Connaissez-vous la maladie de Lyme ?

Quoi ? La maladie des citrons verts ?

Non, pas LIME mais LYME…

Du nom de la ville américaine où elle a été diagnostiquée pour la première fois aux trois quarts du 20ème siècle.

On l’appelle aussi la borréliose (ou borréliose de Lyme).

Mais, bon, si elle a été étiquetée pour la première fois sous ce nom en 1975, il s’agit d’une maladie qui existait quand même depuis longtemps … sauf qu’on ne savait pas trop de quoi il s’agissait auparavant, et qu’elle était bien plus rare que de nos jours…

Je me rappelle qu’à l’école, dans les années 90, notre professeur (Monsieur Éric Simon, bonjour !) pestait parce qu’en Belgique, celle maladie était inconnue de la plupart des médecins, alors que, disait-il, « de l’autre côté de la frontière française, tout le monde la connaît », et il plaisantait amèrement sur le fait que la frontière française était imperméable aux nuages radioactifs dans un sens et aux connaissances médicales dans l’autre.

Bon, relativisons…

Pour avoir vécu un peu en France (et y avoir étudié), je puis rassurer Éric Simon sur le sujet : non, la Belgique n’est pas tout-à-fait à la traîne par rapport à la France à propos de la borréliose, parce que, finalement, en France non plus, on ne la connaît pas trop, cette fichue maladie de Lyme…

 

Bon, alors, c’est quoi ?

Une maladie bactérienne…

Une bonne chose, pourrait-on dire, puisque les bactéries peuvent – en théorie – être combattues par des antibiotiques. Mais on verra plus loin que ce n’est malheureusement pas si simple…

Bref, une maladie bactérienne, provoquée par des bactéries qui portent le nom de Borrelia…

Des bactéries généreusement offertes aux humains (et à pas mal d’animaux) par des tiques.

Oui, oui, des tiques…

Ces minuscules bestioles qui se promènent dans les hautes herbes, et s’accrochent à votre peau lorsque vous allez batifoler dans lesdites hautes herbes !

Depuis quelques années, on constate une recrudescence de tiques.

Chez nous.

Bizarrement, cela se passe dans surtout l’hémisphère nord.

Aux USA (pas trop au Canada), en Europe, et en Asie « du nord ».

Si vous êtes allé à l’enterrement de Nelson Mandela le mois dernier (cet article a été écrit en décembre, mis en ligne en janvier, mais il n’a, pour je ne sais quelle raison, pas été correctement publié, donc, il a été reprogrammé pour le 5 février), et que vous êtes allé vous rouler dans les herbes entourant le village africain de Qunu, vous ne risquez pas grand-chose… Enfin, en ce qui concerne la maladie de Lyme…

Mais chez nous, les tiques commencent de plus en plus à nous envahir … et à nous piquer, nous refilant de plus en plus ces charmantes Borrelia !

C’est d’ailleurs étonnant de constater que, d’année en année, les nouveaux cas de borréliose se multiplient de plus en plus, alors que les nouveaux cas de méningo-encéphalites à tiques (une autre maladie transmise elle aussi par les tiques, mais une maladie provoquée par un virus, cette fois) n’augmentent pas d’une année à l’autre.

 

Ça se passe comment ?

Il fait beau. Vous êtes allé dans la Nature, les jambes nues. Vous avez bien senti une vague piqûre (ou pas), mais, bon, vous avez mis ça sur le compte d’une ortie, d’un chardon, ou d’un moustique…

Mais, en rentrant chez vous, vous constatez qu’une bestiole est accrochée à votre jambe (ou ailleurs).

Premier réflexe : vous la choper entre vos doigts, et vous tirez dessus…

STOP !

En faisant ça, vous risquez d’injecter encore plus de bactéries dans votre organisme, un peu comme si vous appuyiez sur une poire de lavement !

Utilisez plutôt une pince à épiler. Mais pas une pince plate (sinon, vous allez aussi écraser la bestiole). Une pince avec les bouts recourbés, pour saisir la tique SOUS son ventre gonflé de sang, là où son rostre se plante dans votre peau. Il existe aussi des « cartes » spéciales, avec une rainure, à faire glisser entre la peau et la tique. Et si vous n’avez ni carte ni pince, faites un rapide saut chez votre médecin qui va vous extraire la bestiole en deux coups de cuillère à pot, parce qu’il vaut mieux laisser la tique en place quelques minutes supplémentaires, que d’injecter des crasses supplémentaires dans votre organisme.

En 2014, (presque) tout le monde possède un appareil photo (numérique, ou sur son téléphone). Il est conseillé de faire quelques photos de l’endroit où vous avez été « mordu » (une ou deux photos avec la tique en place, une ou deux avec la tique enlevée, puis d’en faire une ou deux « régulièrement », selon l’évolution de la blessure, parce que ça pourrait servir plus tard si vous n’êtes pas allé directement chez votre médecin traitant, lequel médecin pourrait « oublier » de diagnostiquer une borréliose ultérieurement)

 

Et ensuite ?

Bin, ensuite, si vous n’êtes pas infecté, tout va bien…

En général, il faut que la tique se fixe durant huit heures (certains parlent même de douze heures) pour que l’infection se propage dans votre organisme.

Si vous passez l’après-midi dans les champs, et que vous constatez, en prenant votre douche le soir-même, qu’une charmante bestiole est ancrée sur votre jolie peau bronzée, ma foi, il y a peu de risque d’infection.

Mais si c’est seulement le lendemain que vous vous en rendez compte, alors, mieux vaut considérer que vous avez été contaminé…

Une autre solution consiste à envoyer la tique à un labo qui va analyser l’ADN de la bestiole, pour savoir si elle-même est contaminée par Madame Borrelia, ou pas (c’est le cas d’environ une tique sur trois)

Sinon…

Bin, sinon, si vous êtes contaminé, alors … aïe !

Parce que, oui, ok, votre système immunitaire est là pour combattre ces bactéries … si vous êtes en parfaite santé, et si votre système immunitaire en question n’est pas affaibli par des saloperies (des polluants que vous respirez, des pesticides de produits issus de l’agriculture non-bio, des produits chimiques que vous mettez dans votre café pour le sucrer, des médicaments, des vaccins que vous vous faites injecter régulièrement, etc. …)…

… mais, de nos jours, qui peut se vanter d’être en parfaite santé, à 100% au top de sa forme ?

Alors, si votre système immunitaire déclare forfait, il va y avoir du sport !

Vous allez devoir prendre – tant qu’ils fonctionnent encore – des antibiotiques. Au moins durant une dizaine de jours si tout va bien, durant plusieurs semaines si une borréliose en phase primaire se déclare…

 

Phase primaire ?

Oui, c’est une maladie qui se passe en plusieurs phases. Des phases qui peuvent parfois se suivre avec de très longs intervalles entre elles ! Et c’est d’ailleurs pour ça qu’elle est parfois difficile à diagnostiquer (d’où l’utilité des photos … et d’une bonne mémoire pour se rappeler avoir été piqué…).

Reprenons…

Vous êtes piqué.

Dans les semaines (les mois !) qui suivent, vous pourriez souffrir de « mal-partout-comme-si-vous-aviez-la-grippe », d’hypertension, de difficultés à respirer sans avoir fourni d’effort particulier (avec le sentiment d’une sorte de pression sur la poitrine ou de la toux), de douleurs aux articulations, de douleurs musculaires, de fatigues écrasantes voire d’épuisement, de fièvres, de maux de tête, de palpitations cardiaques (souvent la nuit), de paralysie faciale, de perte de libido ou de fonctions sexuelles, de réactions cutanées (aux oreilles, aux joues, sur les bourses, autour d’un mamelon…), de réveils nocturnes en sueur, de sensations de brûlures ou d’engourdissement ou de fourmillement, de sinusites à répétition, de spasmes musculaires, de troubles du sommeil, de troubles intestinaux, de troubles oculaires ou de l’audition ou du goût ou de l’odorat, d’un érythème qui se déplace (souvent à partir du point de piqûre), … (entre autres) !

Ça, ça pourrait être le signe que vous êtes en train de vous taper une borréliose ! [1]

Borréliose qui, je le disais ci-dessus, est difficile à diagnostiquer, et donc, bon nombre de gens sont dirigés vers des soins inappropriés (comme la psychiatrie !) faute de diagnostic correct !

Bin, oui… Pas facile de diagnostiquer une borréliose quand le patient vous présente des symptômes aussi divers qu’une acidose, une soudaine hypercholestérolémie, des pertes de mémoire à court terme, un dérèglement de la thyroïde, un comportement agressif et des attaques de panique…

Et le pire…

C’est qu’il n’y a pas que les tiques qui peuvent vous refiler une borréliose !

Une puce ou un taon, ça peut aussi vous transmettre les amitiés de dame Borrelia !

Mais il y a pire !

Je vous disais que la phase 2 pouvait se muer en phase 3 (symptômes plus agressifs, plus nombreux, …).

Et savez-vous ce qui peut augmenter le risque de phase 3 ?

Bah, simple : encore et toujours tous ces bons produits dont je vous parlais ci-dessus, comme fichant en l’air votre système immunitaire. Exemples parmi de nombreux autres : l’aluminium (le « papier-alu », les articles de cuisine, les déos, mais aussi l’hydroxyde d’aluminium dans les vaccins !), la fumée de cigarettes, le cadmium, le mercure, le nickel, le plomb, les amalgames dentaires, les assouplissants du linge, les moisissures, les pesticides, les produits détachants, les toxines environnementales, les vaccinations en général, etc., etc., etc. !

Bonne chance pour éviter tous ces facteurs aggravants !

Bref, une belle petite saloperie, cette maladie de Lyme…

 

Et, ça se soigne ?

Bah, oui, quand c’est pris à temps, une antibiothérapie peut (pour l’instant) faire du bien.

Mais comme je n’arrête pas de vous le dire, on s’en rend généralement compte quand la maladie est bien installée…

Alors, forcément, le traitement est beaucoup moins efficace et dure des semaines…

Voire des mois !

Dans certains cas, six mois d’antibiotiques sont nécessaires !

 

Des traitements « alternatifs » ? Naturels ?

Oui, le pépin de pamplemousse, par exemple… Dame Borrelia Burgdorferi ne résiste pas au charme de cet antibiotique naturel. Mais, même s’il est efficace, il va falloir en boire quelques louches… Je vous ai dit que c’était une coriace, cette bactérie !

Mais aussi le « Tic-Tox » (un mélange de sarriette, girofle, camomille sauvage, sauge)… Si vous en trouvez encore, parce que des imbéciles ont trouvé intelligent de le déclarer « dangereux » en certains endroits (en France, quoi …, mais on en trouve encore en Belgique ou en Allemagne).

Certaines huiles essentielles bactéricides, antifongiques, antiparasitaires : origan compact, sarriette vivace, girofle, ravintsara, tea tree…

L’argent colloïdal, interdit – évidemment[2] – à la consommation humaine…

La Vitamine C à haute dose.

Connaissez-vous cette poudre de roche volcanique, appelée Panaceo, ou Megamine, ou aussi zéolite activé, pour détoxifier un max… Vous pouvez aussi l’utiliser…

Le bon vieux Régulat pour donner un coup de pouce à votre intestin.

Le magnésium, sous forme de malate de magnésium.

Et puis, on a souvent constaté une diminution de certains nutriments. Alors, quelques compléments pourraient donner un coup de pouce, comme des Vit B (B1, B6, B12 = les vitamines des nerfs, et la B9), par exemple, ou encore des gélules de carnitine, cobalt, coenzymes Qten, manganèse, silicium, sélénium, zinc, … Mais c’est surtout pour « redonner des forces », si j’ose dire, un peu moins pour tuer la vilaine bactérie (encore que…)…

 

Bon courage !

 

 


[1] En première phase, ou en seconde phase. Et la troisième phase, c’est quand tous ces symptômes deviennent de plus en plus « agressifs »…

[2] Comme la plupart des remèdes naturels trop efficaces pour la médecine officielle.

 

 

MISE À JOUR…

Programmé une première fois pour début janvier, cet article finalement ne paraît que début février suite à je ne sais quel problème technique. Ce qui me permet d’ajouter quelques mots avant sa nouvelle date de parution…

Le journal « L’Avenir » a publié ce jeudi 23 janvier (hier) un article (clic) intéressant concernant ces morsures de tiques de plus en plus nombreuses…

Un article accompagné d’une carte interactive, une carte qui recense les attaques (connues) subies dernièrement par des humains…

Quinze mille cas de borréliose ont été apparemment recensés en 2009 en Belgique…

On y apprend par exemple que dans la commune de Mettet (l’entité administrative dont fait partie « mon » village d’Ermeton), vingt-cinq morsures ont été déclarées…

Cet article de « L’Avenir », s’il est moins complet que le mien (qui lui-même n’est qu’une approche pour vous sensibiliser à ce grave problème dont personne ne parle), reprend quand même le fait que la plupart des médecins ignorent la borréliose, pensent que c’est une maladie rare et bénigne, et se tournent vers des diagnostics complètement erronés.

36% des diagnostics de fibromyalgie et de syndrome de fatigue chronique sont en réalité des borrélioses ! Et quelques scléroses en plaque aussi…

 

Bon courage !

 

 

 

Advertisements

9 réflexions sur “Connaissez-vous la maladie de Lyme ?

  1. L’argent colloïdal est peut être interdit à la consommation par voie orale (en France) mais on en trouve très facilement dans la plupart des épiceries bio comme antiseptique de surface à pulvériser. Bien sur une fois qu’il est chez vous, difficile de vous empêcher de le boire… ♪♫ sifflote ♫♪

    J’aime

  2. La cardère serait un produit utile également contre les borrélioses (je dis bien « les », on compte une quinzaine de bactéries différentes, certaines causant uniquement des problèmes neurologiques, d’autres articulaires et les dernières un mélange des deux)…
    Les produits américains du laboratoire Nutramedix sont une bonne aide aussi, un peu durs à trouver en France, je ne connais qu’une herboristerie sur Strasbourg qui en a (Ils sont commandables sur leur site également, mais jamais essayé)…

    Il y a deux écoles: celle qui dit qu’on peut en guérir (soit ceux qui pensent que cette maladie n’est pas chronique et donc guérissable en 3 semaines d’antibios, soit ceux qui parlent de la cardère avec une thérapie hyperthermique) et celle qui pense qu’on garde cette saleté à vie, avec des rechutes de temps en temps (mon médecin est de ceux-là).

    Pour Eric Simon… La France est très loin de reconnaître l’étendue de cette maladie… Les médecins qui osent la soigner hors consensus se retrouvent régulièrement devant le conseil des médecins, les bons allopathes traitent leurs confrères impliqués de « charlatans », les malades sont harcelés par la sécurité sociale et doivent se soigner de leur poche, le Tic Tox, les compléments alimentaires et les produits américains n’étant pas remboursés (sachant que le Tic Tox est interdit à cause de présence de Thuyone, pourtant en quantité en dessous des normes autorisées… Il est trouvable dans une pharmacie de Kehl, qui peut même faire la livraison – la gérante parle français)

    Mon médecin met également systématiquement ses patients atteints de Lyme au régime sans gluten-sans sucre (sauf Stévia) -sans lactose/caséine… Histoire de requinquer le système digestif mis à mal par la bactérie… Pour être en plein dedans, je peux vous dire qu’on sent des effets bénéfiques 🙂

    La mentalité française changera peut-être bientôt, le Dr B. Waisbren (un fondateur de l’IDSA (International
    Diseases Society of America) qui faisait parti de ceux qui affirmaient il y a 30 ans que 3 semaines de traitement antibiotiques suffisaient et que si le patient revenait avec les mêmes symptômes, c’était forcément autre chose…) a écrit un essai sur le traitement de 51 cas de Lyme chronique en 2012 (pas encore traduit à ce jour, suis nulle en anglais)… Les pays rejetant cette chronicité vont devoir revoir leur jugement, mais sous combien de temps?

    Désolée, j’ai posé un petit pavé mais je me sens « un peu » impliquée …

    J’aime

    • Un pavé ?
      J’aime bien, moi, quand on dépose « un pavé » qui a du sens, qui explique quelque chose d’intelligent…
      Au moins, les autres lecteurs (et j’en fais partie) ont appris quelque chose d’intéressant !
      Merci … et bon courage !

      J’aime

  3. Ma petite sœur s’est faite piquer sur la tête elle a du prendre des antibio et faire une prise de sang mais je suis inquiète car elle a eu un cancer du sein avec ablation , des chimiothérapies aujourd’hui elle va bien mais…. En plus elle est porteuse d’un gêne de cancers qu’il y a dans ma famille gêne de li Fraumeni que je n’aie pas! Déjà 4enfants sur 8 atteints 2 décédés … j’ai peur pour elle Éric ! Merci pour cet article qui m ‘a permis de mieux comprendre la maladie bonne soiree

    J’aime

  4. Ma chienne s’est fait mordre et en est morte… sommes donc très attentifs à cette saleté de bestioles… merci pour ton article Eric et bon w-end

    J’aime

Les commentaires sont fermés.