Prescrire, l’article qui fait re-peur !

Vous le savez, écraser un médicament sous la forme de « comprimé », ou ouvrir une gélule, ce n’est pas une bonne idée.

Et pourtant, est important le nombre de patients qui prennent leur médicament de cette manière, parce qu’ils ne se sentent pas de taille à avaler un gros machin en une fois.

Alors, on écrase le médoc, on le mélange à une cuillère à café de confiture (ou dans un demi-verre d’eau, …) et on l’avale !

Beurk…

 

Pourquoi n’est-ce pas une bonne idée ?

 

Parce que, dans certains cas (pas toujours, je vous rassure : par exemple, que vous preniez un comprimé de paracétamol entier ou coupé en quatre pour l’avaler plus facilement, le risque est le même de ficher en l’air votre foie), le mélange est étudié pour fonctionner correctement sous la forme entière.

Par exemple, dans le cas où le médicament est en version « retard » et doit être absorbé par votre organisme en plusieurs vagues : en écrasant le médoc, le risque est grand d’écraser aussi la protection d’une partie de la dose qui est alors libérée immédiatement dans votre organisme, au lieu d’être libérée plusieurs dizaines de minutes plus tard…

D’où risque de surdosage au moment où vous avalez le médicament.

 

Autre danger, à l’inverse du précédent : dans le cas où votre médicament est enveloppé pour résister aux acides gastriques (pour ne se diffuser que dans votre intestin), si vous écrasez la protection, le risque est grand que le médoc soit digéré par votre estomac, d’où un sous-dosage de la substance active qui a des difficultés à arriver intacte dans votre intestin.

 

La revue Prescrire vient (en mars) de pondre un article sur les dangers d’écraser les comprimés ou d’ouvrir les gélules…

Je vais commencer par vous citer la conclusion de leur mise en garde : s’il n’existe pas d’autre voie ou forme pour un médicament, mieux vaut bien se renseigner sur les risques liés à l’écrasement ou l’ouverture du médicament, et parfois opter pour un médicament voisin mieux adapté…

Jusque là, je suis bien d’accord…

 

Voyons quels sont les dangers…

Ceux que je citais ci-dessus : sur- ou sous-dosage…

Un goût amer en bouche (oui, beurk, je le disais), mais aussi un risque d’ulcération de la bouche ou du reste du tube digestif, avec parfois à des perforations intestinales.

Faut pas demander ce qu’il y a dedans !

 

Et la revue Prescrire d’ajouter que, quand ça se passe dans un home, et qu’on utilise le même pilon pour broyer des médocs pour des personnes différentes, le risque est grand d’avoir une contamination croisée, avec risque d’incompatibilités des substances entre elles.
Logique…

Mais il y a pire…
L’exposition (aux substances actives) des soignants et de l’entourage peut être à l’origine de réactions diverses vu que certaines substances libérées sont (accrochez-vous) cancérogènes, tératogènes ou fœtotoxiques !

Waow !

On trouve tout ça, dans un médicament chimique ?
Des machins cancérogènes, tératogènes, foetotoxiques, … ?

Avouez que vous ne l’auriez pas cru, hein ?

 

 

Bon, maintenant, il y a pire…

Savez-vous que l’on vend des appareils servant … à broyer les médicaments ?

Oui, oui…

C’est déconseillé par le corps médical, mais « on » peut vendre sans problème des appareils (et il en existe plusieurs modèles) destinés à aider un acte réprouvé par ledit corps médical…

Cherchez l’erreur…

broyeur-de-medicaments-ecrase-comprimes

Broyeur de médicaments, écrase comprimés :
Cet écrase comprimé permet de réduire très simplement ses médicaments en poudre sans en perdre. Il suffit de mettre le comprimé dans le compartiment prévu à cet effet et de visser la partie « broyeur ». La réserve, séparée en 2 compartiments, est d’assez grande contenance pour pouvoir stocker de nombreux comprimés.

 

Bon appétit !

 

 

 

Advertisements

7 réflexions sur “Prescrire, l’article qui fait re-peur !

  1. Bonjour, Eric
    Quand j’en ai à prendre, je le fait toujours naturellement.
    Mais ça fait peur de voir tous les risques encourus pour ceux qui les écrasent (C’est le cas de ma belle-mère qui le fait systématiquement …)
    M’en vais lui faire lire ton article !!!
    Je te souhaite un bon mercredi.
    Bisoux
    dom

    J’aime

    • Coïncidence…
      Je survolais hier soir la lettre d’info du 20 avril de JM Dupuis qui racontait … la même chose que moi, ou à peu de choses près…
      Il donnait une adresse d’un site où, apparemment, il est possible d’avoir plus d’info.
      Je recopie le paragraphe où il en parle :

      Si ce déconditionnement est pour vous la seule manière de « faire passer la pilule », vous pouvez vous rendre sur un site qui a été créé par l’Agence Régionale de Santé de Normandie. Bien que d’apparence très arriéré, ce site contient des fiches complètes sur un grand nombre de médicaments, indiquant précisément quels peuvent être leurs risques et les moyens de les compenser, en particulier les médicaments de chimiothérapie.

      Je ne l’ai pas visité (partant du principe qu’il vaut mieux éviter de toute façon d’écraser ou de couper quoi que ce soit quand ce n’est pas prévu), mais en voici l’URL récupérée directement sur la lettre de JMD…
      http://clic.sante-nature-innovation.fr/t/EQ/LRU/MSY/ABt6Aw/AAJ9dg/MjU5MTd8aHR0cDovL29tZWRpdC1oYXV0ZW5vcm1hbmRpZS5mci8./AQ/lcLa

      J’aime

  2. je n’ouvre pas les gélules et n’écrase pas les comprimés
    j’avale tout simplement
    même si c’est « dégoutant »
    Bonne fin de journée
    ti bo du mercredi

    J’aime

Les commentaires sont fermés.