Pourquoi …

Pourquoi ai-je mal (la tête, le genou, le dos, ici, là, ou ailleurs…) ?

La réponse est simple : pour vous signaler que « quelque chose ne va pas »…

Un peu (j’aime bien cette comparaison que j’utilise souvent) comme quand vous avez une lumière rouge ou orange qui s’allume sur le tableau de bord de votre voiture.
Et qui vous signale que vous n’avez presque plus d’huile, ou presque plus de carburant, ou que votre pneu est dégonflé, …

tb huileDans votre voiture, il y a un petit dessin pour vous indiquer de quel « organe » provient la panne : une pompe à carburant si c’est un problème de carburant, un thermomètre si c’est un problème de température, une burette d’huile si c’est un problème d’huile, etc. …
Et, selon la lumière qui est allumée, il est assez facile de résoudre le problème, par exemple en remettant de l’huile, en changeant la courroie de l’alternateur, en faisant le plein de carburant, etc. …

TB batterie

Dans un organisme humain, c’est la même chose : quand vous avez mal quelque part, c’est pour vous indiquer qu’il y a un problème…
Heureusement que cette perception de la douleur existe !
Imaginons que vous soyez insensible à la douleur (si, si, ça existe, mais ne les enviez pas). Toutes les cinq minutes, vous devriez vérifier si votre corps est encore au complet, parce que vous pourriez vous arracher un orteil au pied de votre chaise de bureau sans vous en rendre compte… Et si vous travaillez dans une cuisine, vous pourriez vous appuyer sur une taque de cuisson brûlante sans vous en rendre compte … jusqu’à ce que votre nez détecte une odeur de chair brûlée !
Pas glop, pas glop…
Donc, la douleur, c’est un signal d’alarme.

TB tempéraL’ennui, par rapport au tableau de bord de votre voiture, c’est que la douleur ne s’accompagne pas d’un petit dessin pour indiquer dans quel organe se situe le problème !
Si vous avez « mal la tête », le signal peut indiquer plusieurs problèmes possibles. Ça peut provenir du fait que vous venez de vous cogner le crâne contre le coin de la hotte aspirante de votre cuisine, ou que des toxines sont en train de se promener dans votre organisme, ou que votre foie crie au-secours, …, entre bien d’autres causes !

Bon, alors, devant une douleur, il existe deux possibilités…

– Soit se poser la question de savoir ce qui pourrait bien provoquer cette douleur, afin de résoudre le problème à la base… Exemple : si votre mal de crâne est provoqué, le matin, par le fait que vous êtes légèrement déshydraté après être resté sans rien boire depuis une douzaine d’heures, le fait de boire un grand verre d’eau va résoudre le problème…

– Soit … prendre un antidouleur ! Et ce, sans se poser trop de question quant à l’origine de la douleur…
La pharmacopée, chimique et naturelle, regorge d’antidouleurs…
Si vous prenez un antidouleur APRÈS avoir trouvé l’origine de la douleur, et que vous vous attaquez en même temps au problème de base, ma foi, pourquoi pas… Il est inutile de souffrir « pour rien » une fois la cause repérée…
Mais si vous prenez un antidouleur SANS connaître la cause de la douleur, vous vous trouvez dans le cas du conducteur qui voit un voyant s’allumer sur le tableau de bord, et qui se contente de dévisser l’ampoule ! La cause existe toujours (et elle risque de s’aggraver, puisque vous ne la soignez pas), mais il n’y a plus d’alarme qui retentit !
Il est fort probable qu’au bout de quelques heures, la douleur revienne (une fois que l’antidouleur ne fera plus d’effet), mais parfois, c’est trop tard (imaginez que vous subissiez subitement une forte douleur à la tête, que vous vous contentiez de prendre un cachet de paracétamol, lequel paracétamol va probablement supprimer la douleur, laquelle douleur risque fort de revenir dans trois ou quatre heures … pour vous signaler qu’il est peut-être déjà trop tard pour soigner correctement un AVC !)…

 

Bref, un antidouleur, éventuellement, mais avec prudence !

En outre – et je vous en ai déjà parlé plusieurs fois – les antidouleurs ne sont pas franchement bons pour la santé.
Entre l’aspirine qui fore des trous dans votre tube digestif et le paracétamol qui rend votre foie aussi efficace qu’une pierre ponce (et quelques autres « effets secondaires » pas piqués des vers qu’il serait trop long de ré-énumérer aujourd’hui), la liste est longue, de bonnes raisons pour éviter certains produits…

Une étude de nos voisins du nord (au Pays-Bas, pour les nuls en géo) a été publiée le mois dernier dans le BMJ…
Une étude qui a suivi, durant treize ans, 8.423 personnes, chez qui le rythme cardiaque a été régulièrement mesuré.
Une étude qui vient de conclure (je passe les détails) que…
certains de nos booooons antidouleurs sont mauvais pour le cœur !

 

Mauvais pour le cœur, ça veut dire quoi ?

La prise régulière de certains antalgiques augmente le risque de problèmes cardiaques, à savoir des troubles du rythme (fibrillation, ralentissement/accélération/irrégularité des battements). Avec risque accru d’AVC et/ou d’insuffisance cardiaque…
À noter que les chercheurs ont fait le lien entre la prise de certains antalgiques et ces problèmes cardiovasculaires, mais qu’ils n’ont pas encore réussi à comprendre le mécanisme mis en jeu. Les études se poursuivent pour savoir pourquoi et comment…
Il se pourrait que, vu que les médocs en question inhibent la production d’une enzyme appelée cyclo-oxygénase, cela puisse augmenter la tension et contribuer au développement d’une fibrillation.

Personnellement, je me contenterai de savoir qu’il existe un lien, sans attendre d’en savoir plus, pour éviter encore plus la prise de ces booooons médicaments chimiques…

 

Oui, mais, … lesquels ?

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens.
Les fameux « AINS » (comme disent les gens qui veulent paraître chébran).
Par exemple l’aspirine, ou l’ibuprofène…
On les utilise pour réduire la douleur, la fièvre et l’inflammation.
Et … pour augmenter de 76% le risque de fibrillation quand on en prend « régulièrement », et même de 84% quand on en a pris « récemment »… Et par « récemment », on entend durant le mois qui précède ! Quant à la régularité, il semblerait qu’elle soit assez « élastique » et qu’il ne faille pas nécessairement en prendre quotidiennement ni même hebdomadairement pour que ce soit déjà « régulièrement » !

 

Bref, comme je le dis souvent : quand il faut, il faut, mais le moins souvent possible !

 

 

 

Advertisements

18 réflexions sur “Pourquoi …

  1. moi, je dis, c’est dommage de ne pas avoir eu le mode d’emploi avec le corps!!! ça serait quand même plus pratique!!!! 🙂

    J’aime

    • Je crois que le mode d’emploi était implanté naturellement dans la mémoire centrale de notre ordinateur de bord, mais qu’au fil des siècles (et surtout ces dernières décennies), nous avons perdu l’habitude de faire appel à ce programme qui gérait aussi l’autoréparation. Et qu’à force de ne plus nous connecter (de moins en moins souvent) à notre fichier corps.hlp, celui-ci a chopé des bugs et son chemin d’accès nous est maintenant pratiquement inconnu.
      Mettons à la poubelle tout ce qui interfère avec le programme de base, et d’ici un demi-siècle, à force de re-vivre naturellement, nos descendants auront de nouveau accès à ce mode d’emploi.
      Problème : c’est plus facile, même si ça fiche en l’air les performances de notre ordinateur et des pièces mécaniques qui y sont connectées, de vivre dans une certaine pollution générée par ce que l’on appelle le progrès, que de se reconnecter à Mère Nature. Surtout que nous sommes entourés de gens (des gens, mais aussi et surtout des industries) qui, disent-ils, nous veulent du bien, et nous incitent, pour remplir leur portefeuille, à consommer toujours plus de cette pollution (chimique, électromagnétique, sonore, …) qui nous fait tant de mal mais qui rapporte des milliards (aux industriels, pas à nous)…
      Après la « révolution industrielle », il conviendrait de passer à la « révolution naturelle », mais qui se sent prêt à sauter le pas, même un tout petit pas ?

      J’aime

  2. Kikou Eric !!! ça va ? la forme ? je vais très bien ! je ne prends pas de médocs ! je suis contre car le corps ne se défends plus ! du moins c’est mon avis perso !! les médocs c’est un plus … sauf pour vraiment ceux qui en ont besoin !! mais autrement pour ceux qu’ont en en pas besoin devrait laisser courir le mal de tête peut se passer seul sans y penser ! Il faut que l’esprit tranquille soit plus fort que la douleur !!! mais tout dépends de la douleur et de l’état d’esprit de l’humain !!
    Bon hé bien je te souhaite un bon après -midi et à bientôt Bisous !!!

    J’aime

    • moi je suis d’accord. Mais comment vous faites quand vous avez un enfant (aujourd’hui il a 7 ans) qui a des douleurs chroniques dans les jambes (avec ou sans inflamation) sans que personne ne sache pourquoi. il a vu tous les médecins possibles. ou ils ne trouvent pas ou ça ne les intéresse pas.
      si vous avez un truc naturel que je ne connaisse pas, je suis preneuse

      Quand je dis chronique, ça peut être tous les jours (paracéthamol ou ibuprofene). quand ça va mieux, c’est une fois par semaine. Votre article m’a plongé dans un grand désarroi. Je n’ai pas de solution…

      J’aime

      • Je n’ai malheureusement pas de réponse.
        Surtout que ce problème de santé peut provenir de bon nombre de causes ou d’endroits…
        Des os, des muscles, des vaisseaux sanguins, de la myéline (la « gaine » qui recouvre les nerfs), …
        Malheureusement, si la médecine n’a pas trouvé (ou n’a pas voulu chercher) la cause réelle, je puis difficilement vous conseiller un « truc naturel ».
        Ou, plus exactement, je ne peux pas vu conseiller « le » truc qui va soigner la cause, puisque je ne la connais pas…
        Par exemple, un problème de myéline pourrait être apprivoisé par de la Vit B (B1, B6, B12, ou carrément un complex multi-B)… Ou un problème veineux pourrait être soulagé avec de l’extrait de bourgeons de marronnier… De la Vit C pourrait aussi aider, ou de la Vit E… Difficile à dire sans savoir…
        Je pourrais vous proposer d’autres pistes…
        Vous me dites que la douleur accompagne parfois (et même souvent, apparemment) une inflammation… Or, qui dit inflammation à répétition, dit – souvent – problème intestinal : l’intestin devient perméable et laisse passer « des-choses-qu’il-ne-devrait-pas »… Votre enfant consomme-t-il beaucoup de lait de vache ? Ou des produits contenant du gluten (pâtes, pain, biscuits, pâtisserie, etc. : en gros, tout ce qui contient de la farine, quoi…) ? Les protéines animales pourraient aussi être consommées en trop grandes quantités… Au bilan sanguin, y a-t-il trop de triglycérides (durant les sept premières années de vie, ce serait étonnant, mais sait-on jamais) ? Est-ce depuis la naissance, ou est-ce arrivé plus tard, et dans ce cas, et ne pourrait-on pas soupçonner une maladie de Lyme ? Son pancréas fonctionne-t-il bien (une question probablement idiote, parce que je suppose que s’il y avait eu le moindre soupçon de diabète, les médecins vous l’aurait dit, mais sait-on jamais, …, et puis, ce genre de problème arrive plutôt aux personnes plus âgées qu’aux enfants) ?
        Bref, difficile d’aider sans savoir…
        Bon courage à vous deux !

        J’aime

      • perso, j’irais consulter un acupuncteur (chinois de préférence ou formé en médecine traditionnelle chinoise) (sur anvers j’en conseille une très bien) qui pourra déjà faire un bilan énergétique.
        en tant que psychothérapeute, j’essayerais aussi de voir le côté psychosomatique, voir s’il n’y a pas un blocage à nettoyer. avec l’hypnose ou un peu de relaxation, on peut aider à réduire la douleur mais en s’assurant d’abord que le problème ne soit pas physique. Car le souci « d’endormir » la douleur (que ce soit par hypnose ou anti-douleur) c’est le risque de ne pas être alerté de l’ampleur du problème. (la douleur étant un signal d’alarme comme l’explique si bien Eric)
        Bon courage ♥

        J’aime

  3. Je vous remercie de vos conseils. je vais me renseigner pour la maladie de lyme.
    Effectivement, mon fils est très sensible à l’alimentation. il est intolerant au sorbitol, lactose, fructose pour ses intolerances connus. il ne reboit du lait que depuis quelques mois. Sa gastro enterologue m’a répété jusqu’à ce que je change d’avis, que c’était très grave pour un enfant de son âge de ne pas boire de lait. il mange du pain bio d’épautre parce que le blé ne me convient pas. mais il mange à la cantine, donc pas beaucoup de moyen de vérifier ce qu’il mange…

    je vous remercie de nouveau pour toutes ces pistes.
    Bravo pour l’aide que vous fournissez au gens.
    J’adore vos messages, votre humour 😉

    J’en profite pour vous poser une question que je me pose depuis un certain temps : qu’est ce que vous conseillez comme ptit dej parfait? seulement fruits?

    J’aime

    • Kat34, une « bête » question : votre fils boit-il assez ? Je parle d’eau, bien sûr, pas du cola ou autre boisson sucrée, plutôt à éviter.
      Moi je suis plutôt sur le déclin (71 ans) mais les enfants et les vieux ont souvent les mêmes carences il paraît. Or, quand je ne bois pas assez, j’ai de terribles douleurs dans les jambes surtout la nuit, un peu comme des crises de tétanie. Voilà, je vous dit cela à tout hasard en vous lisant.
      Amicalement,
      Léo

      J’aime

      • Exact, Maistre Léo, ça peut être une explication…
        Merci d’y avoir pensé.
        Mais j’espère que les analyses (ne serait-ce que d’urine) l’auraient révélé, sinon, c’est à désespérer de la médecine officielle !

        J’aime

    • Très grave pour un enfant de son âge de ne pas boire du lait, dixit la gastroentérologue ? Encore une qui est inféodée au lobby laitier ! Elle a des actions chez Candia, chez Régilait ou chez Lactel, celle-là ?
      Qu’est-ce qu’elle en sait, cette gastro-gastroentérologue, qu’un enfant « doit » boire du lait ?
      Elle est nutritionniste ? Diététicienne ? Trophologue ? Non ? Alors, qu’elle s’occupe de son rayon et qu’elle ne vienne pas raconter n’importe quoi sur l’alimentation ! NON, le lait – sauf le lait maternel – n’est absolument pas indispensable (et est même parfois préjudiciable) à la santé d’un enfant (et d’un adulte). Ce sont les marchands de lait qui ont lancé cette stupidité dans les années soixante pour écouler un stock de lait suite à un accroissement de la demande en viande bovine dans nos pays !
      Grrrrr ! M’énervent, ces gens qui, sous le fallacieux prétexte qu’ils ont un diplôme de docteur en médecine, se croient autorisés à répéter ce que les services « marketing » de l’agroalimentaire leur susurrent à l’oreille !
      (respire, Éric !) 😆
      Le petit déjeuner parfait ?
      Ça dépend de beaucoup de choses, de ce que l’on aime, de ce que l’on n’aime pas…
      À dire vrai, c’est plus facile de dire ce qu’il faut éviter…
      Le pain et ses accompagnements gras et/ou sucrés (chocos, confitures, et même miel). Le pain mais aussi les viennoiseries, les brioches, et, en gros, tout ce qui contient de la farine.
      Les « sucreries » appelées improprement (et trompeusement) des « céréales » (les flakes et autres machins plus ou moins soufflés qui sont des bombes glycémiques).
      Le jus d’orange, le verre de lait (même si les pubs disent le contraire).
      Que reste-t-il ?
      Des tonnes de fruits et de légumes !
      Mais aussi, pour les non-végés, le fameux english brekfast (du bacon, des œufs, des saucisses, des petits pois…). Si l’on aime (mais on s’y habitue vite). Jadis, le Britanniques avalait ses deux œufs (avec du lard !) chaque matin, et il se portait (plus ou moins) comme un charme. Aujourd’hui, le Britannique mange des « céréales » qu’il trempe dans dulait, ou avale un pain au chocolat sur le chemin de l’école ou du bureau, et il souffre de gentilles maladies comme le diabète ou le cancer… Mais, évidemment, ça n’a aucun rapport… Non, non… D’ailleurs, des médecins hyper-intelligents ont décrété qu’il fallait éviter les œufs parce que ça donnait « du cholestérol » ! Ha oui ? Et les Britanniques qui en mangeaient une douzaine chaque semaine (avant l’apparition des céréales et des viennoiseries sur les tables anglaises chaque matin), comment se fait-il qu’ils n’avaient pas de problèmes de cholestérol, eux ?
      En résumé ?
      N’oublions pas qu’il vaut mieux manger « comme un roi le matin, comme un prince le midi, comme un manant le soir »… Et que notre tube digestif est celui d’un frugivore… Alors, oui, nous pouvons manger autre chose que des fruits et des légumes. Mais pas trop…
      Bon appétit !

      J’aime

    • en effet, j’allais ajouter aussi: supprimer le lait de vache et les boissons sucrées (ou sucrées à l’aspartame), boire assez d’eau… déjà ça sur 1 mois pourrait donner une indication 🙂 ça ne coute rien d’essayer! en + il y a plein d’alternatives, bien meilleures pour la santé

      J’aime

  4. j’ai ma maman qui n’a jamais bu de lait, elle n’a jamais aimé, de temps en temps des yaourts et une fois par semaine elle prend un morceau de fromage!!! elle a 86 ans…….son analyse de sang est celui d’une jeune fille (d’après le médecin), ne prend aucun médicament!!!! et a des os très solides (elle est tombée quand elle avait à peu près 70 ans dans un escalier en pierre!!!! elle a été couverte de bleus et même noirs!! mais c’est tout, rien de cassé!!!!) donc , je confirme le lait n’est pas indispensable, nous ne sommes pas des veaux!!!! moi même, je ne bois plus de lait depuis belle lurette 🙂 maintenant, je ne suis pas médecin, peut-être qu’il y a des personnes qui en ont besoin!! 😦

    J’aime

    • Oui, Sophie, des personnes en ont besoin : les hypocondriaques qui en ont besoin pour apaiser leur cerveau, et accessoirement les crédules qui prennent pour argent comptant tout ce que les publicitaires racontent. 😉
      Pour les autres, le lait en grandes quantités est plus nocif qu’utile.
      Nous sommes des frugivores, donc, nous devrions manger, pour ne pas endommager notre tube digestif, des fruits et des légumes. Mais, bon, si nous sommes en bonne santé, nous pouvons nous permettre des écarts par rapport à ce régime strictement végétarien. Non, ce n’est pas spécialement dangereux pour la santé de manger une côtelette (même si nous ne sommes pas carnivores), ou de manger des grains de maïs (même si nous ne sommes pas granivores), …, ou de consommer l’un ou l’autre produit laitier. À condition que ce soit « de temps en temps » (et pas chaque jour), et que nous soyons en bonne santé !
      En ce qui concerne les produits laitiers, nous avons besoin du lait de notre mère (ou d’une nourrice) durant les premières années de notre vie. Rien de plus.
      Sauf très exceptionnellement, quelqu’un a déjà vu un autre mammifère que l’homme téter sa mère à l’âge adulte ? Il n’y a que les humains qui continuent à boire du lait (et encore, même pas du lait de leur propre espèce) une fois qu’ils sont « sevrés » (lequel sevrage n’a jamais réellement lieu, puisque être sevré, ça signifie se nourrir avec autre chose que du lait).
      Trois produits laitiers par … semaine, si l’on aime ça, et si l’on le digère (ce qui n’est pas le cas de 75% de la population mondiale), ma foi, pourquoi pas. Mais certainement pas trois par jour !
      Quant aux imbéciles et aux trolls qui proclament qu’il « faut » boire du lait à la louche pour éviter les problèmes d’ostéoporose, je leur répondrai qu’ils consultent les dernières études qui contredisent formellement l’utilité du lait pour « consolider les os », ainsi que les statistiques concernant précisément la consommation de lait et les problèmes ostéo. Les personnes qui, dans le monde, consomment le plus de lait, ce sont (ou ça l’était : je n’ai pas les chiffres actualisés de l’année dernière, mais il m’étonnerait qu’une grande différence se soit subitement produite) les Suédois (et surtout les Suédoises). Et où trouve-t-on le plus de problèmes d’ostéoporose ? En Suède ! Bizarre, non ? À l’inverse, les Japonais ne consomment que très peu de produits laitiers, et ils ne connaissent que très peu aussi les joies de l’ostéoporose !
      Mais, bon, les imbéciles et les trolls en question vont me rétorquer que, « ça ne compte pas, ces comparaisons, puisque, par exemple, au Japon, ils mangent différemment que nous »… Bin, oui, justement, ils mangent différemment : ils ne consomment déjà pas de produits laitiers !
      Je vais vous confier un « secret » qui m’est tout personnel (mais je n’oblige personne à penser ou à faire comme moi) : pour savoir si un site (concernant la santé) est sérieux, je recherche une page où l’on parle du calcium… S’il y est dit qu’il faut avaler trois produits laitiers par jour, je considère le site comme un torchon aux ordres du lobby agro-alimentaire, et je passe mon chemin.

      J’aime

  5. Je vous remercie de votre aide et vos conseils.
    je vais le faire boire plus, et creuser toutes les nouvelles pistes que vous m’avez donné.
    Merci, merci, merci

    J’aime

  6. Cet article me fait penser à la tête de mon médecin traitant quand il veut me prescrire ces fameux anti-douleurs, voire des anti-inflammatoires… Il ne comprend pas que je ne supporte ni l’un ni l’autre… Pourtant, les analyses sanguines montrent bien chez moi l’incidence que ça a sur mon foie (surveillé régulièrement, une gastro-entéro-hépatologue supputait un cancer…), les SGPT s’affolent à chaque prise, tout comme mon système digestif dans son ensemble … Mais c’est encore dans la tête tout ça, n’est-il pas ?

    Bonne journée à vous 🙂

    J’aime

Les commentaires sont fermés.