« Hier, j’étais …

« Hier, j’étais dans le train, et j’avais à côté de moi un bonhomme vêtu d’une cape bleue. Au bout d’un quart d’heure, le bonhomme a sorti une baguette magique, a fait quelques « passes » en prononçant quelques mots dans une langue que je ne connais pas, a fait apparaître un cake (aux fruits confits) dans sa main, l’a coupé en deux (le cake, pas la main) et m’en a donné la moitié. Le cake était bon… »

À votre avis, si je raconte cette histoire à un enfant de cinq-six ans, va-t-il me croire, ou pas ?

Va-t-il prendre le personnage de mon histoire pour une personne réelle, ou va-t-il spontanément me rétorquer que « ce n’est pas vrai, c’est une histoire que tu inventes » ?

 

Hé bien, ça dépend…

Bon, alors, ici, j’ouvre une parenthèse : ce que je raconte, c’est une GÉNÉRALITÉ, ne venez pas – encore – m’envoyer des gentils messages scandalisés pour m’engueuler et me signaler que « ce n’est pas vrai, mon enfant – ou mon petit-enfant – ne se comporte pas comme ça » comme certains l’ont fait quand j’avais écrit un article expliquant que – en général – un enfant né par césarienne risquait d’être en moins bonne santé qu’un enfant né par voies basses… Refermons la parenthèse…

Ça dépend, disais-je…

De son éducation religieuse…

  • Sans éducation religieuse, généralement, un enfant sera plus « cartésien » et aura tendance à moins prendre pour réels des personnages fictifs.
  • Avec une éducation religieuse, généralement, un enfant aura plus tendance à croire n’importe quoi.

 

Kathleen H. Corriveau et ses collègues de l’Université de Boston ont réalisé deux études sur le sujet, et ont publié le résumé dans la revue Cognitive Science.

Et ils ont résumé ledit résumé de la sorte : « Les enfants qui ont une éducation religieuse ont plus de difficulté à différencier la fiction de la réalité ».

 

Alors, rapidement, sans se perdre dans des détails, sachez que Kathleen et ses collègues ont demandé à des enfants de 5 et 6 ans ce qu’ils pensaient du « statut » (personne réelle ou fictive) de personnages qu’on retrouve dans trois types d’histoires.

  • des histoires réalistes,
  • des histoires religieuses,
  • des histoires fantastiques.

 

Lorsqu’il s’agissait d’histoires réalistes racontant des événements ordinaires, tous les enfants jugeaient que la personne mise en vedette était une personne réelle.

Logique, dirais-je… Ce serait d’ailleurs plutôt illogique qu’un enfant « normal », avec ou sans éducation religieuse, pense que le jardinier qui arrose les fleurs dans les bacs de l’école ou que le policier qui roule à moto dans la ville sont des êtres fictifs…

 

Quand on abordait des histoire religieuses, dans lesquelles certains événements ne peuvent s’expliquer que par une intervention divine, les réponses divergeaient.

Les enfants ayant reçu une éducation religieuse jugeaient que le protagoniste était une vraie personne.

Alors que les enfants ayant reçu une éducation laïque le jugeaient fictif.

Logique aussi, puisque ça fait partie de leur éducation… Que, par exemple, le fils d’un dieu nourrisse des centaines voire des milliers de personnes avec seulement cinq pains et deux poissons est possible ou impossible selon qu’on l’a appris comme possible ou impossible dans leur éducation…

 

Là où ça devient intéressant, c’est quand on a présenté des histoires fantastiques racontant des événements normalement impossibles.

Dans une des deux études, on a expliqué ces événements impossibles en faisant référence à de la magie (merci Joanne Rowling, la maman d’Harry Potter), et dans la seconde étude, on n’a pas essayé d’expliquer quoi que ce soit…

Et dans les deux cas, en faisant appel à de la magie ou sans faire appel à de la magie dans les histoires (preuve que, non, les livres qui parlent de magie ne doivent pas être interdits aux gosses comme certains l’ont affirmé parce qu’ils craignaient que ça ne « perturbe » les enfants et ne leur fasse prendre les histoires qui y sont racontées pour argent comptant), …

… dans les deux cas, disais-je, les chercheurs ont constaté que les enfants qui avaient une éducation laïque arrivaient plus facilement (que ceux qui avaient une éducation religieuse) à étiqueter comme fictif les personnages des histoires…

 

Conclusion des chercheurs : l’exposition à des idées religieuses (des idées religieuses, sans spécifier une religion plutôt qu’une autre) a un impact important sur la capacité des enfants à différencier la fiction de la réalité…

 

traineau du pere noel

 

L’étude s’arrête là…

Bon, maintenant, que faut-il – à notre niveau – en déduire ?

Je le répète, ce n’est pas parce que « la plupart » des enfants, avec ou sans éducation religieuse, se comportent, « généralement », de telle ou de telle manière, que tout le monde est dans ce cas.

Je ne veux pas savoir ce qu’il en est chez vous, mais je vais vous raconter une petite anecdote de mon enfance : j’ai reçu une éducation religieuse, et ça ne m’a pas empêché à l’âge d’environ cinq ans d’aller arracher la barbe d’un « Saint Nicolas » en m’exclamant « mais c’est une fausse ! », tout comme, chaque année début décembre, je refusais de crier « merci St Nicolas » quand je voyais un bout de chocolat qui aurait été téléporté « miraculeusement » dans mon assiette du déjeuner par « le grand saint » juste avant que je ne me réveille…

Donc, à moins que je ne sois l’exception qui confirme la règle (ce qui m’étonnerait quand même grandement), l’éducation religieuse n’est pas forcément incompatible avec une certaine faculté à distinguer le vrai du faux…

Religion = crédulité, je ne pense pas… Pas spécialement, en tout cas…

Même si les études scientifiques semblent prouver le contraire…

Mais c’est vous qui voyez…

 

 

 

 

 

 

Advertisements

5 réflexions sur “« Hier, j’étais …

  1. Ah ben j’ai eu une éducation religieuse aussi avec cathé messe le dimanche etc etc etc. Et je ne croyais pas tout systématiquement même si j’étais assez naïve faut dire ce qui est. L’âge aidant je ne crois plus en rien et en dieu non plus.

    J’aime

  2. ce ne sont pas des avis figés
    c’est bien de préciser qu’il ne faut pas en faire une généralité
    je te souhaite un bel après midi
    et une excellente semaine
    gros bisous

    J’aime

Les commentaires sont fermés.