Thé thé où ?

 

Le thé est la deuxième boisson la plus consommée au monde … après l’eau.

En outre, ça fait des siècles (pour ne pas dire des millénaires, comme c’est le cas en Asie) que le thé est utilisé pour ses vertus médicinales.

Une flopée de vertus ! Nous y reviendront ci-dessous dans quelques secondes…

Dernièrement, une équipe allemande de l’Université Schleswig-Holstein a décrit dans la revue PLoS ONE la manière dont le thé « marche » contre le diabète et l’obésité.

Je ne vais pas rentrer dans les détails, je vous résumerai simplement que c’est grâce à une catéchine appelée l’Épigallocatéchine -3-gallate (à vos souhaits), qui va aller inhiber une enzyme qui est associée au développement du syndrome métabolique.

Ces chercheurs allemands précisent que le thé qui « marche » le mieux, c’est le thé vert.

Parce qu’il contient plus de cette catéchine que les thés noirs.

 

Quand je disais que la deuxième boisson la plus bue dans le monde était le thé, il s’agissait surtout du thé noir.

À part par quelques amateurs (comme moi), le thé vert n’est pratiquement bu que par des Asiatiques.

Hors de l’Asie, le thé vert n’est pas très consommé…

Et pourtant, c’est le thé vert qui est le plus intéressant pour la santé.

Parce qu’il n’est pas fermenté, donc qu’il n’est pas oxydé, et qu’il a donc conservé toutes ses vertus, le thé vert (plus que le noir) est

–          anticancéreux,

–          hypotenseur,

–          hypoglycémiant ;

–          il améliore l’activité cérébrale et la mémoire, ayant jusqu’à un effet protecteur contre le développement de l’Alzheimer, en empêchant la formation des plaques amyloïdes ;

–          il réduit le risque d’accident vasculaire cérébral ;

–          il a un effet protecteur contre le rétrovirus du SIDA ;

–          et maintenant, grâce à l’étude allemande, on sait qu’il est bénéfique contre l’obésité, mais aussi contre le diabète de type deux, parce qu’il agit sur le foie pour éviter que celui-ci favorise une production excessive de glucose et une accumulation de lipides, et pour améliorer la sensibilité à l’insuline dans les tissus adipeux.

 

Quand on y pense, certains gestes simples de la vie peuvent réellement améliorer la santé.

Boire régulièrement du thé, et particulièrement du thé vert, fait partie de ces gestes…

Je vous en ressers une tasse ?

 

Bon, alors, sachant que le thé est différent de la tisane[1], et sachant qu’une rapide visite d’un site de spécialistes du thé (comme « Mariage Frères », par exemple, ou « Tea Tower ») vous fait découvrir des centaines de thé différents, voici une petite devinette : à votre avis, combien y a-t-il de sortes d’arbres à thé dans le monde ?

 

Vous vous doutez bien que, si je vous pose la question, c’est qu’il y a un « stuuud »…

En réalité, il n’y a qu’un seul arbre (une seule sorte d’arbre, pas un seul exemplaire de l’arbre) qui donne le thé !

Hé, oui, un seul. Appelé le Camellia sinensis. Le théier, quoi… Et c’est avec les feuilles de ce seul arbre[2] qu’on produit les centaines de thés différents. Mais s’il n’existe qu’un seul théier, le Camellia sinensis, il en existe quand même quelques variétés

Mais alors, d’où viennent ces centaines de thés différents ?

–          Deux mots à propos des « couleurs » du thé.

Le thé vert, c’est la feuille du théier (théier qu’on appelle aussi « thé vert »). On la cueille, on la fait sécher, et s’en sert pour l’infuser dans de l’eau chaude. Difficile de faire plus simple.

Le thé noir, c’est la même feuille, mais qu’on a laissé fermenter selon un procédé mis au point par nos voisins anglais. À ne pas confondre avec le thé noir asiatique…

Le thé noir asiatique, c’est un thé post-fermenté. Ne nous étendons pas sur ce thé et ses méthodes de fabrication, il est pratiquement introuvable chez nous…

Quand un Asiatique vous parle de thé rouge, c’est d’un thé appelé « noir » par les Occidentaux dont il s’agit.

Entre les deux, on a le thé jaune ou le thé blanc, lesquels thés ont subi une très légère oxydation, une très légère fermentation. Ce sont des thés très « délicats »…

Un autre thé semi-oxydé, le thé bleu-vert. Appelés Oolong.

–          Des thés aromatisés…

Il existe une flopée de manières d’aromatiser des thés, quelles que soient leurs couleurs. Avec des autres plantes (feuilles, fleurs, …), ou avec des extraits et des essences, ou avec un mélange des deux…

Tout le monde connaît le thé à la menthe qu’on vous sert quand vous allez déguster un couscous chez vos amis marocains : du thé vert avec des feuilles de menthe…

Tout le monde connaît aussi le thé au jasmin qu’on vous sert chez vos amis asiatiques : du thé vert avec des fleurs de jasmin…

Tout le monde connaît le thé au beurre tibétain qu’on vous sert … ? Non ? Vous ne connaissez pas ? Il s’agit d’un mélange de thé avec du beurre rance de yak, du lait, et du sel… Bon, ok, faut aimer…

Par contre, si vous aimez le thé, vous connaissez certainement l’earl grey, un thé noir parfumé avec de l’essence de bergamote…

 

Quand on mélange des thés de différentes couleurs avec différentes aromatisations, vous comprendrez aisément qu’on peut obtenir facilement des centaines de sortes de thés !

Et, en ce qui concerne le thé noir (noir à l’européenne), on peut en outre ajouter quelques « grades », ce qui correspond à la qualité des feuilles. Par exemple, un thé « flowery orange pekoe », c’est un thé dont on n’utilise que les bourgeons et les deux premières feuilles. Un « souchong », lui, sera un thé avec des grandes feuilles, moins « fines » au goût… Selon qu’on utilise les feuilles entières, brisées ou broyées, le grade change également… Par exemple, une feuille broyée, réduite en poussière, comme ce qu’on trouve dans les sachets industriels, c’est un thé de grade « D » comme « dust » (poussière)…

 

Mes préférés ?

Les classiques « vert au jasmin », « noir à la rose », « vert à la menthe[3] ». Mes préférés parmi les préférés…

Le « gunpowder », le « bête » thé vert chinois qui est vendu sous forme de petites billes vertes qui rappellent la poudre à canon. C’est à partir de ce thé qu’on fabrique le thé à la menthe quand on a la chance d’avoir de la menthe fraîche chez soi.

J’aime aussi de temps en temps une tasse de ce bon vieil earl grey. Avec ou sans citron.

Des mélanges spéciaux, également (le mélange « Marco Polo », de chez Mariage frères, par exemple, à base de thé vert, de fruits et de fleurs ; ou encore le thé « de Noël », avec un thé noir, un arôme de cerises et un arôme d’amande).

 

Un thé que je n’aime pas ?

Oui, un thé-qui-a-un-goût-de-jambon-d’Ardennes… Un goût de fumé. Un souchong. Un thé noir qu’on considère comme un thé « fin », mais, bon, personnellement, je n’aime pas…

 

À votre san-thé !

 

 

 

 


[1]  La boisson appelée « tisane », c’est une infusion réalisée à partir d’une plante, n’importe laquelle. La boisson qu’on appelle « thé », c’est une infusion réalisée à partir du thé, c’est-à-dire des feuille d’un arbre appelé le théier. Quand on parle de thé, on parle automatiquement de cet arbre, quand on parle de tisane, on parle automatiquement d’autres plantes que les théiers. Un « thé de tilleul », par exemple, ou un « thé à la camomille », ça n’existe pas : c’est une « tisane de tilleul » ou une « tisane de camomille »…

[2] Un arbre qui peut atteindre vingt à trente mètres de hauteur quand il est sauvage, mais pour des raisons de facilité, dans les plantations, on le taille pour qu’il ressemble plus à un arbuste qu’à un arbre géant.

[3] Il y a chez Tea Tower un thé à la menthe bio… Miam ! À quatre euros les cent grammes… Ils ont aussi un thé vert au jasmin bio (ça s’appelle des « perles de jasmin vertes »), mais le prix est un chouïa (un gros chouïa) plus élevé : 27.40€/100g… Et si l’on veut le top du top, ils ont un « gyokuro » japonais bio, le nec plus ultra des thés verts, avec un prix … heuuu … lui aussi au top ! 40.20 euros ! À ce prix-là, on savoure chaque tasse religieusement !

 

 

 

Advertisements

16 réflexions sur “Thé thé où ?

  1. Merci pour cet article très intéressant.
    Un que vous oubliez est le thé vert Matcha… pas vraiment à la portée de toutes les bourses mais exceptionnel, disponible en magasins diététiques.
    Bon thé !!!!
    Josi

    J’aime

    • Exact, toutes mes excuses pour cet oubli.
      Peut-être justement parce qu’il est « un peu cher » (du genre 20-30 euros les 40 grammes chez Mariage Frères). C’est un thé vert japonais, le gyokuro, réduit en poudre, qu’on fait mousser lors de la fameuse cérémonie du thé. Ou qu’on utilise pour parfumer des gâteaux, des crèmes glacées, ou des plats salés.
      Pas vraiment (honte sur moi) ma tasse de thé : le thé, je le bois, je ne le mange pas… 😆
      Il existe la version non-broyée, chez Tea Tower : un gyokuro bio à quarante euros les cent grammes. Un délice ! 😉

      J’aime

  2. Je reste désespérément scotché au thé vert… Principalement…
    Parfois un petit noir (rouge), pour changer, pour le fun (comme un amateur de bordeaux rouge pourrait boire un verre de rosé de Provence de temps en temps), mais plus souvent du vert.
    Menthe ou jasmin la plupart du temps.
    Hier, je soupais chez des amis asiatiques : j’ai bu du thé au jasmin durant tout le repas.
    Quand je suis en voiture, au lieu de biberonner à une bouteille d’eau comme le font plein de gens, j’ai un gobelet-thermos d’un demi-litre à mes côtés, et je le vide en plus ou moins deux cents kilomètres.
    Finalement, à part l’un ou l’autre coups de cœur, je reste très classique (très classiquement asiatique, en tout cas : c’est une vieille amie vietnamienne qui m’a appris à aimer le thé vert comme elle le buvait chez elle)

    J’aime

  3. Il fut un temps j’en buvais tous les jours un litre et puis je me suis mise au café parce que mon nouveau conjoint , ça lui donnait mal au coeur le matin de boir du thé; je bois juste un tit café le matin et c’est tout me réservant le reste de la journée pour un thé mais depusi quelques temps je me suis rendu compte que le thé noir ne me valait rien; pourtant j’aime, mais il m’emp^che de dormir, du coup, thé vert…à la menthe souvent avec une nostalgie pour des thé noirs des hauts plateau himalayen, le resheehat notamment (feuilles entières).
    J’achète mon thé à l’île maurice et il m’en reste un excellent d’un passage en malaisie. (ma famille, une partie, est mauricienne)
    Tiens je vais m’en faire un car il me reste un peu de menthe au frigo!A la tienne!

    J’aime

    • Je ne connais pas le thé himalayen. Le coup du thé au beurre de yak, c’était évidemment une plaisanterie, même si ça existe : non, je n’ai pas d’ami dans cette région, et les seuls Tibétains que j’aurais pu approcher en Belgique (il y a deux communautés bouddhistes à quelques kilomètres de chez moi) ne sont pas venus avec du beurre rance de yak. 😆

      J’aime

  4. Merci pour cet article j’adore le thé moi je bois le thé sencha ( Japon) on dit que c celui qui contient le plus d’antioxydants j’ajoute de la menthe fraîche ou sèche par contre je ne sais pas si en préparant une bouteille et le boire tout au long de la journée il garde ses vertus. J’ai toujours entendu dire que le thé perd de ses vertus si il n’est pas bu dans l’heure qui suit son infusion ?????? Donc je le fais 3 fois par jour bonne soirée

    J’aime

    • Hé bien, oui, quand on ne consomme pas quelque chose dans les instants qui suivent la préparation, il y a automatiquement perte de « quelque chose »… À la limite, on peut dire aussi que ne pas consommer le thé dans les jours qui ont suivi la récolte, ça fait perdre, également, un peu de « quelque chose ».
      Mais pas de panique. Le thé (liquide) ne va pas perdre toutes ses vertus en quelques heures. Tout comme les feuilles de thé ne perdent pas non plus toutes leurs vertus en quelques mois.
      Évidemment, il faut raisonnable rester. Si j’achète un thé récolté l’année dernière, et que je ne le consomme que l’année prochaine, il ne va plus avoir beaucoup ni de goût ni de vertus… Et si je me prépare une bouteille de thé un matin pour le boire deux jours plus tard, là non plus, il n’y aura « plus grand chose »…
      ‘santé !

      J’aime

  5. Bonjour, Eric
    Grâce à toi j’ai connu Mariage Frères et je me régale aussi de thé vert, mais avec modération car … un peu cher …
    Je te souhaite un bon mardi.
    Bisoux
    dom

    J’aime

    • Note que quand on aime le thé vert nature, et quand on a une petite boutique asiatique près de chez soi, le « bête » « Gun Powder » y est moins cher que dans une maison spécialisée en thés.
      Bisous du mardi…

      J’aime

  6. Il semblerai qu’à partir d’un certain âge, Puer tea soit plus profitable d’après la MTC (médecine trad. chinoise), je l’associe à Lin Chi Vie (champignon de longue vie) et ainsi continuerai à communiquer avec vous looooooooooongtemps , indemne de toutes maladies, pleine d’énergie….quel bonheur, quelle belle perspective……….à bientôt……
    Bonne soirée, sieur Éric

    J’aime

Les commentaires sont fermés.