La pharmacologie, ou l’art de détourner des médocs de leur but premier…

 

 

L’histoire ne manque pas d’exemples…

Voici quelques années, un laboratoire sortait un produit destiné à aider les diabétiques à perdre un peu de poids, pour alléger (c’est le cas de le dire) les dangers de cette grave pathologie, lesquels dangers étaient plus importants que les dangereux effets secondaires du produit en question. MAIS… des médecins complaisants (en un ou en deux mots) ont prescrit ce produit à des millions de personnes qui souhaitaient perdre quelques kilos, sans être diabétiques. RÉSULTATS : des milliers de morts !

Voici quelques années, un laboratoire sortait un produit destiné à traiter l’acné. Un produit relativement dangereux, mais (selon le labo qui le fabriquait), le résultat valait bien la peine de risquer sa vie… Bah, s’il le disait… MAIS… des médecins complaisants (toujours en un ou deux mots) ont prescrit ce produit, dont un des effets secondaires était l’arrêt de l’ovulation, comme pilule contraceptive, à des gens qui ne souffraient pas d’acné. RÉSULTATS : une flopée de phlébites et d’embolies, et quelques problèmes cardiovasculaires (crises cardiaques et AVC), ainsi que quelques décès !

Des exemples de ce type, il y en a bien d’autres. Je ne vous ai cité que les plus médiatisés, les plus connus du grand public… Vous aurez reconnu les histoires de ce bon MEDIATOR et de cette brave DIANE 35…

 

Hé bien, figurez-vous qu’aujourd’hui, l’annonce de la sortie prochaine d’un nouveau médoc est déjà en train de faire fantasmer (vous allez voir que c’est le cas de le dire) des gens qui envisagent, avant sa commercialisation, de le détourner de son utilisation primaire pour s’en servir pour autre chose !

 

Depuis 1999 (chez nous, et l’année précédente de l’autre côté de l’Atlantique), les hommes qui connaissaient des pannes sexuelles ont pu compter sur un produit appelé « sildénafil » pour leur rendre du cœur à l’ouvrage. Le sildénafil, c’est le nom de la molécule du VIAGRA…

Mais, si les hommes étaient satisfaits (de pouvoir de nouveau satisfaire leurs compagnons ou leurs compagnes), les femmes, elles, restaient sur leur faim.

Un « viagra féminin », un produit – efficace – capable de stimuler la libido des femmes, ça n’existe pas…

Pas encore, du moins…

Parce qu’une molécule est en train de subir les derniers tests avant une mise sur le marché qui devrait avoir lieu l’année prochaine.

C’est en tout cas ce que vient de signaler le labo pharmaceutique Orlibid, un labo britannique, qui a mis au point la molécule qui porte pour l’instant le nom de code « ORL101 ».

Une molécule conçue à partir de mélatonine de synthèse 😕 qui devrait agit directement sur le cerveau pour accroître l’envie sexuelle des femmes.

Une molécule qui serait tellement bénigne, tellement anodine (c’est Mike Wyllie, un des chercheurs du projet ORL101 qui l’affirme), que non seulement, elle pourrait être prescrite à toute femme connaissant des vrais problèmes d’appétence sexuelle, mais également à n’importe quelle femme qui souhaiterait juste pimenter ses relations sexuelles !

 

Mais, bon, toute médaille a son revers. Et il y a quand même un effet secondaire (enfin, un effet secondaire connu…). Le risque de nausées…

Et donc, suite à cette particularité, cette molécule augmente l’appétit sexuel, mais elle fait baisser … l’appétit tout court ! Elle a un effet coupe-faim ! Bin, oui, quand votre estomac est un peu barbouillé, vous n’avez plus envie de manger…

 

Un effet coupe-faim ? Gageons que ce médoc sera prescrit à tout un tas de femmes qui n’auront pas besoin de pimenter leur vie sexuelle ?

DIANE 35 plaisait aux femmes parce qu’elles pensaient que c’était une pilule contraceptive qui faisait partir l’acné, ORL101 (ou quel que soit le nom commercial) plaira aux femmes parce qu’il s’agira d’un médoc pour maigrir qui, en plus, leur fera prendre leur pied ! Le monde à l’envers, quoi…

 

C’est quoi, déjà, la phrase… ?

Ha, oui, « vivre d’amour et d’eau fraîche »…

Bin voilà, pour bon nombre de femmes (si l’on accorde l’AMM, et je ne vois pas pourquoi elle serait refusée), ce sera peut-être le cas dès la fin de l’année prochaine…

 

 

 

Advertisements

5 réflexions sur “La pharmacologie, ou l’art de détourner des médocs de leur but premier…

  1. eh bien, je suis contente d’avoir lu cela………..j’en avais marre de mettre des dentelles, à présent une cuvette , sous le lit au cas où…suffira….un peu de poésie, que diable !!!
    Mais où va t on, mon bon monsieur, je vous le demande….
    Pour les femmes l’effet secondaire de ce produit est la nausée et pour les hommes quel sont les effets secondaires du Viagra, (problèmes cardiaques ??)
    bonne soirée..

    J’aime

Les commentaires sont fermés.