On continue !

On continue à déstocker…

C’est parti pour quelques brèves !

***

 

Vous vous rappelez ce que je vous ai déjà dit à propos du sucre en particulier et des glucides en général ?

En résume, sucre = poison !

Je viens de lire un article sur un des composants issus du sucre (de survoler, plutôt, parce que, vu que ça ne fait jamais que me conforter dans mon opinion que le sucre n’est pas bon pour la santé, je n’ai pas pris la peine d’étudier l’article en détails : comme le disait Charles Peace, que je tue une ou cent millions de personnes, on ne me pendra qu’une fois, et donc, je trouve inutile de m’encombrer la mémoire avec des explications compliquées qui vont de toute façon toutes dans le même sens, à savoir qu’au moins on mange des glucides, au plus on est en bonne santé).

Je vous résume l’article publié dans le BMJ Open : le docteur Naila Rabbani et ses collègues de la Warwick Medical School (des gens avec des beaux diplômes comme les trolls les aiment) ont découvert que l’existence du HDL (vous savez, ce qu’on appelle improprement le bon cholestérol) est mis en péril par le méthylglyoxal, un dérivé du sucre qui se forme au cours du métabolisme des glucides.

En principe, ce méthylglyoxal peut être évacué par votre organisme (grâce à une protéine appelée glyoxalase-1), mais quand vous consommez trop de sucres (et quand vous prenez de l’âge et que le taux de glyoxalase diminue), il y a accumulation de méthylglyoxal, et cette accumulation endommage le HDL, et le prive de ses propriétés protectrices, ce qui augmente de 10% votre risque de maladie cardiaque.

Et ensuite, le HDL endommagé est éliminé du sang, ce qui réduit les niveaux de HDL sur les résultats de votre prise de sang.

Conclusion : si votre médecin vous dit que vous avez trop peu de bon cholestérol, et que c’est dû à une alimentation contenant trop de mauvais cholestérol, dites-lui « oui docteur » pour lui faire plaisir, et commencez à vous poser la question de savoir si, par hasard (je ne crois pas au hasard), vous ne consommeriez pas trop de … glucides !

 

***

 

Ha, oui, j’oubliais…

L’accumulation de méthylglyoxal a déjà été pointée du doigt par d’autres études.

Des études où l’on parlait de mécanismes de pathogenèse et de déclin de la santé quand on vieillit…

Une accumulation de méthylglyoxal qui a déjà été identifiée dans certaines maladies devenues « banales » (au fur et à mesure que la consommation des sucres divers devient, elle aussi, banale) : diabète, maladies cardiaques, maladies rénales, et obésité…

 

***

 

Vous le savez, consommer de la malbouffe, ça rend de plus en plus accro à ladite malbouffe. Ne serait-ce que parce qu’il y a souvent … du sucre dans bon nombre des produits, et que le sucre rend accro…

Mais, bonne nouvelle annoncée par la Harvard Medical School dans la revue Nutrition and Diabetes, si le cerveau peut devenir dépendant à la malbouffe, le processus inverse existe aussi !

Il suffit (enfin, facile à dire quand on est sollicité à tout bout de champ par les publicités vantant la malbouffe) de suivre, sur le long terme, un programme de perte de poids (appelé iDiet), à la fois efficace et facile à suivre, parce que, quand on mange ce qui est prévu au menu, on n’a pas faim.

À la suite de quoi, le cerveau (son « centre de récompense ») recommence à préférer des aliments sains qui ne laissent pas affamés les gens qui suivent ce régime.

Qu’est-ce qu’on mange dans ce régime ?

Des glucides complexes, des fibres, des protéines, et entre 500 et 1.000 calories en moins par jour… Et lors de l’étude, les participants avaient perdu en moyenne un gros kilo par mois (6,3kg/6 mois).

Relax, on ne précipite pas se procurer ce programme ! Il fait maigrir, oui, et il permet de réhabituer son cerveau à manger sainement, oui, mais, bon, c’est un … régime. C’est-à-dire un machin à suivre durant « un certain temps », puis qu’on abandonne souvent pour … recommencer après quelques mois ou quelques années à « malbouffer »…

Et puis, ils sont sympas, les scientifiques, mais ils ont sorti cette étude après avoir testé leur régime sur … 13 participants, en surpoids et obèses, en bonne santé (à part leur excès de poids), et qui ont été répartis en deux groupes, un groupe qui suivait le iDiet durant six mois, l’autre qui ne suivait pas de régime. C’eût été testé sur treize cents participants durant six ans que ça aurait eu plus de valeur, non ?

Bref, la bonne nouvelle, c’est que, sur une demi-douzaine de gens, on a vu – en six mois – une évolution (sur des scans du cerveau par IRM) du centre de récompense en réponse à des aliments faibles en calories. Mais faut-il spécialement essayer de se procurer cet iDiet, c’est une autre paire de manches…

 

***

 

Le nombre de malades (et de morts) avec Ébola augmente…

La peur aussi…

Comme avec la fameuse grippe A, vous vous rappelez ?

Quand le monde sera assez sous pression, on va sortir le vaccin que tout le monde va réclamer à cor et à cris pour sauver le monde entier !

D’ailleurs, les US National Institutes of Health viennent de l’annoncer début de cette semaine : les essais de phase 1 d’un vaccin expérimental anti-Ebola vont commencer la semaine prochaine.

Courage, le salut va arriver, comme d’habitude, des USA !

Sortez vos dollars !

Enfin, si toutefois vous trouvez normal qu’on planche plus de trente ans sur une maladie sans rien trouver, et que, subitement, alors qu’une épidémie est en train de « décimer » quatre ou cinq pays d’Afrique (pour rappel, décimer = tuer une personne sur dix … on en est trèèèèès loin !), on trouve un vaccin expérimental en quelques jours… Incroyables, hein, les progrès de la science !

 

***

 

Je vous l’ai déjà dit : les boissons « energy » (celles qui donnent des aiiiiiles, par exemple), ce n’est pas très bon pour la santé si l’on en abuse.

Plein de sucre, et plein d’excitants qui peuvent entraîner des ennuis de santé (surtout consommées avec de l’alcool ou avec d’autres boissons excitantes, comme le café, par exemple). C’est en résumé ce que je leur reproche…

Alors, dans la série des « je vous l’avais dit » (bin, oui, encore, mais, bon, ce n’est pas ma faute si, ces derniers temps, plein d’études sont en train de confirmer de manière scientifique ce que je vous avais déjà dit sans avoir un beau diplôme pour le prouver), le professeur Milou-Daniel Drici, détenteur (enfin, j’espère) d’un beau diplôme de cardiologue, bossant au CHU de Nice, et auteur principal d’une étude qui parle desdites boissons « énergétiques », vient de signaler que l’abus de ces boissons peut conduire à un certain nombre de « conditions défavorables » (sic : c’est ainsi qu’il nomme l’angine de poitrine, l’arythmie cardiaque et même la mort subite!).

Bref, si vous avez un cœur en pleine forme, un verre ne vous fera peut-être pas trop de mal, mais si vous avez des antécédents (au niveau cardiologie), mieux vaut vous abstenir…

Pour info, en France, la consommation de ces boissons a augmenté de 30% entre 2009 et 2011, et il y en aurait actuellement 103 répertoriées officiellement.

 

***

 

Nous n’en sommes – peut-être – pas encore à ce niveau dans nos pays (encore que, parfois, quand j’en vois certains, je me le demande), mais au USA, l’addiction est tout simplement … effrayante !

L’addiction à quoi ?

Au portable, et particulièrement au smartphone !

Accrochez-vous…

Une étude a été réalisée conjointement par la Baylor et Xavier University et l’Université internationale de Catalogne.

Une étude qui a étudié le comportement de 164 étudiants américains « normaux » entre 19 et 22 ans…

Une étude qui parle d’un « point de basculement » à partir duquel l’utilisateur n’a plus la maîtrise de son utilisation du téléphone. Ce qui évidemment provoque des effets plutôt néfastes de tous types (depuis des comportements sociaux inadaptés, jusqu’au risque physique de se tuer en rédigeant un SMS en conduisant). Un point de basculement qui semble bien être atteint aux USA !

Le chiffre-qui-fait-peur : 8,8…

8,8 ? 8,8 quoi ? 8,8 SMS envoyés par jour ? 8,8 appels par jour ?

Heuu, non, huit SMS et appels par jour, c’est plus que ce que j’envoie/reçois personnellement… Mais ici, on parle d’un comportement vraiment en dehors de la « normale » (encore que cette anormalité deviendra probablement la normalité dans quelque temps)…

8,8 = 8,8hr = 528 minutes d’utilisation QUOTIDIENNE du smartphone !!!

En moyenne…

Et, pour emm…quiquiner les gens qui prétendent que l’homme et la femme sont égaux, sachez que les jeunes filles passent en moyenne 150 minutes en plus sur leur appareil que les jeunes hommes. Et que ces demoiselles présentent plus d’anxiété quand leur mobile est hors d’usage, que les garçons.

Mais ? Ce n’est pas possible de téléphoner autant ?

On ne parle pas de téléphoner, mais d’utiliser son smartphone… Nuance.

Donc, on s’en sert pour téléphoner, ou pour envoyer/recevoir des SMS, oui, mais pas que…

On écrit/lit des e-mails, par exemple. On surfe sur Internet. On prend des photos, qu’on envoie ensuite sur des réseaux comme Instagram et Pinterest. On raconte sa vie sur Facebook et sur Twitter. On met son blog à jour. On achète des trucs (sur Amazon principalement). On écoute de la musique. En ligne ou pas en ligne.

Dans les activités « pas en ligne », on prends des photos ou des films (mais qu’on n’envoie pas in the cloud), on joue à des jeux, on se sert de son smartphone comme chronomètre, comme réveil, comme minuteur, on lit des romans téléchargés, on tient à jour son agenda et son carnet d’adresses, on prend des notes, on enregistre un cours ou une conférence, …

On s’en sert même comme lampe de poche !

Vous rappelez-vous la nouvelle de science-fiction écrite en 1946 (à l’époque, un ordinateur, c’était un machin d’une trentaine de tonnes et qui occupait une petite salle de … 150m²!) dans laquelle Murray Leinster décrit un monde futur dans lequel chaque foyer possède un « Logic », un ordinateur avec écran et clavier intégré, qui peut vous fournir à peu près n’importe quoi comme information sur le monde entier ? Le titre : « A logic named Joe »…

Vous rappelez-vous (et si oui, rappelez-le moi, parce que j’ai un trou de mémoire quant au titre et à l’auteur) cette nouvelle de science-fiction qui décrit, toujours dans le futur, un monde où chacun possède une sorte de mini-ordinateur de poche appelé « Petit Frère », lequel petit frère gère toute la vie de son propriétaire (encore qu’on se demande qui est le propriétaire de qui) ?

Hé bien, le « futur » dont parlaient ces œuvres, c’est aujourd’hui !

 

 

Bonne soirée, bonne nuit !

 

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “On continue !

  1. arf…. j’ai un smartphone qui em set à beaucoup de choses mais pas à téléphoner….
    par contre je te lis avec!!! mme si je n ‘arrive pas à commenter!!
    mais aps 8.8…..

    J’aime

    • Un peu comme le mien, quoi…
      Je m’en sers un peu comme GSM mais surtout pour « autre chose »…
      Je viens de vérifier sur ma facture du 8 août (je n’ai pas encore celle du 8 septembre vu que nous sommes le … 7), j’ai, sur un mois, 9 appels pour un total de 45 minutes et 42 secondes et 61 SMS !
      Et le « autre chose », c’est surtout réveil, agenda, minuteur, carnet adresses, photos (mais je ne les mets pas sur FB) et lecture de bouquins téléchargés (généralement gratuitement)… Internet, oui, mais rarement : je préfère utiliser mon ordinateur proprement dit, plus facile à manipuler, et plus rapide.
      Même en comptant 1 minute par SMS, 1 minute par manipulation du réveil, de l’agenda, etc., et en comptant que je lis trois-quatre fois quelques minutes chaque jour (entre 2 RDV par exemple), on est très loin des « 8.8 » (même pas certain que j’atteigne le « 1.1 ») !

      J’aime

Les commentaires sont fermés.