Vite dit…

Pas trop vite quand même…

 

 

Vous vous rappelez que je vous avais raconté voici quelque temps qu’on allait bientôt vous vendre des statines pour combattre le cancer, et qu’on allait donc sortir des études pour prouver que les statines servaient à éloigner le cancer du sein.

Voici deux nouvelles publications sur « santelog.com » (la communication des professionnels de santé) et sur « blog med » (blog de la médecine, la nutrition et le bien-être), toutes les deux du 17 juillet…

« CHOLESTÉROL: Il active une voie qui favorise le cancer »

Où l’on explique qu’un mécanisme expliquant comment trop de cholestérol favorise les voies qui mènent au cancer a été décrypté par l’Université de l’Illinois à Chicago, dans une étude publiée dans la revue Nature Communications, et faisant suite à la première étude…

À quand la prochaine vague d’études pour que vous compreniez enfin que, nom d’une pipe, vous DEVEZ manger des statines ?

 

 

En deux mots, on (des naturopathes) vous a dit que les Omega-3 aidaient à éviter les problèmes cognitifs (Alzheimer) ET juste ensuite, on (la médecine officielle) vous a dit que, non, finalement, les supplémentations en Oméga-3 ne servaient à rien (ni aucune autre supplémentation, d’ailleurs, dans un élan de décrédibilisation des compléments alimentaires qu’on ne veut surtout pas vous voir prendre)…

MAIS…

Le Rhode Island Hospital n’a pas dû lire le mémo officieux demandant de discréditer un max les compléments alimentaires, parce qu’une étude scientifique indépendante, réalisée justement au Rhode Island Hospital à Providence, présentée dans la revue Alzheimer’s & Dementia, révèle que, bin, oui, il existe bien un avantage à cette supplémentation en huile de poisson riche en Oméga-3.

Et que cet avantage consiste en une réduction significative du déclin cognitif et de l’atrophie cérébrale (moins de rétrécissement du cerveau dans les zones neurologiques généralement atteintes par la maladie), et une amélioration de la mémoire chez les personnes âgées.

Petit bémol quand même, oui, ça marche, mais ça marche mieux chez les gens qui commencent à se supplémenter avant d’être atteint de démence ! Pour mon troll, c’est donc trop tard ! Et c’est observé chez les patients qui ne portent pas le facteur de risque génétique APOE-4. Comme la plupart des gens (moi y compris) ignorent être porteur, ou pas, dudit facteur, une gélule d’huile de poisson ne risque probablement pas de nous faire de mal…

 

 

La médecine se vante d’avoir repoussé les limites de la mort, grâce, selon le lobby médical, à des médicaments chimiques, à des vaccins, etc. …

« Ils » oublient juste de préciser que l’allongement de l’espérance de vie est surtout dû à une meilleure hygiène de vie en général (eau courante, égouts, invention du frigo, etc., etc. …) mais, bon, si ça peut « leur » faire plaisir de se vanter que c’est grâce à « eux » que l’être humain vit plus vieux, grand bien « leur » fasse…

Vivre plus vieux est une chose… Vivre plus vieux … en bonne santé, en est une autre !

Et actuellement, il est scientifiquement constaté que ce n’est pas grâce à la médecine si l’on vieillit bien et si l’on préserve son capital-santé afin de ne pas traîner des maladies invalidantes durant des années. C’est grâce à une alimentation équilibrée, variée et diversifiée, couplée à un minimum d’activité physique.

Mais ce n’est pas tout !

Aujourd’hui, on sait qu’il faut aussi combiner votre alimentation variée (etc. …) à une alimentation contenant beaucoup d’antioxydants. Des antioxydants qui vous gardent une peau jeune, mais aussi qui sont un véritable bouclier anti-maladies (cancer, maladies cardio-vasculaires, etc. …) en vous préservant des radicaux libres qui ont la fâcheuse habitude d’endommager nos cellules saines (c’est ce que l’on appelle le stress oxydatif).

Rectification, quand même : à petites doses, les radicaux libres sont utiles (en gros, ils participent à la lutte contre les microbes), mais c’est quand ils sont en excès qu’ils deviennent ennuyeux, voire dangereux, et qu’il faut s’en débarrasser à l’aide d’antioxydants.

Où trouver ces antioxydants ?

Je sais ! Dans des gélules !

Oui, mais, comme je vous le dis souvent, manger une gélule pour faire le plein d’antioxydants (ou de vitamines machins, de minéraux bidules, …), ce n’est pas l’idéal. Quand on est en manque de quelque chose, oui (je vous parlais des suppléments d’Oméga-3 ci-dessus, par exemple, mais c’est sûr qu’il vaudrait mieux consommer des Oméga-3 « naturellement »…), mais pas à tout va.

L’idéal, c’est de les inviter à votre table, dans votre assiette…

Un bon antioxydant, c’est la Vit C, qu’on trouve dans, par exemple (non, pas dans des gélules!) dans des choux, citrons, épinards, fraises, kiwis, oranges, poivrons rouges, etc. …

Un autre bon antiox, la Vit E, que vous allez consommer grâce à de l’huile de colza, de l’huile de germe de blé, des amandes, des céréales complètes, des légumes à feuilles vertes (épinards, mâche, etc. …), des noisettes, des noix, etc. …

Encore un autre, le béta-carotène qui se trouve dans un peu tout ce qui est coloré : carottes, choux, fruits rouges (fraises, framboises, mûres, myrtilles, …), mangue, melon, papaye, poivron rouge, potiron (et si un pote y va, tous les potes irons!), raisin noir, etc. …

Un autre : le lycopène de la tomate et de la pastèque.

Encore un autre : le zinc qu’on trouve principalement dans les fruits de mer.

Un autre ? Ok, encore un : le sélénium (noisettes, noix, poissons, …).

Vous en voulez encore ? Les Oméga-3 de l’huile de colza, des noix et noisettes. Et des poissons crus (celui des poissons cuits est moins utiles).

Allez, une dernière pelletée d’antioxydants, que les amateurs de vins adorent : les polyphénols (c’est-à-dire les anthocyanes, les flavonoïdes, les tanins, etc. …) qu’on trouve dans la fraise, dans le cacao (et dans le – vrai – chocolat, le chocolat noir), dans le litchi, dans le raisin (et dans le vin, mais dans le vin, il semble qu’il soit plus inutile qu’utile, et que l’alcool gâche son pouvoir, mais là n’est pas le sujet de cet article), dans le thé (meilleur pour la santé que le vin!), …

Il existe une méthode pour savoir si un aliment est antioxydant (ou pas, ou pas beaucoup), c’est de consulter l’indice ORAC…

Oracle ?

Non, ORAC : Oxygen Radical Absorbance Capacity (la capacité d’absorption des radicaux libres oxygénés). Plus l’indice ORAC est haut, plus le côté antioxydant de l’aliment est haut également.

Idéalement, nous devrions consommer entre 3.000 et 5.000 unités ORAC par jour.

Les plus riches ?

Par exemple, l’origan, la cannelle, le persil, les artichauts, les baies d’açaï, les brocolis, les clous de girofle, les épinards, les fraises, les grenades, les haricots rouges, les kiwis, les mûres, les myrtilles, les noisettes, les noix de pécan, les oranges, les poivrons rouges, les pommes Granny Smith et Red delicious, les pruneaux secs, les prunes, les raisins rouges…

Bon appétit !

 

Je vous laisse chercher une liste « ORAC » sur le Net, et pendant ce temps, je vais me taper un bout de chocolat noir !

 

 

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “Vite dit…

  1. Pour moi, petite gélule de poisson tous les matins au petit déjeuner … évidemment je ne suis pas porteuse du gène APOE-4, manquerait plus que ça !! Bon w-end Eric

    J’aime

Les commentaires sont fermés.