Ça se passait … (mise à jour)

Ça se passait le 26 septembre de l’année dernière (oui, je sais, je suis trèèèèès en retard dans mes lectures).

 

À la conférence de l’Association Européenne pour l’Étude du Diabète.

Un brave chercheur britannique a agité une sonnette (une cloche !) d’alarme concernant trois molécules utilisées régulièrement dans le pseudo-traitement[1] du diabète de type 2.

Trois molécules qui augmentent « significativement » (c’est-à-dire « beaucoup ») le risque de … décès !

C’est carrément toute une famille qui est concernée, la famille des sulfonylurées.

Une famille qui comporte la glipizide, la glicazide, et la glimépiride.

Des noms ?

Amarel, Diamicron, Glibenese, Glydium, Minidiab, Ozidia, …

 

Figurez-vous qu’en comparant les diabétiques soignés par ces sulfonylurées avec ceux soignés par la metformine (Glucophage, Metformax, …), on s’est rendu compte que les gens traités aux sulfonylurées présentaient une augmentation de risque de décéder prématurément de 58% par rapport aux gens traités à la metformine !

Et traiter des gens avec un mélange de metformine et de sulfonylurées (ce qui arrive encore régulièrement) engendre une augmentation du risque de décéder de 35% par rapport à une autre association d’antidiabétiques comme metformine + inhibiteur de DPP-4 !

 

Bon, hé bien, cette alarme a retenti voici quatre mois…

Qu’ont fait les autorités pour interdire ces booooons produits chimiques mortels ?

Rien !

Comme d’habitude !

Faudra-t-il attendre un scandale médiatisé (comme avec le Médiator, aussi un produit destinés aux diabétiques) pour que les « hautes autorités con-pétantes » bougent leurs fesses ?

 

 


[1] Oui, « pseudo », parce qu’on ne « traite » pas exactement le diabète : la médecine officielle se contente de refiler des machins chimiques qui ne font que masquer des symptômes, rien de plus !

 

 

Petite mise à jour…

La revue prescrire vient de publier son numéro de janvier…

Je résume un de leurs articles : « en raison de leurs effets secondaires indésirables graves, mieux vaut écarter les médicaments de la classe des gliptines dans le traitement du diabète de type 2. L’efficacité des gliptines n’est pas démontrée en prévention des complications du diabète, et elles sont à l’origine d’effets indésirables graves (des cancers, par exemple), voire mortels, notamment pancréatiques et cutanés. »

Effets indésirables, graves, voire mortels ? Rien que ça ?

Et prescrire ajoute : « Les données d’une enquête française de pharmacovigilance confirment les effets indésirables graves ».

 

Mais à part ça, tout va bien, et selon mon troll, c’est moi qui suis « contre tout », hein ?

Soignez-vous bien !

 

 

 

Advertisements

7 réflexions sur “Ça se passait … (mise à jour)

  1. Je ne suis pas diabétique, du moins pas encore, mais j’en connais… Faut-il donc leur demander ce qu’ils consomment comme médicaments et leur conseiller ton article ?

    Bon dimanche, Maître Eric.

    J’aime

    • Hébien, si ça peut les aider à en discuter avec leur médecin en vue d’une autre prescription, ma foi, je serai heureux d’avoir servi à quelque chose…
      J’ai essayé de retrouver le rapport original pour te donner des chiffres plus précis, et, évidemment, avec mon bo…azaar, je ne l’ai pas retrouvé ! Donc, j’ai fait une rapide recherche sur la toile, et j’ai déniché un machin (mal) traduit de l’anglais, mais qui donne un tout petit peu plus de chiffres que mon propre article…
      Ici : http://www.europenouvelles.com/nouvelles-medecine/la-mortalite-augmente-de-58-lorsque-les-sulfonylurees-utilise-comme-traitement-de-premiere-intention-du-diabete-au-lieu-de-metformine-de-type-2-2/
      Bon dimanche, maistre Léo !

      J’aime

      • le metformine 850 mg

        GLUCOPHAGE=équilibre glycémique= glucose = sucre

        et , non la graisse comme vous l’affirmez par ailleurs

        vous NE SAVEZ ABSOLUMENT PAS CE QU’EST LE la metformine ,

        IL SE TROUVE QUE J’EN AI PRIS ,

        la metformine est le generique du glucophage

        ****************************************************
        .Le professeur Currie est professeur de droit et pas de médecine , c’est bien la preuve qu’en citant

        ce professeur pour le metformine , là aussi il y a

        EXERCICE ILLEGAL DE LA MEDECINE

        J’aime

        • Haaaaa, Gégé, mon troll chéri, que ferais-je sans toi ?
          Sans ton harcèlement quotidien (5 messages, aujourd’hui), je serais tout perdu ! Si, si…
          Tu vois, mon petit « gerard », j’aime bien quand tu blablates inutilement pour faire croire que, toi, tu sais quelques chose, et que moi, je ne sais rien. Ou quand tu te vantes tout aussi inutilement de tout un tas de trucs…
          Que veux-tu que ça nous fasse d’apprendre – ce que je savais déjà, d’ailleurs, depuis que tu t’en es vanté voici quatre-cinq ans (ou peut-être six, le temps passe si vite en ta délicieuse compagnie) – que tu t’es déjà shooté à la metformine ?
          Par contre, vois-tu, si tu avais vraiment voulu montrer que tu savais « quelque chose », au lieu de bêtement donner un nom commercial (comme si ça expliquait tout) de la metformine, tu aurais pu nous expliquer, sans obligatoirement te vanter d’en avoir pris, que la metformine aidait les cellules à accepter le sucre présent dans le sang lors d’un diabète de type 2 : elle diminue la résistance…
          Et, pour faire semblant que tu étais aussi savant que tu le prétends, tu aurais dû éviter de tout mélanger en parlant de sucre et de graisse à propos du diabète. Je n’ai jamais dit, comme tu m’en accuses ci-dessus, que le glucophage ne régulariserait pas le taux de sucre mais un hypothétique taux de graisse. J’ai dit que le diabète provenait d’un problème de consommation de mauvaises graisses… « Provenir »… Être issu de… Je ne décris pas la maladie au moment où elle est en place, je décris sa survenance. Nuance… Exemple : si tu n’avais pas mangé tant de kilos de cassoulet en boîtes (bourrés de mauvaises graisses), tu n’aurais peut-être pas eu de diabète. 😉 Si le diabète n’avait rien à voir avec la graisse, pourquoi crois-tu que le diabète appelé aujourd’hui « de type 2 » était jadis appelé « diabète gras » ? 👿
          Donc, oui, ton raccourci « glucophage = … = sucre » est peut-être correct (d’autant plus que, si tu connaissais la langue grecque, tu saurais que ce nom commercial signifie littéralement « mangeur de sucre »), mais la ligne suivante (où tu parles de graisse) n’a rien à voir avec cette molécule.
          Et donc, selon toi, je ne sais pas ce que serait la metformine ? Mais toi – parce que tu en as pris – tu le sais, évidemment ? C’est bien, je suis content pour toi… 😆 Viens donc nous parler de « metformax », maintenant, pour prouver que tu sais quelque chose d’autre… « Metformax » que je cite, ainsi que « Glucophage » dans mon article que tu aurais dû mieux lire avant de nous prouver que tu racontais n’importe quoi, n’importe comment, pour peu que ça semblait flinguer ce que j’écris…
          Halala, quand donc cesseras-tu de toujours essayer (en vain) de me faire passer pour un con ? 😆

          Quant à ta stupide phrase concernant Craig Currie (qui ne serait pas prof de médecine, et gnagnagna, et exercice illégal, et blablabla), je te signale qu’il ne faut pas être obligatoirement prof de médecine pour pouvoir parler de médecine ou de la metformine (la preuve : tu es loin d’être prof de quoi que ce soit, sauf de harcèlement, et tu en parles bien ci-dessus… vas-tu te dénoncer pour exercice illégal de la médecine ?).
          Et, tant que j’y suis, je te signale que Craig Currie est prof de … pharmaco-épidémiologie appliquée à Cardiff !
          On est loin de ton prof de « droit » (ou de travers) !

          Bien à toi, petit troll-harceleur-menteur-voleur-vantard !

          J’aime

  2. Bonjour, Eric
    Je suis diabétique, sans médocs, et mon ami aussi, mais lui prend du Metformine mais a toujours plus de diabète que moi !
    Va comprendre …
    Je te souhaite un bon début de semaine.
    Bisoux

    J’aime

Les commentaires sont fermés.