Énergie verte ou nucléaire ?

Vous le savez, notre production d’électricité (en Belgique) dépend partiellement de l’atome.

Le nucléaire qui serait, selon mon ancien troll, une énergie si propre, si sûre, si bon marché…

 

Pour ce qui est d’être une énergie propre et sûre, ma foi, il suffit de parler avec des gens qui ont habité et/ou travaillé (et qui ont survécu) à Biblis en Allemagne (2/7), à Blayais en France (2/7), à Forsmark en Suède (2/7, et il ne fut classé « que » 2/7 grâce au « hasard » qui a évité une fusion, parce que, selon les spécialistes, c’était l’accident nucléaire le plus dangereux depuis Three Mile Island et Tchernobyl!), à Fukushima au Japon (7/7), à Lucens (Vaud) en Suisse (4/7), à Monticello (Minnesota) aux USA (190m³ d’eau radioactive coulent dans le Mississipi), à Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) en France, premier épisode en 69 (4/7 mais selon EFF, il ne s’agit que d’un « incident » !) et second épisode en 80 (4/7), à Tchernobyl en Ukraine (7/7), à Three Mile Island (Pennsylvanie) aux USA (5/7), à Tsuruga au Japon (un « incident » irradie 278 personnes) !, à Vandellos en Espagne (3/7), etc. …, pour s’en convaincre, qu’une centrale nucléaire, c’est propre et c’est sûr !

C’est quoi, ces noms ? Bin, des centrales nucléaires où des accidents ont eu lieu… Vous ne connaissez que l’un ou l’autre de ces noms ? Ça ne m’étonne pas : le service de propagande « pro-nucléaire » est tellement bien fait que l’on ne dévoile au grand public que ce qui est vraiment impossible à cacher. Et je ne vous ai cité qu’une petite partie de ce que l’on sait.

Ça, c’est pour la prétendue sécurité…

Pour ce qui est du coût, il n’y a, encore une fois, que les trolls pour croire les mensonges qui consistent à dire que le nucléaire est bon marché.

C’est sûr (si j’ose dire) que si l’on ne compte QUE le coût de fabrication et d’entretien (pour peu qu’on les entretienne correctement) d’une centrale nucléaire, et le coût du combustible, le prix de revient de l’électricité est – relativement – bon marché. Oui, « relativement », parce qu’en Europe, l’an passé, nous payions quand même en moyenne (en moyenne sur les 27 pays) l’électricité à 13,72ct le kilowatt heure, alors que nous ne le payions que 10,13 centimes en 2005 : trente pourcents d’augmentation en moins de dix ans (et les prix ont augmenté depuis, sans compter qu’ils vont encore augmenter cette année), je ne vois pas trop où est le côté « bon marché », mais admettons…

Si l’on se donne la peine (et l’envie) de TOUT calculer, le coût de l’électricité produite « nucléairement » augmente cependant de manière monstrueuse. Mais les producteurs d’électricité préfèrent éviter de comptabiliser les milliards dépensés pour recycler le combustible ou … les centrales elles-mêmes, une fois arrivées en fin de vie.

Faux, va hurler le chœur des trolls !

Ha oui ?

En Belgique (j’y reviens), nous avons pas mal d’électricité « nucléaire », et il est officiellement prévu de quitter le « tout-nucléaire » assez rapidement.

Bon, alors, je passe sur les idioties qui ont déjà été débitées sur le sujet, comme quoi c’est impossible, et blablabla… Bien sûr que oui, c’est possible ! Les exemples ne manquent pas…

 

Mais est-ce « rentable » ?

Hé bien, pour le savoir, le Ministère Wallon de l’Énergie a fait réaliser une petite étude…
Une étude qui a calculé l’impact en matière de coût global réel, mais aussi en ce qui concerne le nombre d’emplois générés.

Combien est-ce que cela coûterait à la Belgique, pour les soixante années à venir, …
… soit de construire une nouvelle centrale nucléaire de troisième génération de seize cents MW (il y a intérêt à en construire une nouvelle si l’on ne veut pas que nos vieilles riquettes nous explosent un de ces quatre à la figure vu l’état dans lequel elles sont), …
… soit de tout miser sur de l’éolien et du gaz, deux solutions vertes (3,8 TWh de production éolienne annuelle et 8,8 TWh par an grâce à quatre centrales au gaz) ?

La réponse est claire : la production de l’éolien terrestre couplée au gaz coûterait moins cher et générerait plus d’emplois que le nucléaire sur le long terme.

Oui, mais, … moins cher de combien ?

Bah, presque rien : même pas une petite trentaine de milliards d’euros !
Tout compris, sur les soixante prochaines années :
– formule nucléaire : plus de nonante milliards d’euros…
– formule verte : soixante-quatre milliards d’euros…

Quant aux emplois, …
– pour le nucléaire, cela permettrait à 1.800 personnes de travailler annuellement…
– pour l’énergie verte, 2.500 emplois (dont 91% liés à la seule filière éolienne)…

Comme on dit de nos jours : y’a pas photo !

 

 

 

Advertisements

2 réflexions sur “Énergie verte ou nucléaire ?

  1. Bonjour, Eric
    Les éoliennes sont mieux, c’est sûr, mais c’est moche et il faut des tonnes de béton pour les installer …
    Je te souhaite une bonne fin de semaine.
    Bisoux
    dom

    J’aime

    • « Moche » ?
      Là, nous ne sommes plus dans de l’objectif, mais dans du subjectif…
      On dit que les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas…
      Personnellement, je trouve plus joli un champ de « ventilateurs » qu’une centrale nucléaire (ou des milliers de kilomètres de câbles électriques suspendus entre des pylônes), mais, bon, c’est moi, c’est mon goût personnel, ce n’est pas objectif… Peut-être parce que ça me rappelle les moulins, et que j’aime bien les moulins ? 😉

      Les tonnes de béton qu’il faut pour que les éoliennes soient stables, par contre, ça, c’est de l’objectif, pas du subjectif…
      Donc, oui, il faut des tonnes de béton.
      Mais j’avoue que ça ne me gène pas (pas plus et pas moins que les tonnes de béton qui servent de supports aux centrales ou aux pylônes dont je parlais ci-dessus, … ou à toutes les maisons que nous occupons et qui ont été construites durant le siècle dernier). Après tout, du béton, c’est quoi ? Des pierres de différentes sortes (sable, cailloux, ciment) compactées ensemble avec de l’eau : du naturel, finalement (même s’il faut la main de l’homme – et une bétonnière – pour tout mélanger). Et les ferrailles qu’on coule dedans, bon, ok, c’est nettement moins naturel (il a fallu déterrer des pierres spéciales, les faire fondre en y ajoutant du carbone, et éventuellement d’autres produits, puis de l’oxygène, …), mais, bon, nous sommes entourés de fer et d’acier (et de béton) depuis notre naissance jusqu’à notre mort, et je ne pense pas que la plupart d’entre nous en souffrent (quand c’est bien intégré à notre environnement, en tout cas : c’est sûr qu’une pelouse est « mieux » qu’une cour en béton, mais, bon, ça, c’est justement une mauvaise intégration).
      Bref…
      Un machin métallique « moche » sur un tas de béton ?
      Si l’on prend cent personnes, et qu’on leur demande ce qui, pour eux, représente la France, il y en a au moins 95 (voire 99%) qui vont parler de la Tour Eiffel, c’est-à-dire un machin de plus de sept mille tonnes de métal dressé sur une hauteur de plus de trois cents mètres, et posé sur une couche de béton et de graviers de plusieurs mètres… Trois cents (et quelques mètres), finalement, c’est plus haut que la plus haute éolienne du monde (qui fait un peu moins de deux cents mètres, si je me rappelle bien, et se trouve quelque part au large de l’écosse)…

      Une ‘tite tasse de thé avant d’aller au lit ?
      Je viens d’en faire, avec ma toute nouvelle théière achetée hier du côté de Mons…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.