Interstellar, le script aux trous noirs

2 mots : J’ADORE !

Le blog d'un odieux connard

La lampe du bureau jette une chaude lueur orangée sur les murs de la bibliothèque, alors qu’une froide pluie de novembre tambourine contre les carreaux de l’immense fenêtre de la pièce. Confortablement assis dans son fauteuil, un homme relit tranquillement L’Iliade en savourant aussi bien son cigare que l’ambiance feutrée de ce soir d’automne.

Aussi est-il quelque peu surpris lorsqu’une explosion au beau milieu de la pièce renverse meubles et rayonnages en envoyant voler des livres anciens dans toutes les directions. Alors qu’il se relève péniblement des ruines de son fauteuil et ramasse son cigare qui avait roulé au sol, il constate avec surprise qu’il n’est plus seul dans la pièce.

« Diego ? appelle-t-il d’un ton agacé jusqu’à ce qu’accoure son fidèle serviteur. 
– Monsieur ? J’ai entendu un bruit et… mais ? s’interrompt le brave garçon. Qu’est-ce que ?
– Diego, saperlipopette, j’aimerais que tu m’expliques ce que fait un Monsieur…

View original post 12 975 autres mots

Advertisements

Une réflexion sur “Interstellar, le script aux trous noirs

Les commentaires sont fermés.