Il paraît …

Il paraît que le bio…

… c’est plus cher…

… c’est dangereux…

… c’est moins bon pour la santé que les machins « chimiques »…

etc. !

 

En ce qui concerne la première allégation, c’est vrai que, souvent – pas toujours (il m’est arrivé, rarement il est vrai, de trouver des produits étiquetés « bio » moins chers que les mêmes issus de l’agriculture intensive) – le bio est un chouïa plus cher que le « chimique ».

Un chouïa…

Quelques centimes (voire quelques dizaines de centimes) au kilo…

En choisissant de « manger proprement » au quotidien, il est vrai que vous dépensez peut-être un euro en plus chaque jour pour acheter des produits de qualité.

Disons même que le bio vous coûte cinquante euros en plus mensuellement.

Quand je vois que certains dépensent, par exemple, cette somme, chaque semaine, pour se pourrir la santé avec des cigarettes fabriquées industriellement à base de tabac (oui, quand même, ils en mettent dedans) et de beaucoup de produits chimiques, je me dis qu’à choisir, je préfère investir dans la vie (bio, de βιος en grec = la vie) que dans la mort (c’est même marqué sur lesdits paquets de clopes, que « fumer tue »!)… Passons…

Et puis, comme je le rappelle souvent, je préfère dépenser un peu plus chez l’épicier et un peu (beaucoup) moins chez le médecin et le pharmacien !

 

En ce qui concerne les autres allégations (dangereux, pas bon pour la santé, et toute cette sorte de choses), elles émanent de gens un peu bornés qui se définissent eux-mêmes comme « pro-chimie / pro-nucléaire / anti-bio », donc, elles ne me perturbent pas trop…

 

Je vais aujourd’hui proposer à ces « anti-bio » (tiques?) une étude qui vient d’être publiée (le mardi 15 juillet) par l’Université de Newcastle dans la revue British Journal of Nutrition, une étude qui consiste en une méta-analyse de plusieurs études et qui montre que les fruits, les légumes et les céréales qui proviennent de l’agriculture bio ont des concentrations en antioxydants de 18% à 69% plus élevées que ceux produits en agriculture conventionnelle.

Dix-huit à soixante-neuf pourcents en plus (je ne résiste pas au plaisir de l’écrire en toutes lettres tellement c’est « hénaurme ») !!!

 

Ouais, et alors, vont rétorquer les trolls ?

 

Bin alors, une flopée d’études (des vraies études scientifiques, hein, pas des études à la con où l’on se base sur douze cas soigneusement choisis, comme le font parfois certains labos pour prouver ce qui les arrange) ont déjà démontré depuis longtemps que consommer des antioxydants (les consommer naturellement, pas en gélules!) était tout bénéfice pour la santé.

Principalement (mais pas que) pour se protéger contre certaines maladies (des maladies cardiovasculaires, des maladies neurodégénératives, des cancers, …) !

 

Bref, le bio ?

Tout bon pour la santé !

 

Pourquoi plus d’antioxydants dans une plante bio ?

Probablement parce que, vu qu’elle n’est pas assaisonnée aux pesticides chimiques, elle doit se défendre elle-même contre ses agresseurs naturels, ce qui se traduit par une hausse du taux de ses défenseurs naturels que sont ses antioxydants. On pourrait presque faire une comparaison avec la vaccination artificielle proposée par la médecine et la vaccination naturelle, mais là n’est pas la question…

 

Mais il y a mieux !

La même étude de la même Université de Newcastle montre aussi des niveaux plus faibles de métaux lourds toxiques dans les cultures biologiques !

Ça se remarque surtout pour le cadmium (un des trois métaux les plus contaminants avec le plomb et le mercure), dont les concentrations sont près de 50% inférieures dans les cultures biologiques que dans les cultures conventionnelles.

Les autres concentrations de « crasses » sont évidemment beaucoup moindres également dans le bio que dans le chimique…

Quant aux pesticides, vu qu’ils ne sont pas employés en agriculture biologique, on n’en retrouve que de minuscules traces … des traces dont sont responsables les agriculteurs « chimiques » qui polluent l’environnement en plus de polluer leurs propres parcelles) ! Ce serait d’ailleurs bien que ces pollueurs cessent complètement de polluer (leurs voisins qui pratiquent le bio), parce que, même des traces, au fil du temps, pour ces produits qui sont des perturbateurs endocriniens, ce n’est pas spécialement recommandé… Mais, bon, mieux vaut une trace qu’une louche…

 

Bref, le bio ?

Tout bon pour la santé !

 

 

 

Petit clin d’œil concernant les éventuels « intérêts »…

Ou « chacun prêche-t-il pour sa chapelle ? »…

 

Cette méta-analyse hyper-complète (basée sur 346 études sur les productions végétales uniquement) a été réalisée dans le cadre du projet européen Quality Low Input Food. Un projet réunissant une trentaine d’instituts de recherche, d’entreprises et d’universités en vue d’améliorer la qualité, la sécurité et les qualités nutriotionnelle de ce qu’on met dans nos assiettes…

D’un autre côté, en 2009, la Food Standards Agency avait financé une étude (portant sur seulement 46 publications choisies, lesquelles mélangeait les productions végétales, les viandes, les produits laitiers, …) qui concluait qu’il n’y avait pas de différences substantielles ou de bénéfices nutritionnels importants pour les aliments bio par rapport à ceux issus de l’agriculture conventionnelle.

Même si la méta-analyse actuelle est financée par le bio, vu qu’elle a entrepris de prendre en compte sept fois (et demi) plus d’études, des études uniquement basées sur un seul sujet (la culture) et non sur différents sujets comme la précédente (qui mélangeait la culture, l’élevage et les produits laitiers), on peut espérer que, plus complète, plus « ciblée », elle est aussi plus objective…

Carlo Leifert, le prof d’agriculture de l’université qui a piloté cette méta-analyse conclut d’ailleurs en ce sens : « Nous avons montré sans l’ombre d’un doute qu’il existe des différences de composition entre les cultures biologique et conventionnelle, mais il y a maintenant un besoin urgent de réaliser des études diététiques spécialement conçues pour identifier et quantifier les impacts sur la santé d’une transition à une alimentation biologique. »

 

Bref, le bio ?

Tout bon pour la santé, oui … mais comme tout bon scientifique qui ne veut pas se mouiller, mister Leifert se lave les mains et repasse la patate chaude à ses confrères nutritionnistes…

C’est de bonne guerre…

À quand des « scientifiques holistiques » ?

Qui ne voient pas « la science » (les sciences) au niveau d’un biologiste, ou d’un chimiste, ou d’un physicien, …, mais comme un tout ?

À quand le « nexialisme » cher à Alfred Elton van Vogt ?

 

 

 

Advertisements

11 réflexions sur “Il paraît …

    • Bon pour la planète en plus, ce qui n’est pas à négliger, effectivement.
      Elle a bien besoin d’un coup de pouce en ce sens, notre pauvre planète tellement malmenée…
      Il y a UN pays (sur deux cents) dans le monde qui a décidé de ne plus avoir QUE de l’agriculture biologique. Quand est-ce que les autres vont bouger pour décider de la même chose ? Ha, non, c’est vrai, les gouvernements ont trop peur que les syndicats d’agriculteurs organisent des déversements de fumier pour montrer leur mécontentement…
      Continuez donc à polluer, vos enfants vous remercieront en allant cracher sur vos tombes !

      J’aime

    • Oui ! 😆

      Blague à part, mieux vaut manger « parfois » bio que « jamais »…
      J’avais calculé voici quelques semaines qu’un « anti-bio » avalait l’équivalent d’une cuillère à soupe de saloperies chimiques chaque jour… Que quelqu’un qui « faisait attention mais sans plus » (qui mange bio quand il en a l’occasion mais ne crache pas sur un produit issu de l’agriculture intensive) consommait une cuillère à café de pesticides quotidiennement. Alors que celui qui surveille à la loupe ce qu’il mange et essaie de manger le plus possible du bio avale quand même (parce que tout n’existe pas en bio, parce qu’il y a la pollution ambiante, …) une petite demi-cuillère à café tous les deux-trois jours…
      À choisir, je préfère manger « un peu pollué » (quitte à passer pour un « orthorexique ») que « beaucoup empoisonné », mais, bon, chacun fait comme il lui semble bien de faire…

      Quant à la clope, ma foi, c’est la même chose. Il fut un temps où je fumais. J’ai arrêté voici des années, et je trouve que mon portefeuille et ma santé me disent merci chaque four. Mais, bon, chacun fait comme il lui semble bien de faire. Si, pour toi, c’est « bien » de fumer un ou deux paquets de cigarettes par jour (ou plus…), ma foi, pourquoi pas…
      « An it harm none, do as ye will. » (ou « An it harm none, do what ye will. »)… Tant que tu ne fais de mal à personne, fais ce que tu veux… Certains disent que pour obéir correctement à cette loi, il faudrait considérer que nous-mêmes, nous faisons partie des gens à qui il ne faut pas faire de mal, mais, bon, ne soyons pas plus catholiques que le pape, et considérons que, tant que ce n’est qu’à toi que tu fais du mal, ce n’est pas grave… Sauf que, si tu meurs dix ans plus tôt que prévu parce que tu fumes, finalement, tu auras fait du mal … à toi-même … et à plein de gens qui te regretteront durant dix années en plus, et qui auront souffert de te voir malade durant les dernières années de ta vie (sauf si tu meurs d’un infar foudroyant)…

      😥

      Bonne journée !
      Bisous de l’après-midi… 😉

      J’aime

    • Tu connais le Bhoutan ? Petit pays asiatique (enfin, « petit » : il fait une fois et demi la Belgique)…
      Ils ont décidé d’arriver, en dix ans, à ce que toute l’agriculture soit bio…
      C’est bien parti…
      Et il y a l’état indien de Sikkim qui aurait déjà fait une moitié du chemin pour arriver à vivre en 100% bio pour la fin de l’année prochaine. Mais, bon, le Sikkim, pays des orchidées, c’est un tout petit état de l’Himalaya, d’un peu plus de sept mille kilomètres carrés. Pas grand chose à voir avec notre grrrrrrrande Belgique de plus de 30.500km² !
      Un jour, peut-être … quand les Monsanto et compagnies auront vu leurs usines de produits chimiques exploser sous l’impulsion des Terriens furieux de se faire empoisonner ?
      Bon week-end au soleil, maistre Léo (profite du soleil, après-demain, il pleut)…

      J’aime

    • Et puis, le goût !
      Meilleur pour la santé, mais meilleur au goût !
      Je comprends que certaines personnes, qui ont vu leurs papilles gustatives formatées au fil des lustres par les saloperies industrielles, et qui ont goûté au bio, disent que ce n’est pas bon ! Forcément, ça a le goût véritable du fruit ou du légume, et pas ce non-goût qui est la caractéristique du non-bio…
      Bon week-end à toi aussi, merci…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.