En ce jour …

En ce jour de fête nationale, remontons un peu dans le temps…

 

Saviez-vous, amis Français, qu’il fut un temps où une ville belge, Tournai, fut la capitale de la France (au tout début de son existence en tant que royaume des Francs) ?

Et saviez-vous, amis Belges, qu’il fut un temps où c’est une petite station balnéaire française, sur la côte normande, qui fut en quelque sorte la capitale de la Belgique ?

Si Tournai ne fut capitale du nouveau royaume français que durant quelques mois, Sainte-Adresse, la station balnéaire normande située tout près du Havre, a fait office de capitale du royaume belge pendant la quasi-totalité de la guerre 14-18.

France-Belgique

Rapide rappel historique (rappel historique, et rappel guerrier, et comme je déteste les guerres, je ne vais pas m’appesantir sur cette boucherie), l’armée de Belgique, pays neutre à l’époque, a, sous la férule du roi Albert Premier, empêché, dès le début de la guerre 14, de laisser passer sur son territoire les soldats allemands qui voulaient envahir la France.

Cela se passait principalement à Liège et à Antwerpen.

 

Des amitiés franco-belges (ou belgo-françaises, selon le côté où l’on se place) en ont résulté à Liège.

Et c’est ainsi, par exemple, que chaque année, le 14 juillet est fêté en grandes pompes à Liège. Liège où, par ailleurs, de nombreux jeunes français se retrouvent aux études…

 

Mais revenons à notre boucherie…

Bien que l’armée belge oppose une résistance farouche et assez inattendue aux troupes d’Helmuth von Moltke, retardant de la sorte l’arrivée des Allemands en France (France qui bénéficie ainsi de plus de temps pour se préparer à la guerre), et suite aux massacres subis par la population civile belge, la Belgique finit par céder devant l’Allemagne, et ne parvient à conserver qu’une toute petite portion de son territoire derrière l’Yser.

C’est là que le roi va se retrancher durant le reste de la guerre.

 

Quant au gouvernement belge proprement dit, la France propose de l’accueillir sur son sol.

Près du Havre, à Sainte-Adresse, endroit avantagé par un certain recul par rapport au front mais proposant pourtant des facilités militaires. Lieu à partir duquel les liaisons sont assez faciles avec l’Angleterre et avec les colonies belges.

En octobre 1914, précisément le samedi 10, le président Poincaré donne son feu vert au déménagement du gouvernement belge vers la région du Havre.

Et, trois jours plus tard, deux navires accostent au Havre, transportant un bon millier de personnes : des ministres, des fonctionnaires, des familles, des gendarmes (et quelques autres professions administratives), et le corps diplomatique accrédité à Bruxelles.

Petit-à-petit, les Belges vont s’implanter pour toute la durée de la guerre, en construisant une poste belge, un parc de réparation automobile, un hôpital, une école, et même une usine d’armement (laquelle explosera accidentellement en 1915, tuant une centaine de personnes).

Belgique France

Depuis lors, si le quatorze juillet est fêté à Liège, le vingt-et-un juillet est fêté à Sainte-Adresse où l’on trouve un boulevard Albert Premier, une place Albert Premier, et même une statue du roi…

Cette année, pour fêter la présence belge d’il y a cent ans, des panneaux urbains et une exposition le long des plages accueillent des photos d’époque, sortie des cartons et agrandies pour la circonstance. Et la mise à l’honneur de la Belgique sur les hauteurs du Havre sera maximale le 4 octobre avec la venue du roi Philippe et d’une délégation ministérielle.

 

Pourquoi de belles amitiés internationales naissent-elles si souvent suite, malheureusement, à des atrocités ?

 

 

 

Bonne soirée…

 

 

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “En ce jour …

Les commentaires sont fermés.