Le manipulateur, l’escroc est mort, que deviennent les victimes ?

Manipulateur ? Escroc ? Qui ça ?

Jacques Servier…

C’est lui que le docteur Irène Frachon, qui ne mâche pas ses mots, désigne par les termes d’escroc et de manipulateur…

Jacques Servier, le président-fondateur du labo pharmaceutique du même nom…

Le labo qui a vendu des années durant le sympathique Médiator, qui a causé tant de décès et d’ennuis cardiaques…

Maintenant que le boss est mort le 16 avril, que va devenir l’affaire Mediator ?

 

Bin, l’affaire, elle, elle continue sur ses voies…

Comme le dit le docteur Irène Frachon, « la Justice ne s’arrête pas, et les victimes doivent le savoir. Si la personne a disparu, le nom de Jacques Servier et ses collaborateurs auront à répondre des crimes devant la Justice. »

Le grand procès du Mediator (avec tous les acteurs du scandale) était prévu dans un an environ, durant le premier semestre 2015. Il se tiendra donc sans lui.

À noter que si l’on connaît surtout le nom du laboratoire pour son implication dans le scandale du Médiator, Servier est « bien connu de la justice », comme on dit (et du monde de la santé), pour d’autres faits et gestes…
Au Médiator, s’ajoute l’Isoméride, un coupe-faim, montré du doigt parce que, bizarrement, le nombre d’ennuis pulmonaires graves explosait chez ceux qui en prenaient… Et Servier a même été condamné à verser plus de deux cent mille euros de dommages et intérêts à une dame traitée par ce médicament, laquelle dame se plaignait de graves problèmes cardiaques.
Le laboratoire Servier fait aussi l’objet d’une procédure européenne pour distorsion de concurrence et dissimulation de données avec son médoc Coversyl.
Il n’y a pas que dans la santé proprement dite que Servier s’est fait connaître de manière peu glorieuse. Ses méthodes de recrutement furent à un moment pointées du doigt parce que le labo « fichait », selon les opinions politiques et l’orientation sexuelle, les candidats à l’embauche…
En 2012, le ministère français de l’Écologie a accusé l’usine du groupe Servier ORIL d’avoir été à l’origine d’une pollution de l’eau du robinet par une substance substance classée cancérogène probable.
Et, cerise sur la gâteau, alors que l’Europe s’est engagé à diminuer le nombre de chats et de chiens dans les laboratoires, le laboratoire du centre de toxicologie « Biologie Servier » est pointé du doigt pour avoir précisément fait tout le contraire…

 

Bref, un chouette labo pharmaceutique…

 

 

Bon lundi de Pâques !

oeuf-paques

 

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “Le manipulateur, l’escroc est mort, que deviennent les victimes ?

  1. Rhooo, Jacques nous a quitté !
    Hé bien, bon voyage !
    Ceux qui croient au paradis et à l’enfer peuvent se dire que ce pauuuuuvre Jacques (vite, passez-moi un mouchoir, j’ai une larme qui perle !) a de la chance : il ne rencontrera jamais ses victimes qui, elles, seront admises au paradis pour avoir souffert à cause de cet innocent !

    J’aime

Les commentaires sont fermés.