En Angleterre, …

En Angleterre, rappelez-vous (relisez ceci ou ceci, par exemple), la cause la plus habituelle des ennuis (c’est un euphémisme) hépatiques, c’est le paracétamol.

Aux USA aussi, ils ont des ennuis avec un antidouleur. Un antidouleur qu’on trouve dans pratiquement toutes les maisons : le Tylenol. À base d’acétaminophène.

C’est quoi, l’acétaminophène ?

C’est l’autre nom du paracétamol, tout simplement !

Suite à des « ennuis » hépatiques de plus en plus fréquents, son fabricant (McNeil Consumer Healthcare) a décidé de mettre une grande étiquette rouge d’avertissement pour informer les utilisateurs sur les risques.

Même pris à des doses recommandées, l’acétaminophène (ou le paracétamol, comme vous le sentez) peuvent causer des dommages importants au foie, pouvant conduire à une insuffisance hépatique et même à … la mort.

L’acétaminophène est actuellement la principale cause de l’insuffisance hépatique aux États-Unis, avec 80.000 personnes aux urgences, chaque année, par empoisonnement à l’acétaminophène, avec environ 500 décès suite à une insuffisance hépatique grave.

Devant la foule de plaintes devant des tribunaux fédéraux, McNeil a trouvé plus judicieux de revoir sa copie, et de ne plus présenter son antidouleur comme l’antidouleur le plus sûr au monde, mais de le présenter comme dangereux pour la santé…

Peut-être perdra-t-il quelques clients potentiels, mais ça lui coûtera moins cher que de payer des millions en dommages et intérêts !

L’acétaminophène est présent dans une flopée de médocs différents (comme chez nous), mais en version « normale » (ce qu’on appellerait le « générique » chez nous), il est vendu généralement en trois dosages :

–          dosage « normal », à 325 mg

–          dosage « extra-fort », à 500 mg

–          et dosage spécial « douleurs arthritiques », à 650 mg

McNeil continue d’affirmer que son produit est sûr[1] quand on l’utilise aux doses normales, mais le problème est que tellement de médicaments (en vente libre ou non) en contiennent que, si l’on ne lit pas attentivement les notices, et si l’on n’additionne pas les doses avalées, on risque fort de dépasser très facilement les doses maximales.

Comme chez nous, quoi…

Et puisque je parle de « chez nous », la comparaison avec les dosages américains me laisse pantois : aux USA, le dosage « normal » est de 325 milligrammes. Chez nous, c’est 500 milligrammes ! Soit l’équivalent du dosage « extra-strong » aux USA ! Et, chez nous, la plupart des gens achètent, sans sourciller (et sans que ça fasse sourciller non plus le pharmacien), des flacons de paracétamol en dosage de 1.000 milligrammes !

Aux USA (et en Angleterre), après avoir fait la promotion du paracétamol/acétaminophène en le faisant passer pour le médoc le plus inoffensif du monde, « ils » reviennent en arrière, et reconnaissent la dangerosité du produit.

Et chez nous, bah, chez nous, tout le monde s’en fout, comme d’hab. !

Personne n’en parle…

Je lisais encore dernièrement, sur un « site-de-santé-officiel-respectant-le-HON-code » (vous savez, un de ces sites qui font fureur chez les aficionados des industries pharmaceutiques, et qui racontent plein de choses dictées par lesdites industries … qui les financent plus ou moins discrètement) que le paracétamol était sans danger aucun… Qu’ils aillent raconter ça aux milliers de personnes qui fichent leur foie en l’air grâce à ce booooon médicament !

On dirait qu’aucun pharmacien et aucun médecin généraliste (ou très peu, j’en connais[2]) ne sont au courant que cette si bonne molécule si inoffensive, c’est un poison potentiellement mortel ! Ils ne lisent jamais les revues médicales ? Ha, non, c’est vrai : les plus intéressantes d’entre elles sont écrites en anglais… C’est comme quand, voici un tiers de siècle, l’OMS a conseillé d’inclure la naturopathie dans les médecines traditionnelles à intégrer dans les soins de santé officiels : chez nous, vu que la recommandation était en anglais, personne ne semble l’avoir comprise…

Bonne journée…

 


[1] Personnellement, je n’en suis pas si sûr, parce que pas mal de personnes ayant scrupuleusement respecté la dose maximale quotidienne de quatre grammes ont quand même chopé des crasses hépatiques et en sont mortes ! Mais, bon, si cette entreprise dit que c’est sans danger, nous ne pouvons que les croire… Et les morts ne sont de toute façon plus là pour protester si on les traite de menteurs, ou si l’on explique que c’est probablement suite à une hypothétique prédisposition génétique qu’ils sont morts…

[2] Les urgentistes, eux, le savent ! Des « empoisonnements » de ce genre, ils en voient souvent !

 

 

 

Advertisements

3 réflexions sur “En Angleterre, …

  1. Bon je le sais pour la paracétamol, du coup pour soigner le ma de tête carabiné que t’as chopé en ayant bu de l’eau ambrée qui fait des bulles, c’est pas terrible (mais ça soulage). Oui chez moi l’eau bizarre certains soirs, et bizarrement tout le monde a mal au crâne après, sais pas pourquoi.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.