NON, la femme n’est pas l’égale de l’homme !

Et ce ne sont pas des lois débiles et des gouvernements stupides qui y changeront quelque chose !

J’y ai déjà fait allusion plusieurs fois au fil des articles. Aujourd’hui encore, à l’occasion de « brèves », je vous prouve une nouvelle fois que, décidément, non, les hommes et les femmes ne sont pas identiques !

 

 

 

Des chercheurs du Wake Forest Baptist Medical Center à Winston-Salem en Caroline du Nord, ont étudié la « qualité de vie » de 1.370 personnes qui avaient subi un AVC.

D’abord, un constat général : s’il y a de plus en plus d’AVC dans le monde (enfin, dans les pays « civilisés », comme d’habitude…), de plus en plus de personnes y survivent…

Ensuite, le constat « sexiste » : les femmes connaissent une période de récupération plus difficile que les hommes, surtout durant les premiers mois après l’AVC, mois durant lesquelles les femmes souffrent plus que les hommes de douleurs physiques et/ou de maladies psychiques (anxiété ou dépression). Cerise sur le gâteau : ces différences entre les hommes et les femmes sont encore plus importantes après l’âge de 75 ans.

Et en outre, en plus des facteurs de risque « normaux » (mauvaise hygiène de vie, diabète, hypertension, hypercholestérolémie, surpoids/obésité, sédentarité, …), les femmes doivent tenir compte de certains facteurs de risque au niveau hormonal, ce que les hommes ne connaissent pas.

Un dernier constat : les femmes célibataires ou les veuves récupèrent encore plus difficilement que les femmes mariées ou en couple.

 

 

 

Vous saviez que, devant l’alcool, les femmes n’ont pas les mêmes réactions (physiologiques) que les hommes : une femme doit (devrait…) boire les deux tiers de la consommation d’un homme pour obtenir les mêmes « effets secondaires ».

Hé bien, figurez-vous qu’en ce qui concerne le tabac, c’est la même chose !

À tabagisme égal, les femmes sont plus touchées par le cancer du poumon que les hommes.

Il y a aussi, dans certains cas, une question d’hormones dans cette différence : il existe un risque plus élevé de cancer du poumon pour les femmes qui, au moment de la ménopause, avalent une substitution hormonale combinant œstrogènes et progestatifs !

Merci la médecine conventionnelle qui prescrit des hormones à la louche !

 

 

 

Typiquement féminin : le dépistage systématique des cancers du sein avec la mammographie, une pratique dont je vous ai déjà dit tout le bien que j’en pensais (hem…).

Les études se suivent et se ressemblent : non, le dépistage systématique par mammographie n’a pas de sens, parce qu’il ne permet pas de réduire la mortalité par cancer du sein !

C’est une nouvelle étude canadienne qui l’explique, une étude réalisée sur près de 90.000 femmes entre 40 et 59 ans, suivies pendant 25 ans.

Une étude qui démontre une nouvelle fois que les femmes qui subissent des mammographies annuelles n’ont pas moins de risque de mourir d’un cancer du sein que celles qui se contentent d’un simple examen physique ! Vous voulez des chiffres ? Voici : en 25 ans, 500 décès par cancer du sein chez les 44.925 femmes « mammographiées » et 505 décès chez les 44.910 femmes simplement « palpées ». Cinq décès sur presque quarante-cinq mille personnes, la différence n’est vraiment pas significative !

Mais les tumeurs du sein détectées étaient en revanche plus nombreuses chez les « mammos » que chez les « palpées », avec 22% de « surdiagnostics » ! Parce qu’un petit quart des tumeurs détectées par « mammo » n’auraient pas eu d’impact du vivant de la personne concernée, et a pourrit la vie desdites femmes une fois qu’elles en ont été informées (sans compter les effets secondaires des traitements) !

Problème : les gouvernements et le lobby médical ne vont pas apprécier de s’entendre dire qu’il faut arrêter ce dépistage systématique ! Trop de pognon en jeu, comme d’hab !

Mais que ça ne vous empêche surtout pas, si vous êtes persuadée que c’est utile dans votre ca (une famille « à risque », par exemple), d’aller vous faire « mammographier », mesdames !

 

 

 

Typiquement féminin, encore : l’accouchement !

Si dans certains pays, on en est encore à se demander si l’on pourrait peut-être envisager de s’arranger pour que les sages-femmes jouissent d’une certaine autonomie (autonomie que les obstétriciens et les maternités ne veulent pas partager), il est d’autres pays où cette autonomie des sages-femmes existe depuis des années, par exemple l’Angleterre…

Au Royaume-Uni, il existe des « unités sages-femmes » autonomes, des « maisons de naissance », qui sont séparées – géographiquement – ou pas, de tout service hospitalier. Et les futures mamans peuvent également choisir d’accoucher à domicile.

Parmi les options proposées dans ces « maisons de naissance », une possibilité existe (et est de plus en plus choisie, entre 36 et 47% des femmes, selon les endroits !) : l’accouchement dans une (grande) baignoire ou dans une piscine !

Cette immersion offre en effet bien des effets favorables sur les douleurs, et évite souvent une médicalisation !

 

 

 

Une dernière différence « mâle/femelle »…

Savez-vous que l’organisme de la future maman sait si le bébé qui va naître est un garçon ou une fille, et que, selon le cas, la « recette » de fabrication du lait maternel sera différente ?

Hé oui… La Nature a décidé que les garçons devaient avoir du lait plus riche en graisses et en protéines (pour « grandir » plus lentement), tandis que les filles obtiennent de plus grandes quantités de lait (pour arriver plus vite à la maturité sexuelle) !

Une bonne nouvelle qui va faire plaisir aux fabricants de « laits artificiels » : ils vont pouvoir vendre – à un prix plus élevé, évidemment – un lait spécial garçon et un lait spécial fille !

 

 

Il est midi douze… Bon appétit, mesdames !

Advertisements

5 réflexions sur “NON, la femme n’est pas l’égale de l’homme !

  1. non, comme chacun le sait, la femme est supérieur en de nombreuses choses à l’homme, sauf pour monter les packs de bouteille au 4ème étage et c’est bien pour ça que les hommes ont plus de muscles! Nous on a plus de graisse mais c’est pour assurer une descendance capable de prendre la relève pour nos belles filles

    J’aime

  2. c’est sûr que la différence existe entre les deux
    et c’est tant mieux
    merci pour ces précisions
    j’espère que tu vas bien

    très bon début de weekend

    ti bo

    J’aime

Les commentaires sont fermés.