Bonne journée !

Brièvement dit : une brève hyper rapide, histoire de vous saluer avant de bosser…

Une étude canadienne publiée dans la revue Environmental Health Perspective vient de rendre son verdict à propos de l’environnement des futures mamans.

En ville, les bébés naissent plus « potelés », en meilleure santé, et sont moins souvent prématurés, quand la maman habite près des espaces verts.

 

Bref, mesdames, si vous habitez en ville et que vous êtes enceinte, passez le plus clair de votre temps dans les parcs, ce n’en sera que mieux pour le futur bébé !

 

NB… Ces résultats confirment ceux d’une autre étude, publiée un mois plus tôt dans la revue Occupational and Environmental Medicine, par des chercheurs israéliens et espagnols, qui montre elle aussi que quand les futures mamans habitent à proximité d’espaces verts, elles ont tendance à accoucher de bébés au poids significativement supérieur, contrairement aux mamans qui vivent dans des environnements moins verdoyants.

arbre dessin

Bonne journée !

 

 

 

Advertisements

10 réflexions sur “Bonne journée !

  1. je vis pres d’usines de toute sorte, et de pilones electriques, bon je precise que ya des coins quand meme tres jolis, lol mais j’ai pas loin des zones industrielles j’avoue, bref, je n’ai fait que de gros bébés, dont ma fille de 4 800 kg et encore on a provoqué l’accouchement sinon ! heu , je sais pas ou cela allait lol, lorsqu’elle est née je me demandai si j’avais un nouveau né, et a la mater yavait pas de pijama pour elle,
    maintenant jeune fille, elle est toute mince, je la charie souvent, et on en rigole en regardant les photos de naissance avec ses grosses joues, mais elle etait ravissante, avec une fossette, cetait craquant, mais bon bebe baleze,

    Aimé par 1 personne

    • C’est ce qu’on appelle « l’exception qui confirme la règle »… 😆
      De mon côté, il paraît que quand je suis né, j’étais le plus petit bébé tout frêle tout maigrichon de la maternité … j’ai changé, depuis… 😈

      Le problème avec ce genre d’information statistique, c’est qu’il ne s’agit que de statistiques, justement.
      Et, forcément, chaque fois qu’on dit qu’il y a plus de risque que « telle chose » se produise dans telles circonstances, ça veut dire qu’il existe automatiquement bien des cas dans lesquels « telle chose » ne se passera pas, bien que les circonstances soient identiques.
      Si je dis « sept fumeurs sur dix mourront d’un problème de santé dû au tabac », par exemple, bin, ça veut automatiquement dire qu’il y a trois fumeurs sur dix qui ne mourront pas d’une pathologie tabagique… Mais sachant que trois fumeurs sur dix ne mourront pas d’une pathologie due au tabac, et sachant que nous connaissons tous « quelqu’un qui connaît quelqu’un qui a fumé trois paquets toute sa vie et est mort centenaire », est-ce pour autant que les stats sont fausses et que le tabac est à conseiller ?

      J’aime

  2. souvent, bizarrement, la campagne rime aussi avec potager, donc une meilleure alimentation, du cru, du cuit en circuit cours….une incidence non négligeable, car ce que mange la maman,et ce quelle respire, profite au bébé..donc les espaces verts sont profitables avec les noisettes, les mures, ….je suis têtue, mais ce qui « entre » dans la maman me semble prépondérant, donc l’air….soyons fous……la nourriture peut être.???????????? (SURTOUT) !!!! NON ?????
    Bises

    Aimé par 1 personne

    • En fait, l’étude canadienne parle uniquement des espaces verts, mais l’étude précédente envisageait qu’il s’agissait de l’effet des espaces verts, oui, mais aussi du fait que ceux qui choisissaient de vivre dans un endroit verdoyant avaient peut-être des moyens plus « propres » que les autres (exemple : plus d’argent pour acheter « mieux », pour acheter des produits issus de la culture biologique, ou plus de temps libre pour aller respirer le bon air, voire aller faire un peu jogging dans ces endroits aérés).
      C’est probable que, même si l’étude du Canada n’en tient pas compte, quelqu’un qui habite à Ville Marie à Montréal, près du parc du Mont Royal, aura un niveau de vie plus « propre » qu’une personne qui habite dans un quartier moins favorisé…

      J’aime

  3. Mon petit fils est né à 7 mois 1,900kg il a 3 ans et demi , beau , musclé ,assez petit , il mange bio depuis sa naissance , et mange très bien sauf les sucreries c pas son truc !!! Ma question cher Éric : je le trouve trop mince et ça m’énerve car il dévore ses repas .. en l’aidant bien sûr c un fainéant J’ai l’impression que manger est une corvée pour lui , quoi faire? même si le pédiatre dit qu’il est bien ça ne me suffit pas je ne veux pas qu’il soit gros mais juste un petit kg lui ferait du bien . As tu un conseil à me donner merci bonne nuit PS: ma fille habite Cassis petit paradis entre mer et collines elle vit au milieux d’une très belle pinède mais son boulot infirmière libérale c beaucoup de voiture qui a fait qu’elle a eu un accouchement prématuré ne trouvant pas de remplaçante elle a enchaîné jusqu’à faire les eaux et accoucher voilà pourquoi! sans quoi le bébé aurait dû peser 4 kg est ce pour ça qu’il est ‘menu ? MERCI

    Aimé par 1 personne

    • Trop mince, c’est plutôt subjectif.
      Bon nombre de mères-grands considèrent souvent leur petit-enfant comme maigrichon, alors qu’il a un poids-santé normal… S’il est assez petit, mieux vaut effectivement qu’il ne soit pas « trop gros  » (évidemment, c’est valable pour toutes les tailles, mais quand on est petit – comme moi – le moindre kilo en trop est plus préjudiciable que quand on mesure deux mètres).
      Bon, maintenant, quel est le poids idéal d’un enfant, je l’ignore… Et je ne sais pas comment le calculer.
      Je ne suis pas spécialiste des enfants.On nous a appris à calculer un « poids-santé » à partir des données des adultes (soit le fameux BMI qui est d’une approximation effrayante, soit plus précisément en tenant compte du poids, de la taille, du sexe et de l’épaisseur des os), mais pas pour les enfants … et comme je ne reçois presque jamais d’enfants (sauf rarement pour des conseils alimentation pour des enfants vraiment « dodus », mais, bon, dans ces cas-là, le surpoids est flagrant, et je ne risque pas de me tromper en disant que le gosse doit perdre du poids et que ses parents feraient bien de cesser de lui refiler « des crasses »), j’avoue que je ne me suis jamais trop posé la question de savoir comment calculer le poids-santé d’un enfant. Il existe des courbes mais j’ignore comment elles ont été calculées.
      Les pédiatres et moi ne sommes pas toujours d’accord sur certaines choses, mais en ce qui concerne les courbes de poids, par contre, quand un pédiatre me dit qu’un enfant est dans les normes, j’ai tendance à le croire (sauf peut-être s’il est vraiment flagrant que l’enfant est trop gros ou trop maigre)…
      Bon, alors, petite précision quand même… Un bébé « grossit » durant sa première année, puis il « maigrit » jusque six ans, puis il recommence à « grossir » (j’ai mis les verbes entre guillemets parce qu’il s’agit plutôt de son BMI qui augmente, puis qui diminue, puis qui remonte, mais comme on ne calcule pas le BMI pour un enfant comme on le fait pour un adulte, j’ai préféré mettre « maigrir » et « grossir », même si c’est improprement). Il est donc normal qu’à trois ans et demi, il soit plus « affiné » qu’à un an, et je ne pense pas qu’on doive s’en inquiéter. Le contraire serait plus inquiétant…
      Relax !
      Être « menu » n’est pas un signe de mauvaise santé (au contraire, aurais-je envie de dire), sauf évidemment s’il présente des signes de dénutrition, mais ce n’est apparemment pas le cas…

      J’aime

  4. ah ça c’est bien une remarque de mec!!!!
    excuse par avance mon comm mais le gros bébé, et bien il faut le faire sortir!!! alors pas trop gros les bébés hein!!!!!
    bonne fin de journée
    bises

    J’aime

Les commentaires sont fermés.