tout en mangeant des légumes et des fruits !

    Bon, ok, je diminue au maximum les quantités, au profit de + de fruits et légumes, mais pas plus.
    C’est déjà ça, non ? On verra si la balance s’en porte déjà mieux (et qui sait si après… ?).

    Par étapes, peut-être par étapes…
    Dur dur…

    Bonne journée quand même, Maître Eric ! 😉

    J’aime

    • Bin, je ne connais pas son cas, mais déjà, si Madame a un dérivé de la maladie de Crohn, il est possible que ce soit dû à une allergie ou une intolérance au gluten, et si c’est le cas (ça, ce n’est pas à moi à le déterminer), ce serait probablement bien qu’elle abandonne le gluten, et donc, le pain et tout ce qui contient de la farine… Enfin, moi, j’dis ça et j’dis rien… 😉
      Quoi qu’il en soit, se passer de pommes de terre et de pain a été, pour moi, hyper facile.
      Il y a « quelques années », la pomme de terre était inconnue en Belgique. Elle a été cultivée petit-à-petit, tout doucement, chez nous dans les années seize cent cinquante (quand elle est arrivée chez les Flamands – goede dag) et a fini par conquérir toute la Belgique seulement au bout d’un siècle. Ce n’est que vers 1750 qu’on a vraiment commencé à avaler régulièrement de la patate dans toute la Belgique ! Il y a trois siècles, dans mon Namurois natal, on mangeait principalement des légumes, dont des choux (arrivée de la pomme de terre dans les provinces de Namur et du Luxembourg vers les années 1730)… Je n’ai fait que manger comme le faisait mon arrière-arrière-…-arrière-grand-père.
      Et depuis quelques décennies, on mange … des hamburgers ! Mais c’est une autre histoire… 😆
      Bon appétit, maistre Léo. Dans ton cas, j’ajouterai bon courage !

      J’aime

      • Non, Crohn, dans la famille de ma femme est une véritable plaie car ils sont 6 ou 8 à l’avoir, et elle ce n’est que très peu, tandis qu’une petite nièce vient presque d’en mourir !
        Je ne crois pas que le gluten soit en cause, mais bref, j’essayerai de lui en parler…

        Sinon, je suis bien d’accord avec tout ce que tu me dis, et même que tu as certainement raison, mais dur dur de changer ses habitudes à passé 70 ans !
        Il n’empêche que je fais de gros efforts dans ce sens et nous avons déjà remplacé le p’tit déj par des fruits, uniquement !

        Mais comme dit Zabelle ci-dessous, une semaine de menus nous aiderait certainement à y voir plus clair ?

        Merci pour ton amitié, Eric.

        J’aime

  2. euh là j’y perds mon latin….
    réduire le sucre sous toutes ses formes ok mais le remplacer par de la viande ce n’est pas un peu abuser écologiquement parlant?
    j’essaie de réduire la consommation de viande et j’y arrive plutôt bien , nous ne mangeons plus de laitages de vache mais là tu compliques la donne….
    as tu noté tes menus? aurais tu l’amabilité de nous donner une semaine d’exemple de menus? par mail si tu ne veux pas le publier, en fait je n’arrive pas à « visualiser » ce type de repas….

    je sais je suis blonde et j’aime la brioche , mais je me soigne, je te lis assidument!!!!lol
    bises

    J’aime

    • Bon, alors, pour les « menus » quotidiens…
      Mea culpa, mea magna culpa…
      C’est ma faute, je le sais, j’aurais dû prendre note de tout ce que j’avais mangé au fil des jours…
      Mais, bon, je n’ai rien fait de spécial, non plus… Pas de « grands menus »…
      Je mangeais ce que j’aimais, quand j’avais faim…
      Quand je me réveillais, par exemple, il m’arrivait de manger un avocat (juste coupé en deux, à la cuillère, sans rien), ou une barquette de tomates-cerises (sans rien non plus, comme des bonbons, quoi), ou deux bananes, ou le reste de mon repas de la veille au soir… Ou rien, parce que je n’avais pas faim !
      Une ou deux ou trois heures plus tard, selon ma faim, je mangeais un autre machin, toujours dans le même style (quelque chose que j’aime, mais sans tralala). Je ne sais pas, moi, des carottes cuites – encore croquantes – avec des oignons et un peu d’ail, par exemple, ou des quartiers de pomme revenus à la poêle avec une pincée de cannelle dessus, ou une soupe de légumes (une petite poignée de légumes, un peu d’eau, et hop, dans le bol), …
      Et ainsi de suite jusqu’au soir…
      Je me suis rendu compte que, quand on mange quand on a faim – et pas « quand c’est l’heure normale de manger » – on mange moins.
      Je continuerai encore durant quelque temps, mais de manière plus « allégée » (moins stricte).
      Je vais essayer de penser à noter dès demain ce que je mange, et ce, durant trois-quatre jours… Mais pas facile, parce que je suis distrait d’une part, et puis parce que, d’autre part, mon emploi du temps est assez « fouillis » dans les trois prochains jours, que je ne serai pas 24/24 devant mon ordinateur, et que je ne passerai pas mon temps à me promener avec un petit carnet en poche pour y noter tout ce que je mange sur la journée…
      Ha, oui, j’ai failli oublier… Don’t forget… Vergeet niet…
      Cardamome, arrête de lire à partir d’ici, sinon, tu vas encore rouscailler…
      Il faut boire, boire, et encore boire…
      De l’eau, évidemment, mais aussi un peu de thé, un peu de café (ou un succédané, comme le Bambu par exemple), ou de la tisane. J’ai une bouteille de Spa Reine en permanence près de mon bureau. Une bouteille de deux litres que je vide sur deux jours. Si j’y ajoute trois, quatre, cinq, parfois six – sept tasses de boissons chaudes (dans un mug de 250ml), et un ou deux bols de soupe, finalement, ça fait plus de deux litres de liquide par jour…
      Je sais que ma consœur (Cardamome) ne veut pas que l’on boive trop, mais là, je sentais que j’en avais besoin… Peut-être est-ce « psychologique », mais j’avais l’impression que j’avais des crasses à éliminer au bout des trois-quatre premiers jours. Ces derniers jours, cette soif se calme un peu (d’ailleurs, aujourd’hui, je n’ai pas bu plus que 500ml de Bambu, 125ml de tisane à la menthe, et trois quarts de litre d’eau, et pas de soupe) et je ne ressens plus ce besoin de laver mon organisme…

      Et pour répondre à la question de la viande qui « remplace » le sucre … heuuu … je n’ai jamais dit ça…
      J’ai viré tout ce qui était « sucre » (sucres, amidon, ;.., sauf les fruits), et j’ai mangé un peu de viande, mais pas spécialement plus que d’habitude.
      Je n’en mangeais pas chaque jour (comme c’est déjà mon cas habituellement), et pas des grosses quantités…
      Ce que j’ai le plus mangé, ce sont des légumes et des fruits. Pas des viandes.

      Bonne nuit, tout le monde…
      Je voulais travailler encore une petite heure avant d’aller me coucher, mais je pense que c’est raté…

      J’aime

      • merci Eric pour ta réponse et le temps passé
        je voulais dire supprimer le sucre (tous les sucres lents rapides….)
        et mettre plus de viande…
        te sachant flexitarien j’ai pris un gros raccourci….

        J’aime

        • En gros, quelqu’un qui mangerait d’habitude une côte de porc avec trois pommes de terre moyennes et quatre carottes étuvées et coupées en rondelles … pourrait remplacer les trois pommes de terre par trois carottes supplémentaires, tout en gardant la côte (pas trop grasse) de porc.
          Mais pour un végé qui mangerait d’habitude des carottes, des patates, et un « steak végétarien », ou du tofu, ou un autre légume supplémentaire, il lui suffirait d’ajouter … ce qu’il veut pour remplacer les patates.
          Bon appétit !

          J’aime

    • Bien le bonsoir…
      Bonne question…
      La réponse va surprendre, mais, non, je n’en ai pas mangé (sauf trois-quatre noisettes chez mes parents, la semaine dernière, en provenance directe de leur jardin).
      Mais j’aurais dû, c’est vrai…
      Pourquoi n’en ai-je pas mangé ?
      Tout simplement parce que je n’en avais pas sous la main, et que j’ai donné la priorité à ce que je pouvais trouver facilement près de chez moi. J’ai été assez … heuuu … assez « pris » ces derniers temps (et c’est un euphémisme), et j’avoue que si je m’octroyais le temps d’aller faire quelques rapides courses à six kilomètres de chez moi, je ne faisais pas les 25 km me séparant du magasin où je sais trouver des noix biologiques de bonne qualité (depuis quelque temps, les amandes dites « bio » en provenance des USA, par exemple, sont toutes grillées, et pas spécialement dans de bonnes conditions, donc, je préfère aller là où je sais que les noix diverses sont bonnes).
      Mais, bon, je ne manque pas de noix (noix, noisettes, amandes, …), parce que, d’habitude, j’en mange assez régulièrement dans mon alimentation normale. Je n’en ai plus chez moi depuis un peu plus d’un mois, voilà tout… La semaine prochaine, j’aurai vraisemblablement le temps d’aller me promener au Biocap d’Erpent, histoire de voir s’ils en ont…
      Bon appétit ! 😉

      J’aime

Les commentaires sont fermés.