C’est vite dit !

Les brèves du jour…

 

Depuis que vous êtes tout petit, vos parents vous ont dit de ne pas mettre vos doigts dans le nez, et de ne surtout pas manger vos « crottes de nez », parce que, selon l’expression consacrée, « c’est sale ».

M’oui, c’est sale, mais…

Scott Napper, un biochimiste de l’Université de Saskatchewan au Canada, s’est demandé pourquoi la morve avait un goût un peu sucré. Est-ce que ce goût serait pour inciter à la manger ? Et pourquoi en manger ? Peut-être pour, au contact avec ce réservoir d’agents pathogènes, développer une défense contre lesdits agents pathogènes ? Le mucus chargé de microbes serait-il une sorte de vaccin naturel ?

Pas impossible… Et donc, mister Napper est en train de préparer une grande étude sur le sujet…

À noter que de nombreuses études ont déjà prouvé que les enfants élevés dans un environnement plus « sale » développaient un meilleur système immunitaire et étaient moins malades que les enfants élevés dans un environnement plus « propre »…

 

 

Dans la série « depuis le temps qu’on vous le dit », l’INERIS (l’Institut national de l’environnement industriel et des risques), a étudié les ‘tits poissons des rivières, des ruisseaux, des fleuves, des lacs, …, français.

Conclusion de leur étude : les polluants chimiques détruisent le génome (l’ADN) des poissons et perturbent leur reproduction !

Nooooon ?  Si !

Et quels polluants chimiques ?

Hé bien, citons, en vrac, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (qui proviennent de la combustion du pétrole, du charbon et du bois), les pesticides, les résidus de médicaments, …, qui représentent environ le tiers des saloperies qu’on retrouve dans l’eau, sans compter deux tiers de perturbateurs endocriniens qui, eux, détraquent bien les organismes reproducteurs, mais en s’attaquant moins au génome des êtres vivants.

Mais que ça ne vous interdise surtout pas de continuer à polluer, évidemment, en rejetant plein de saletés dans vos éviers ou vos WC…

Selon la « Directive cadre sur l’eau », l’Union Européenne devrait atteindre un « bon état écologique » des eaux douces … pour 2015 ! Nous sommes déjà en février 2014… Y’a du pain sur la planche !

 

 

Dans la même série (« depuis le temps… »), des études se sont déroulées au Royaume Uni, mais aussi dans 41 pays européens, par le chercheur Simon Potts et son équipe de l’université de Reading, au Royaume Uni. Études dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Plos One. Des études sur la relation entre les abeilles et les cultures (cultures qui, je le rappelle, ont besoin d’insectes pollinisateurs pour se développer).

Entre 2005 et 2010, on a multiplié par cinq les besoins en pollinisation (entre autres raisons parce qu’on augmenté les cultures oléagineuses – colza et tournesol – destinées à produire … du carburant !). Et le nombre de colonies d’insectes s’est effondré !

Bref : l’Europe manque cruellement d’abeilles ! Sur les 41 pays européens, seuls 19 possèdent encore 90% du quota des colonies d’abeilles, tandis que les 22 autres en manquent cruellement ! Et la perte de ces ouvrières pollinisatrices menace sérieusement l’agriculture européenne !

Pour l’instant, des insectes « sauvages » prennent tant bien que mal la place des abeilles (des bourdons terrestres et des mouches syrphides, par exemple), mais pour combien de temps ? Le jour viendra où, eux aussi, seront en voie de disparition !

 

Mais je présume que des industries comme Monsanto (et quelques autres gentilles industries dont les produits chimiques dévastent les colonies d’insectes) ont prévu de remplacer, par des employés zélés, les ouvrières ailées qui font défaut ?

Si, dans quelques années, parce que les cerisiers ne portent presque plus suite au manque d’abeilles, vous devez payer votre kilo de cerises à trente euros (par exemple), vous le devrez à Monsanto (et compagnie)…

Remerciez-les dès maintenant !

 

 

 

 

Advertisements

5 réflexions sur “C’est vite dit !

  1. on a parlé des abeilles aujourd’hui sur France bleu Provence…pas mal de gens sont sensibles à leur disparition mais des chaines nationales devraient parler du problème et mettre en cause publiquement Monsanto…hélas toujours trop de puissances économiques sont en jeu et impliquées. N’empêche qu’on a cette année 30% de moins de récolte de miel partout en France à cause des pesticides et du manque de fleurs du aux intempéries de ce début d’année par exemple Madame le page disait qu’elle ét&ait favorable à une interdiction des pesticides oui mais pour quand?.

    J’aime

    • Monsanto (et ses amis), ça représente des milliards rien qu’en Europe.
      Les apiculteurs français (et belges, et allemands, et hollandais, et suisses, et …), ça représente … rien du tout ! D’autant plus que, pour le miel, on peut se passer d’eux, en fabriquant un « faux miel » plus vrai que le miel que mon grand-père récoltait il y a cinquante ans !
      La santé ? On s’en fout ! AU contraire : au plus il y a de gens malades, au plus la recherche (qui cherche mais ne trouve pas grand chose) et les labos pharmaceutiques engrangent du blé ! Et ce blé-là, pas besoin d’abeilles pour le produire !
      Saint Pognon, ora pro nobis (heuuu, oui, je parle latin, de temps en temps 😉 )

      J’aime

  2. Tout est calculé à l’avance ! Trop puissant , trop de fric ça ne s’arangera pas de si tôt ! Manger les crottes de nez !! Si c’est bon pour la santé pourquoi pas …ça je vais le partager !!!!! Bonne soirée

    J’aime

  3. Bonjour, Eric
    Je surveille toujours avec autant d’attention mes abeilles mais les agriculteurs, autour, sont plutôt écolos, heureusement.
    Non merci, pour les crottes de nez … J’ai voulu essayer le citron, ce matin, mais je n’ai pas pu tout boire …
    Je te souhaite un bon mercredi.
    Bisoux
    dom

    J’aime

Les commentaires sont fermés.