Attention au yo-yo … ou pas ?

 

Récapitulons…

Vous vous mettez au régime, et donc, vous privez votre organisme de … plein de choses.

Une fois le régime terminé et en supposant que vous ayez perdu un peu de poids, votre organisme – qui a été privé de toutes ces choses, et qui a appris à se méfier de vous – se dit que, dès fois que vous recommenceriez à le priver, il vaut mieux qu’il se mette à stocker de l’énergie.

Et donc, comme en outre, vous vous remettez à manger « comme avant » (c’est-à-dire « mal »), vous reprenez votre poids d’origine … voire plus !

Jusqu’au prochain régime, durant lequel vous re-perdez un peu de poids, puis vous en reprenez, …, et ainsi de suite.

C’est ce que l’on appelle «l’effet yo-yo », du nom de ce petit jouet qui monte et qui descend au bout d’une ficelle.

l-effet-yoyo

Un effet yo-yo qui est dangereux pour la santé.

 

Dangereux ?

Oui, du moins était-ce ce que l’on croyait sincèrement jusqu’à présent.

Jusqu’à ce qu’une étude britannique démontre que, de toute façon, perdre du poids permet d’améliorer la santé cardiovasculaire sur le long terme, et ce, même si m’on devait en reprendre plus tard.

 

Des chercheurs anglais ont épluché quelques milliers de dossiers d’une grande banque de données médicale britannique appelée UK Medical Research Council National Survey of Health and Development (NSHD pour les intimes).

Les 5.362 hommes et femmes nés en 1946 qui ont participé à la constitution de cette banque de données ont, au fil du temps, donné des informations sur leur style de vie et leur poids à différentes périodes de leur vie. Ils ont été classés en « poids normal », simple « surpoids » et « obésité ». Et ils ont été évalués (entre autres pathologies) quant à leur risque cardiovasculaire.

 

Bon, alors, je passe les détails pour en arriver aux deux conclusions de l’étude :

 

1. Les scientifiques ont confirmé ce que tout le monde savait depuis un bon moment, à savoir qu’un excès de graisse augmentait le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires.

 

Et 2., et ça, c’est nouveau, que perdre du poids est bénéfique pour la santé cardiovasculaire, même si, par la suite, l’on reprend une partie ou l’entièreté de ce poids perdu.

 

Exemple : Mr X (ou Mme Y : c’est la même chose pour les deux sexes) est obèse (son BMI est supérieur à 30) à l’âge de 50 ans.

À ce moment, suite à un régime, elle perd du poids de telle manière qu’elle quitte la classe des « obèses » pour redescendre dans la classe des gens en « surpoids » (avec un BMI compris entre 25 et 30).

Dix ans plus tard (donc, à 60 ans), il ou elle reprend du poids, et repasse alors dans la classe des « obèses ».

Hé bien, le fait qu’il/elle se soit retrouvé(e) durant une dizaine d’années en simple « surpoids » au lieu d’être « obèse », est plus bénéfique pour son système cardiovasculaire que si il/elle était resté(e) obèse toute sa vie.

 

En gros (si j’ose dire), c’est un peu comme si, dans un autre registre, ces scientifiques avaient prouvé que, quand on tape sur son doigt chaque minute avec un marteau, et ce durant quatre heures d’affilée, ça fait moins mal si l’on fait une pause (dans les coups de marteau) d’une demi-heure entre la deuxième et la troisième heure… Génial, non ? Sauf que ne pas se taper sur le doigt du tout serait peut-être plus intéressant, ne pensez-vous pas ?

 

Alors, toujours aussi dangereux, l’effet yo-yo ?

Mieux vaut – pour le système cardiovasculaire, en tout cas – perdre du poids, même si ce n’est que pour quelques années, et pas tout le reste de sa vie… Quelques kilos en moins durant quelques années, c’est déjà ça de pris, et ça vaut mieux qu’aucun kilo en moins pendant toute sa vie !

Mais il n’y a pas que le système cardiovasculaire qui est en jeu, dans ce fichu effet yo-yo… Alors, pour éviter fatigues, carences de nutriments, perte de masse musculaire au lieu de masse graisseuse, etc., mieux vaut quand même laisser le yo-yo dans le tiroir, ne croyez-vous pas ?

 

Ha, oui, j’oubliais…

Vous vous rappelez certainement que je vous ai déjà raconté qu’environ 95% des gens qui se mettaient au régime finissaient par reprendre du poids (donc, à jouer au yo-yo).

Hé bien, apparemment, mes statistiques – qui datent du temps de mes derniers cours en matière de surpoids et de régimes – semblent être un peu obsolètes. À moins que les chiffres belges ne soient pas les mêmes que les chiffres britanniques…

Parce que les scientifiques ont calculé que, chez les Britanniques dont ils ont épluché la vie, il n’y avait que DEUX POURCENTS (2%des gens au régime) qui arrivaient à perdre du poids de manière réellement durable.

Et donc, que 98% des candidats aux régimes, ou bien jouaient au yo-yo, ou bien n’arrivaient même plus à perdre du poids !

 

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous joindre une petite caricature tirée du blog « Duketik« , qui pose la question de savoir si … « Le Régime Dukan, le plus grand Régime YoYo du monde?« …

yoyo dukan

 

 

 

 

Advertisements

4 réflexions sur “Attention au yo-yo … ou pas ?

  1. Mon poids ne varie que très peu car je mange toujours de la même façon, même si je suis légèrement en surpoids …
    Je te souhaite un bon jeudi.
    Bisoux

    J’aime

  2. toujours d’aussi affligeantes constatations….
    pour répondre un peu à Fabienne, il faut savoir et c’est ainsi, qu’il y a des gens qui « brulent » plus que d’autres, tout comme il y a des gens plus grands que d’autres. il se peut aussi (c’est souvent le cas) que celui qui croit manger confortablement en fait, mange deux fois moins qu’un autre qui lui , pense manger très peu…
    bonne fin de semaine!

    J’aime

Les commentaires sont fermés.