Même pas peur !

 

Normal, je n’en prends pas…

Tu ne prends pas de quoi ?

D’antidépresseur…

 

Des scientifiques du Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences viennent de publier un article dans Current Biology.

Un article qui parle de ce que les antidépresseurs font dans le cerveau, et à quelle vitesse il le font…

 

Je résume, parce que ça ne sert pas à grand chose d’entrer dans les détails :

Une seule prise d’un bête antidépresseur peut modifier les connexions du cerveau – de tout le cerveau – en seulement trois heures !

Alors qu’on pensait qu’il fallait beaucoup plus longtemps avant que les effets se fassent sentir !

Ça fait peur, non ?

 

Les chercheurs ont fait avaler à des volontaires une pilule de Lexapro, un bête antidépresseur de la classe des inhibiteurs de recapture de la sérotonine (un autre produit hyper connu de cette famille : le Prozac).

La séroquoi ?

La sérotonine. Un neuromédiateur qui joue de nombreux rôles, dont des rôles en rapport avec l’humeur des gens. Un dépressif est en manque de sérotonine, et les labos pharmaceutiques ont trouvé que ça rapportait plus d’argent de vendre des antidépresseurs qui limitent artificiellement le déficit de sérotonine plutôt que de s’occuper convenablement des dépressifs…

Puis ils ont scanné leur cerveau.

Pour connaître un peu mieux la manière dont ce type de médicaments agit, et quels en sont les effets, même en cas de prise ponctuelle, sur le cerveau.

 

Stupeur : des modifications de la connectivité des cellules nerveuses étaient visibles en trois heures seulement ! À savoir une réduction générale de la connectivité dans le cerveau dans son ensemble, et une augmentation de cette connectivité dans deux régions, à savoir le cervelet et le thalamus.

 

Oui, et alors ?

Bin alors, ça veut dire qu’une seule prise de ce type d’antidépresseur suffit à modifier l’architecture physique du cerveau, suffit à modifier la manière dont les cellules se transmettent les informations !

 

Moi, ça me fait peur…

Pas pour moi, vu que je ne prends pas ces saletés, mais j’ai peur pour ceux qui se laissent convaincre par leur toubib de prendre un médoc à la moindre petite déprime !

 

 

 

 

 

Advertisements

4 réflexions sur “Même pas peur !

  1. D’façon les ISRS (Inhibiteurs Sélectifs de Recapture de la Sérotonine) sont de vraies saloperies : le bouquin de Virapen sur les labos évoquait le cas du Prozac par exemple, et indiquait que des études internes, non publiées, montraient une élevation du risque de suicide. C’est con pour un antidépresseur non? Des effets secondaires sur le cœur, et des AVC ont aussi été notés…
    De surcroit, la sérotine est majoritairement produite par le système nerveux entérique (le cerveau qu’on a dans les tripes quoi!)… du coup j’ose même pas imaginer le brol que ça doit foutre dans la digestion et dans le microbiote intestinal qui semble étroitement lié à la défense immunitaire. Que du bonheur quoi.

    J’aime

  2. moi en cas de deprime, je mange du chocolat, bon du coup je deprime car je prend aussi des grammes , donc jadore la nature, je vais dehors me balader, je fais des photos, ou alors j’essaie de faire un bricolage, style peinture, boite, trucmuche pour decorer la maison, ou bien je tiens mon blog, bon ca resoud pas le blem,
    mais non les medocs j’ai pas trop envie

    J’aime

Les commentaires sont fermés.