Je viens de lire …

 

Enfin, quand je dis « Je viens de lire », c’est façon de parler, puisque ceci est écrit le samedi 28 juin au soir… J’écris quand je peux, quand j’ai le temps…

Bref…

Je viens de lire un ‘truc’ qui me laisse songeur…

Dans nos pays, on utilise des tonnes de produits chimiques (ça s’appelle des pesticides, paraît-il, pour tuer les « pestes ») sur les cultures.

Ça, je le savais (oui, quand même)…

C’est d’ailleurs pour cela (pour éviter que les « pesticides » ne deviennent pour moi des « delfossicides »!) que je m’efforce de manger bio chaque fois que je le puis…

 

Le ‘truc’ que je viens de lire, concerne la quantité de ces saloperies !

Vous êtes bien accrochés ?

Vous êtes juste assis sur une chaise devant votre ordinateur ?

Ce ne sera pas suffisant… Éteignez l’ordinateur, allumez votre tablette ou votre smartphone, et avant d’aller plus loin dans votre lecture de cet article, allez vous asseoir dans votre voiture et sanglez-vous avec la ceinture de sécurité, parce que vous allez en avoir besoin !

 

Ce sont des chiffres de 2011 (mais ce serait étonnant qu’ils soient en diminution en 2012 ou en 2013).

Prenons les deux pays où je suis le plus lu, la Belgique et la France (mais je vous rassure tout de suite : chez nos voisins européens, ce n’est pas triste non plus).

Pour ces deux pays, il a été consommé environ 74.000 tonnes de pesticides (63.000 en France et le reste en Belgique, à quelques louches près) !

 

Combien ?

SEPTANTE-QUATRE MILLE TONNES !

Pour les francophones de France : soixante-quatorze mille tonnes…

Rien que ça !

 

Rapide petit calcul, …

… sachant que certaines personnes ne mangent que bio, que d’autres ne veulent pas entendre parler de bio, et que de plus en plus de gens papillonnent entre le bio et le pas-bio (on ne peut pas toujours trouver tout en version bio), …

… sachant que la population de nos deux pays tourne autour des 77-78 millions de personnes (à quelques familles près), …

… sachant que la Belgique et la France importent en outre de l’étranger « lointain » (dont des pays très « propres » comme la Chine, par exemple) de la bouffe assaisonnée aux pesticides (encore plus que chez nous, et avec des produits interdits chez nous, parce que trop dangereux pour la vie humaine), …

… cela signifie qu’en 2011, une personne qui ne mangeait pas du tout bio a consommé d’une manière ou d’une autre plus d’un bon gros litre de pesticides divers !

Ha bin, oui, parce que, même si vous ne vous couchez pas en-dessous du pulvérisateur du fermier, même si – par exemple – le maïs arrosé par les pesticides sert à nourrir du bétail, du bétail que vous mangez ensuite, … ces quelques tonnes de pesticides, elles finissent d’une manière ou d’une autre dans votre assiette (ou dans votre verre). Même si le chemin n’est pas direct…

 

Bref, pour une personne qui refuse de manger « bio », un bon gros litre de pesticide par an lui rentre dans l’organisme !

Ou, si vous préférez une image plus parlante, c’est un peu comme si, chaque jour, chaque personne « anti-bio-pro-chimique » allait dire bonjour au fermier du coin, et allait boire une cuillère à soupe de pesticides divers…

Et si vous n’avez pas de fermier près de chez vous, il vous suffit d’aller au Brico du coin, et d’y acheter une bombe d’insecticide et un litre de Roundup, de mélanger le tout, et d’en consommer quotidiennement une cuillère à soupe (tout en sachant que les produits « grand public » sont moins dangereux que les produits utilisés par les professionnels de l’agriculture intensive).

Ceux qui mangent bio « quand ils le peuvent », sans trop y attacher d’importante, ma foi, on pourrait dire qu’il ne consomment qu’une ou deux cuillères à café par jour (au lieu d’une cuillère à soupe).

Quant aux consommateurs qui cherchent le bio le plus possible (vous savez, ceux que les savantasses et les trolls traitent de personnes « orthorexiques »), ils ne mangent qu’une demi-cuillère à café de pesticides tous les deux trois jours (parce qu’il y a toujours la pollution qui nous balance des pesticides dans la figure, même quand on fait attention : par exemple, jeudi, je suis passé près d’un champ dans lequel un fermier balançait allègrement des litres et des litres de pesticides, et le temps de m’en rendre compte, de fermer ma vitre et de passer en recyclage d’air, il était trop tard ; j’étais « dans le nuage » … et parce qu’on ne trouve pas TOUT en bio, et qu’il faut donc quand même consommer des machins pas-bios)…

 

Et tout en sachant cela, vous vous demanderez encore comment il se fait qu’il y ait de plus en plus de malades dans nos pays ? Et ce, bien qu’il y ait de plus en plus de médecins, de pharmaciens, et de médicaments (chimiques, en outre, mais, bon, là n’est même pas la question !) pour soigner tous ces malades ?

Bin, vous savez quoi ? Je ne me posais déjà plus trop la question depuis longtemps, mais maintenant que je viens de lire les quantités de pesticides utilisés chez nous (je pensais que nous en consommions environ la moitié en moins), je me pose encore moins la question, parce que j’ai la réponse !

 

Des pesticides, que ça s’appelle ?

Bah, oui, pourquoi pas, si l’on considère que l’être humain est … une peste !

 

Bon appétit !

 

 

 

Une orthorexique au travail :

orthorexie

Bon, alors, y’a quoi, là-dedans ? Je mange ou je mange pas ?

 

 

 

 

 

Advertisements

16 réflexions sur “Je viens de lire …

    • Pire que catastrophique, et le problème, c’est que bon nombre de gens ne le savent même pas !
      Ils pensent que la dose avalée est tellement faible qu’on ne risque rien, alors que c’est archi-faux : même l’équivalent de quelques gouttes quotidiennes, c’est trop : il vaut mieux une grosse (enfin, pas trop grosse quand même, c’est façon de parler) dose de perturbateurs endocriniens de temps en temps qu’une très faible dose quotidiennement.
      Et je peux prouver ce que je dis grâce à des études scientifiques (pas comme l’un ou l’autre troll qui vient hurler « c’est prouvé que les sites de santé sont dangereux » sans citer de références – évidemment inexistantes – qui le prouveraient).
      Si l’on en croit (par exemple : je cite une source, au troll à en chercher d’autres s’il veut être con-
      vaincu) le rapport publié en février 2013 par le professeur Åke Bergman, de Stockholm, il y a plus qu’un léger lien entre ces produits chimiques et la hausse des taux de cancers ainsi que des problèmes de reproduction, des problèmes cérébraux et thyroïdiens ! Inoffensifs, hein ?

      J’aime

  1. tiens! on dirait moi quand je fais mes courses!!!! 🙂 quand je n’achète pas bio, je passe un temps fou à regarder les étiquettes!!!! et c’est vrai qu’il faut pratiquement toujours une loupe!!!! mais heureusement que c’est rare, vu que majoritairement je mange bio 🙂

    J’aime

  2. Ouep ! c’est inquiétant, mais en même temps quand je vois certains reportages sur les dessous de la fabrication : c’est terrifiant !
    Les viandes ‘recyclées’ … les bâtonnets de crabe… les nuggets ou saucisses… et j’en passe…
    Il faudrait changer certains slogans dans certains cas, comme : « Souhaitez-vous assaisonner votre salade avec de l’huile de Colza ? Prenez de l’huile de moteur … » (rires) 😀
    Ok, c’est pas forcément drôle…
    … quand les industries font des économies : c’est plus qu’inquiétant…

    Au faite… Bon appétit ! 😉

    Lauriane.

    J’aime

    • Oui, c’est plus qu’inquiétant quand les industries veulent faire des économies … et le problème, c’est qu’elle veulent TOUJOURS faire des économies !
      Pour un peu, elle iraient jusqu’à mettre de l’aluminium dans la pâte à pain si leur bible leur disait que ça pourrait servir à faire gonfler le pain plus vite…
      Hein ? Ha ? On me dit dans l’oreillette que c’est déjà le cas ! 😈
      Pour l’instant, seule l’industrie du bio est encore préservée… Ho, pas parce que ces industriels sont honnêtes et ne veulent pas gagner plein de sous… Non… Mais simplement parce que les contraintes pour pouvoir apposer un sigle « bio » sur un produit sont telles qu’il leur est impossible – du moins chez nous – de chipoter et de nous vendre de la mmm…
      Oui, je précise « chez nous », parce que certaines étiquettes « bio » s’apposent, dans d’autres pays, sur des produits pas si bios que ça. Exemple : on saupoudre des antibiotiques sur des pommes pourtant étiquetées « bio », aux USA, juste avant de les cueillir… C’est légal, là-bas. Ou l’on y utilise des produits chimiques pour « griller » des amandes (oui, des amandes « bios ») parce qu’il paraît que c’est risqué de manger des amandes crues ! Quant à la Chine, mieux vaut éviter d’en parler, ça va me provoquer des maux d’estomac sans même consommer leurs produits.
      Bon appétit également J’ai justement le reste de mon poisson/champi/oignon d’hier qui réchauffe… Au four ! J’vous dis pô la chaleur dans la cuisine !

      J’aime

  3. Bonjour Eric,

    Si tu as des tuyaux pour faciliter l’élimination naturelle des pesticides ! cela ferait , je pense plaisir à tous !

    amitiés

    Pierre

    J’aime

    • Je suppose qu’il s’agit de savoir comment éliminer les crasses une fois qu’elles sont présentes dans l’organisme ? Et pas avant qu’elles y entrent (puisqu’il suffit alors de choisir les bons aliments) ?
      Bonne question, mais dont la réponse peut être longue et compliquée si l’on doit tenir compte de plein de facteurs.
      Je dirais qu’une bonne manière d’éliminer ce qui est déjà à l’intérieur, c’est de faire une cure de chlorella… Il semble qu’en plus d’activer nos défenses (et l’élimination de plein de crasses par notre propre système de nettoyage), cette brave algue contienne un machin appelé sporopolléine qui fixerait les crasses dans la cellulose de l’algue, pour les éliminer par les selles.
      Si j’ai bien compris la question… 😆
      Bonne soirée, et … bon appétit !

      J’aime

      • Eric,

        Oui c’est bien cela, pour ce qui entre, je fais de mon mieux , beaucoup de bio, et je vais cultiver mon propre potager !

        Merci de ta réponse, je consomme quotidiennement 2 pilules de spiruline ( qui augmente la fluidité du sang mieux que ne le fait l’aspirine ) est ce que c’est équivalent à la chlorella ? ou dois je changer d’algue ?

        merci d’avance !

        J’aime

        • Changer, non…
          Ajouter une cure annuellement, éventuellement.
          Parce que la sporopolléine est caractéristique de la chlorella, si je ne me trompe pas, et pas d’une autre plante (mais je n’en suis pas certain à 100%, je l’avoue, de cette caractéristique qui ne serait propre qu’à la chlorella : il faudrait peut-être en toucher deux mots à notre amie commune pour savoir si elle est au courant)…
          Une cure annuelle suffit amplement pour qui fait attention aux crasses qu’il avale ! Je n’en dirais pas autant d’un « pro-chimique-anti-bio », mais quand on essaie de se protéger au maximum « à l’entrée », une seule cure par an (voire tous les 15 mois) devrait suffire à chasser les crasses arrivées par mégarde (il y en a toujours, malheureusement). Certains conseillent cependant d’en prendre chaque jour, mais, bon, je ne suis pas pour supplémenter à tout prix…
          Un petit article en lien : http://www.echlorial.fr/fr/conseils-d-utilisation.html
          Bonne lecture…

          J’aime

  4. Ah quelle lecture… Son potager façon bio ou passer plus vite au régime insecte qu’on nous vante….de culture bien sûr, sans savoir comment… ! Engrais, pesticide, hormone, pauvres de nous, comme les abeilles nous viendront à en disparaître…. Non je ne fais pas mes courses à la loupe pour déchiffrer les étiquettes qui m’empoisonnent, et ça réjouit les pompes funèbres, oups, merci Eric !

    J’aime

    • Bin, il faut bien mourir de quelque chose, c’est vrai.
      Mais je préfère mourir « en bonne santé » à 85 ans que mourir à 78 ans en ayant traîné durant dix ou vingt ans … je ne sais pas, moi … un diabète, un cancer, une hypertension, une arthrose, …
      Tant qu’à faire…

      😉

      J’aime

    • Oui, il y a bio et bio. Comme je le disais ci-dessus, le bio hors-Europe n’est pas toujours aussi bio qu’on le croit.
      Mais…
      Un peu quand même…
      Je ne devrais pas dire ça, parce que ça pourrait donner des idées de slogan aux gens qui n’ont qu’une idée en tête : faire passer n’importe quoi en « bio », mais, bon, si l’on ne trouve pas un produit européen « vraiment-bio », il vaut mieux acheter un machin « bio-pas-très-bio » que la même chose en version « pas-bio-du-tout ».
      Quand on le peut, achetons du bio européen, très encadré, très surveillé.
      Quand on ne trouve que du bio « à l’américaine » (ou à la chinoise), bah, ok, choisissons-le, même s’il est moins bon.
      Et puis, bin, si l’on ne trouve ni l’un ni l’autre, il faut bien se résoudre à acheter du « pas-bio », mais vraiment s’il n’y a pas moyen de faire autrement…

      J’aime

  5. Nom de Zeus !
    Je ne pensais pas qu’il y en avait autant …
    Je suis contente de ne manger que des produits naturels, surtout de mon jardin.
    Je te souhaite un bon week-end.
    Bisoux, Eric
    dom

    J’aime

    • Bin, j’avoue que, quand j’étais en train d’étudier (voici déjà quelques années), j’en étais resté à une image donnée par un prof qui était d’environ une cuillère à café par personne par jour.
      Mais là, on est passé à une cuillère à soupe !
      Déjà une cuillère à café, ça fait sursauter (quelle personne sensée irait avaler une cuillère à café par jour de produits chimiques ? même le pauvre type qui écrit de temps en temps sous le pseudo « gerard qui soutient la chimie et le nucléaire » n’est pas cap’ de le faire, comme quoi, « soutenir », c’est bien, mais prouver ses convictions, c’est plus difficile), mais une cuillère à soupe, c’est vraiment fou !
      Bon, ok, on ne les « avale » pas exactement, mais finalement, c’est un peu comme si on avalait ces produits chimiques, puisque, d’une manière comme une autre, ils finissent par atteindre notre organisme et y faire du dégât (et c’est encore pire, parce que c’est de manière insidieuse : si on les avalait directement, au moins, le résultat serait immédiatement visible, mais comme on les absorbe sans s’en rendre compte, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, les dégâts ne sont visibles qu’une fois qu’il est trop tard).
      Bon chaud week-end à toi aussi…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.