Dès qu’on arrive aux alentours…

… du 21 mars, les blogs – sauf celui-ci – fleurissent de belles phrases du genre « ça y est, c’est le printemps qui arrive »… Et aux alentours du 21 juin, on peut lire « ouaiiis, voilà l’été qui commence »… Et ainsi de suite avec l’automne qui commencerait le 21 septembre, et l’hiver qui débuterait le 21 décembre.

C’est beau, les convictions établies sur la base d’un simple calendrier…

Personnellement, j’ai toujours soutenu qu’il n’y avait que chez les francophones qu’on annonçait le DÉBUT des saisons à la date où, en réalité, nous arrivions (la Nature arrivait) au milieu de ladite saison.

Avec, pour preuve, les appellations plus naturellement logiques de « mid-summer » et de « mid-winter » (milieu de l’été et milieu de l’hiver), chez les anglophones, pour désigner ce qui, chez nous, correspond en toute illogique au début de l’été ou de l’hiver…

Bref, le printemps naturel (celui de la Nature, pas celui du calendrier) commence naturellement avant, bien avant le 21 mars (environ six semaines auparavant, en principe), pour se terminer non pas trois mois plus tard, mais environ six semaines plus tard, … à peu de chose près (une saison dure treize semaines).

Six bonnes semaines avant le 21 mars, ça donne quelque chose comme la première semaine de février, au moment où (et ce n’est pas un hasard) les crêpes de la chandeleur rappellent que le soleil est en train de faire renaître la Nature…

Si, depuis des siècles, depuis des millénaires, nos ancêtres (et les ancêtres de nos ancêtres) fêtent le renouveau début février, ce n’est pas pour rien, quand même, et ce n’est pas un calendrier qui va changer les habitudes de la Nature…

 

Mais cette année, je dois avouer que le printemps naturel m’a bluffé !

C’est qu’il est vachement en avance, le bougre !

Les galettes de l’épiphanie vont-elles bientôt remplacer les crêpes de la chandeleur ?

 

Je suis allé faire une rapide course cet après-midi à la boulangerie…

Et, chemin faisant, j’ai eu mon attention attirée par un buisson d’où s’échappaient des piaillements d’oiseaux.

Bon, oui, et alors, allez-vous me dire… Des oiseaux qui « tchipient », ça existe en toutes saisons…

Exact…

Mais des moineaux qui s’égosillent dans un buisson … en fleurs, et ce, le cinq janvier, ça, c’est un peu moins banal ! Aussi ai-je dégainé mon smartphone afin d’immortaliser, non pas le chant des oiseaux (vous pensez bien que ces volatiles se sont … volatilisés quand je me suis approché de « leur » buisson), mais les fleurs en question (qui, elles, ne se sont pas envolées)… Fleurs que voici en photo :

2014-01-05 14.34.59

Vous remarquerez la date et l’heure d’enregistrement du fichier image, le 2014-01-05 à 14.34.59…

Un mois avant l’arrivée naturelle du printemps, deux mois et demi avant son arrivée légale sur le calendrier francophone…

Waow !

 

Tiens, en parlant de galette qui remplacerait la crêpe…

Je n’ai pas eu la « fève », cette année…

Je me contenterai donc de mon chapeau habituel au lieu d’une couronne…

😆

Eric chapeau 2013

 

Bon dimanche !

 

Éric

 

 

PS… Et en parlant de galette et de rois et d’épiphanie…

Si mes souvenirs sont bons (et je crois qu’ils le sont), l’épiphanie, c’est (c’était) le SIX janvier…

Ça ne vous choque pas, vous, qu’une religion change une date de fête religieuse pour des raisons commerciales ?

Bon, ok, l’épiphanie n’est pas une fête majeure de la religion catholique (suffisamment importante quand même pour qu’on lui attribue un nom : l’épiphanie, un nom qui provient même d’avant le christianisme). Mais, bon, changer une date, dans deux pays (la Belgique et la France) juste pour permettre de vendre plus de galettes le dimanche, parce qu’on en vendait moins en semaine, je trouve ça un peu … moche…

Autres temps, autres mœurs…

 

 

 

Advertisements

10 réflexions sur “Dès qu’on arrive aux alentours…

  1. et oui …….. par endroit les saisons changent et sont en avance
    une amie qui habite en haute normandie à ses crocus et ses primevères en fleurs depuis une dizaine de jours …….. mais dans ma normandie (à 150 kms dans les terres de chez elle) c’est bien l’hiver et pas une plante n’ose prendre de l’avance …..
    comme quoi …………
    les fetes religieuses ne sont plus que des fetes commerciales dans notre monde où il faut faire de l’argent à tout prix
    d’ailleurs on trouve des galettes dans les magasins dés début décembre et jusqu’à fin février pffffffffffff

    J’aime

  2. Pas de fleurs en Auvergne pour l’instant, à croire que la Belgique concurrence avec Nice : superbe fleur.
    Pour ce qui est de la galette, ce n’est pas mon désert préféré (bourratif et trop calorique) ; j’attends la chandeleur pour faire sauter les crêpes.

    J’aime

  3. depuis que j’ai mon blog, je ne cesse de l’écrire ou dans mes coms, la saison commence en réalité à la base du sommet et nom au sommet…je suis ravie que tu le soulignes également; si ça pouvait rentrer dans les esprits qu’il est normal de voir les premiers bourgeons dès le 6 février et que la fête de Noel est en réalité la fête du solstice d’hiver, où le soleil sort victorieux des ténèbres (faire un parallèle avec soi, sur le plan psycho ou en matière de projets). Mais nous n »avons pas l’esprit oriental… ouii la vraie saison commence en réalité aux alentours du 6 du mois n-1 et finissent environ 45 jours après le début occidental (21 + 45 = 6 du mois n+1); Lorsque nous sommes au 21 juin, nous commençons la descente vers la nouvelle saison d’automne qui va démarrer vers le 6 septembre. Pour ce qui concerne l’an dernier nous avons eu nos premiers jours de beau temps « printanier » seulement la dernière semaine de mai, c’est à dire au milieu de l’ascension vers le maximum de l’été et au maxi de l’été (le 21) effectivement nous avons pu constater un très beau temps qui a perduré jusqu’au début de l’hiver (le vrai vers le 6 novembre))

    je n’ai pas mangé de galette, du reste nous ne sommes pas le 6 et je ne pense pas en manger demain sauf si j’ai le courage d’en faire une. aujour’dhui j’ai fait (pas encore mangé) un Paris-Aubenas que je mettrai en ligne le 10.
    Quant à cette galette, ça aussi je le répète souvent, c’est le symbole du soleil qui sort victorieux de la bataille et les dessins dessus doivent être des rayons traversant une spirale (spirale de la vie) avec ses mêmes échéances à chaque tour mais avec plus d’enrichissement
    bonne soirée, bzz
    Quand ça sera la chandeleur et mardi gras, je viendrai te donner mes explications…lol

    J’aime

  4. pardon je me relis et je vois que je me suis trompée, j’ai « le 6 septembre », bien évidemment non, c’est le 6 août! et c’est pour ça que très souvent nous n’avons encore qu’une quinzaine de jours sans pluie et ensuite, c’est le déluge après le 15

    J’aime

    • J’avais traduit et corrigé mentalement l’erreur… 😉
      Et si tu veux mettre ta recette du Paris-Aubenas ici, ce sera avec plaisir que je te ferai une petite place, tant sur le blog que dans mon carnet de recettes.
      Savais même pô que ça existait, ça, un Paris-Aubenas… Je connaissais la classique roue de vélo du Paris-Brest, mise au point par, si je me rappelle bien, un boulanger de Maisons-Laffitte mais pas ton Paris-Aubenas (mais il y a tant de choses que je ne connais pas !)…

      J’aime

      • Ben non, le Paris Aubenas, je l’ai inventé quoique je crois qu’une autre a fait un essai avant moi mais ma recette duffère légèrement. En fait, c’est que l’homme adore la crème de marrons alors j’ai décliné! Ok tu peux la mettre chez toi la recette car je suis certaine que beaucoup adoreront!

        J’aime

  5. Jolies fleurs effectivement… Elles vont souffrir dès les premières gelées, c’est dommage…

    L’épiphanie n’est plus le 6 janvier? Depuis quand ?! (Très au courant comme toujours moi …)
    Et …. Le chapeau tient bien plus chaud que la couronne 😉

    J’aime

    • Depuis quand, sais pô exactement…
      En gros, depuis « quelques années » : je m’en suis rendu compte voici peut-être trois-quatre ans, ou cinq… J’ai toujours cru, depuis que je suis « tout petit », que c’était le six janvier, et voici quelques années, j’ai appris que l’épiphanie se fêtait maintenant en France et en Belgique le premier dimanche de janvier (sauf si c’est le premier janvier, auquel cas, l’épiphanie se fête le second dimanche). Et pourquoi le dimanche plutôt qu’en semaine, parce qu’en semaine, on ne vendait pas assez de galettes, on ne « fêtait » pas assez (commercialement parlant)… Au moins, le dimanche, on peut acheter plein de galettes pour aller les partager avec la grand-mère dans le home voisin, avec Tante Juliette, avec Tonton Gérard, avec …
      Vu que la Noël est un jour férié dans nos pays (et probablement partout dans le monde), le commerce n’imposera pas qu’on déplace cette fête au dernier dimanche de décembre, mais si ce jour férié venait officiellement à disparaître, Noël se fêterait aussi un dimanche, pour des raisons commerciales.
      La chandeleur, elle, ne changera pas. Parce que les boulangers ou les supermarchés ne vendent pas de crêpes (enfin, très peu, et pas plus à la chandeleur que le reste de l’année, puisque les gens les font chez eux), mais imaginons que le commerce s’empare de la chandeleur comme de l’épiphanie, et on sera « obligé » de manger sa crêpe le premier dimanche de février !
      Ailleurs, dans le monde, ils ont gardé le six pour l’épiphanie…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.