Chou vert et vert chou !

Pour souper ce soir, et pour vous remettre des fatigues de la semaine et du mois, je vous propose une petite (une grosse, plutôt) soupe au chou vert.

 

Deux versions : avec les deux saucisses ou sans les deux saucisses, selon que vous êtes, ou pas, végétarien.

 

Alors, pour quatre personnes, il me faut :

– 1 chou vert moyen

– 1 gros oignon

– 2 cubes de bouillon de légumes (ou de poule, ou de viande, selon mon envie du jour, ou alors, je remplace le mélange eau+cube par un vrai bouillon fait maison)

– 2-3 navets

– 2 saucisses fumées « à cuire » (qu’on se demande pourquoi on les appelle « à cuire », vu qu’un produit fumé est déjà cuit), éventuellement, si je consomme de la viande, ou pas

– 4 carottes moyennes

– 5 pommes de terre moyennes

– laurier, thym

– sel, poivre

– un peu d’huile d’olive

 

La préparation :

–          Je commence par plonger le chou coupé en deux, quatre-cinq minutes, dans de l’eau bouillante, pour le blanchir

(non, acheter un chou blanc au lieu d’un chou vert, ça ne dispense éventuellement pas de le blanchir … encore que … pour les gens qui craindraient que « blanchir un chou vert » ne soit considéré par la ligue contre le racisme martien comme une expression à connotation raciste, je vous le dis tout de go : ce n’est pas obligatoire de blanchir le chou, mais ça permet d’éliminer une partie des composés soufrés qui … font péter !).

–          J’égoutte mes deux morceaux de chou, je les laisse refroidir (pour ne pas me brûler en les coupant ensuite).

–          Pendant qu’ils refroidissent, je coupe les autres légumes en grosse brunoise ou en petite paysanne (à vous de voir quelles sont vos affinités avec le monde de l’agriculture)[1], et je termine par le chou.

–          Je fais revenir les légumes dans un peu d’huile, à feu pas trop chaud. Le but est de faire se dégager les arômes des légumes, pas de frire les légumes !

–          Je mouille avec l’eau, trois-quatre centimètres au-dessus du niveau des légumes, j’ajoute les saucisses coupées en deux (j’ajoute les saucisses, ou pas, si je suis végétarien, mais je connais un couple dont monsieur est végétarien, qui fait la soupe en question avec les saucisses, puis évite de prendre de la viande dans son assiette au moment de servir, laissant la viande aux autres convives), les herbes, le sel (pas trop), le poivre et les cubes de bouillon.

–          Je porte à ébullition, je baisse sur feu doux, et je laisse mijoter une bonne heure. Pas besoin de mélanger, mais vérifier si l’eau ne s’évapore pas trop (et en remettre éventuellement) est une bonne idée…

–          Et je sers immédiatement, avec une tranche de pain (de vrai pain, sinon, autant s’abstenir) légèrement grillée ou avec des croûtons ou « nature ».

 

Petite variante : je remplace les saucisses fumées par quatre demi-tranches épaisses de lard fumé.

 

 


[1] Donc, je rappelle qu’une découpe en brunoise, c’est tailler en petits dés de 2 millimètres de côté ; la macédoine, ce sont des cubes de 4 millimètres de côté ; la paysanne, c’est une découpe avec des morceaux plus larges que haut, c’est-à-dire 1 centimètres de côté et 2 millimètres d’épaisseur ; et la mirepoix, c’est la découpe en cubes d’1 centimètre de côté. Quand je vous propose malicieusement une grosse brunoise ou une petite paysanne, ma foi, c’est à vous de voir comment vous voulez tailler vos légumes, en morceaux plus ou moins gros, mais pas trop petits, et pas trop gros…

 

 

 

Advertisements

9 réflexions sur “Chou vert et vert chou !

  1. Perso je ne blanchis jamais le chou. ça ne me fait plus rien. Mais faut dire que j’en mange très très souvent et de toutes les sortes (chou fluer, brocolis, vert, blanc, rouge, cuits, cru etc).

    J’aime

  2. hummm!! ça a l’air bon!! 🙂 faudra que j’essaie, je n’ai jamais fait de soupe au chou, actuellement je suis plutôt dans la soupe de cresson!!

    J’aime

  3. Super recette, j’en salive… Et avec des saucisses végétales, « ça l’fait » aussi bien ?

    Bon allez, je boutade, te vexe pas !

    Et merci Chef Eric, à bientôt,

    Jean-Louis

    J’aime

  4. quoa! un belge qui mange de l’huile d’olive! alors là tu m’épates! j’en ai fait une ainsi il y a quelques temps et j’ai la photo mais elle ne fait pas assez ressortir le plaisir que j’ai eu à la manger; une potée en quelques sorte!

    J’aime

Les commentaires sont fermés.