C’est le moment…

 

 

De faire quoi ?

De vous protéger contre les maladies hivernales !

Ha, oui, le vaccin contre la grippe ?

Le quoi ? Vous voulez ma mort, ou quoi ?

Vous faites comme bon vous semble, mais en ce qui me concerne, le vaccin, c’est NIET[1] ! La seule fois où j’ai accepté de me laisser vacciner contre la grippe, j’ai été deux fois grippé dans les trois semaines qui ont suivi, alors… C’était il y a bien des années, avant que je ne sache ce qu’il y avait dans ces booooons médicaments chimiques, et que je n’en connaisse les effets secondaires potentiels !

Bon, alors, je pourrais vous donner des conseils à la pelle… Vous parler du besoin de vous reposer, de bien[2] manger, de faire un peu de sport, d’entretenir votre forme mentale[3], etc. …

Aujourd’hui, je vais rapidement vous rappeler[4] un petit « truc » qui est bien utile en cette saison[5]

Et ce « truc », c’est la cure de magnésium !

 

Bon, alors, c’est quoi, le magnésium ?

Bin, déjà, le magnésium, c’est quelque chose de primordial pour votre organisme. Sans lui, pas de vie possible : il participe à tellement de réactions métaboliques (entre autres en se combinant avec le calcium, le potassium ou le sodium), qu’envisager une seule seconde de s’en passer sera un cauchemar digne des films d’horreur les plus « hard » ! Vous imaginez-vous avec des os tombant en miettes, sans dents, vos muscles en compote et incapables de se relaxer après chaque contraction, une transmission nerveuse qui se ferait comme au temps héroïque du téléphone (allo, mademoiselle, coupez pas, s’il vous plaît), une glycémie qui joue au yo-yo, des taux de graisses dans le sang à faire pâlir d’envie Bibendum lui-même, et un rythme cardiaque passant constamment de cinq à cent cinquante battements à la minute ? Impensable !

Donc, il faut du magnésium dans votre organisme.

Puisque vous en avez besoin, entre autres choses, pour prévenir les ennuis cardiovasculaires, le diabète de type 2, la spasmophilie, ou pour vous aider en cas de stress et d’anxiété, ou encore pour limiter les spasmes responsables de douleurs (pensez aux périodes prémenstruelles, mesdames)…

En théorie, une alimentation saine et variée apporte tout le magnésium nécessaire.

En théorie…

Parce qu’en pratique, la nourriture des pays « riches » est tellement « appauvrie » que les Européens sont souvent en manque de magnésium. Ce qui conduit à des ennuis de santé plus fréquents que chez les « pauvres » qui ne mangent pas de plats préparés (et toute cette sorte de crasses) et sont obligés de manger des légumes qu’ils cultivent eux-mêmes…

 

Et c’est là que le p’tit troll vient me signaler qu’il fait une prise de sang tous les six mois, et qu’il ne manque jamais de magnésium…

De magnésium sanguin, oui…

Mais en est-il de même à l’intérieur même de l’organisme, dans les cellules, et pas seulement dans les tuyaux sanguins ? Ça, c’est moins certain…

On y reviendra plus tard…

 

Comment savoir si l’on est en manque de magnésium ?

C’est assez difficile à diagnostiquer puisqu’une carence n’engendre pas de symptômes évidents et immédiats. C’est le problème de l’organisme humain (par rapport à un « bête » moteur) : le moteur, quand il lui manque quelque chose (de l’huile, de l’essence, …), il « cale » directement. L’organisme vivant, lui, il va essayer de s’arranger pour se passer de ce qu’il lui manque. Et comme c’est impossible, il se dérègle un petit peu par ci, un petit peu par là, et il n’est pas facile de trouver LE machin qui manque.

Dans le cas d’une carence en magnésium, divers troubles peuvent apparaître : anxiété, crampes (spasmes musculaires, contractures, douleurs dans le dos, …), dyspnées (respiration difficile), état dépressif, hyperémotivité, insomnies, maux de tête, palpitations, sensation d’oppression thoracique, tremblements, vertiges, … Et si cette carence devient chronique, arrivent éventuellement des problèmes cardiovasculaires ou un diabète…

Mais, même si vous n’avez pas tous ces symptômes, dites-vous qu’il est fort probable que vous manquiez un minimum de magnésium dans vos petites cellules !

Et donc, cette cure ne pourra que vous faire du bien !

Même si vous êtes « bourré de magnésium », cette cure ne vous fera de toute façon pas de mal (avec une éventuelle overdose). Et vu le prix de la cure, ce serait dommage de s’en passer !

 

Le prix ? C’est cher ?

Hé bien, il vous faut trois choses.

D’abord, du magnésium.

Un sachet de vingt grammes.

Personnellement, je l’achète ICI (clic), à deux euros cinquante le sachet. Pas de quoi me ruiner…

Ensuite, il vous faut une bouteille d’eau. Prenez par exemple de la Volvic (pour les Français) ou de la Spa Reine (pour les Belges). Ou prenez ce que vous voulez pour autant que l’eau soit très peu minéralisée. C’est marqué dessus (comme le Port Salut) : « résidus secs ». Le taux de résidus secs, de « boues », comme j’appelle ces minéraux[6] qui parasitent les eaux minérales, doit être le plus bas possible.

Coût moyen : selon le modèle de bouteille, environ un euro.

Nous en sommes à moins de quatre euros…

Versez ensuite le sachet de poudre dans la bouteille, et buvez cette eau salée[7] en trois semaines. Un peu le matin, un peu le soir (je vous laisse le soin de calculer, selon la bouteille employée, combien il vous faudra boire chaque fois).[8]

 

Et la troisième chose ?

La troisième chose, si vous ne faites qu’une seule cure de magnésium, vous n’en aurez probablement pas besoin. Mais si vous faites régulièrement cette cure (rien ne vous empêche de vous « booster » le système immunitaire toute l’année, surtout si vous êtes très en manque de magnésium), elle vous sera utile.

Je vous explique…

Si vos cellules sont assoiffées de magnésium, elles vont pomper le minéral qui se trouve dans votre sang. Mais, au bout d’un certain temps (au bout de deux-trois semaines environ), le magnésium ne passe plus aussi facilement dans vos cellules. Il stagne dans votre sang ! Ce n’est pas grave en soi, puisqu’il est ensuite excrété dans votre urine, mais, bon, si vous avez fait l’effort de boire, à raison de quatre euros toutes les trois semaines, de l’eau salée, c’est pour qu’elle serve réellement à quelque chose ! Si elle ne fait que passer dans votre tube digestif, puis dans votre sang, puis dans vos reins, puis dans le pot du WC, autant jeter le sachet directement à la poubelle, ou ne pas l’acheter du tout.

Alors, le « truc » qui vient d’être récemment découvert, pour « débloquer le blocage », c’est de prendre, tous les quinze jours, un peu d’un autre minéral, le silicium. Un autre minéral dont votre organisme a aussi besoin pour tout un tas de choses…

Le prix ?

Bin, selon que vous achetez le machin hyper marketinguisé (si j’ose dire) appelé G5 ou le « bête » dissolvurol qu’on trouve en pharmacie (en France : ça n’existe plus en Belgique, mais, bon, Givet n’est pas loin…), le prix est différent. Un flacon de 45ml de dissolvurol coûte, en pharmacie en ligne, deux euros quatre-vingts !

Et il n’en faut pas beaucoup ! Une trentaine de gouttes (dans un peu d’eau) matin, midi et soir, durant maximum deux jours, tous les quinze jours. Pas plus. Inutile de vous saturez en silicium, non plus !

 

Bref…

Bonne cure !

Cure unique de trois semaines (un sachet), ou cure de trois mois (quatre sachets de vingt grammes).

Ou cure à vie si vous le souhaitez et si vous vous rendez compte que vous en avez régulièrement besoin.

 

Et si, malgré cela, je chope la grippe, ou une bronchite, ou n’importe quoi d’autre…

Ha, évidemment, cette cure n’est pas garantie-anti-grippe à 100%… Rien n’est garanti à 100%. Mais quand on voit que les chiffres d’efficacité du vaccin contre la grippe de l’an dernier tournaient à moins de cinq pourcents, dites-vous que vous serez mieux protégé avec le magnésium qu’avec le vaccin de l’an dernier !

Bref, si vous tombez malade, pensez à augmenter, durant quelques jours, votre prise de magnésium, pour aider votre organisme à se débarrasser de l’intrus[9] ! Vous pouvez doubler, tripler, voire quadrupler (ou plus) sans problème la dose ! Selon votre maladie : un nez qui coule ne demandera qu’une double dose durant deux ou trois jours, une grosse bronchite sera plutôt apprivoisée avec deux sachets de vingt grammes pris sur une semaine. Et commencez la séquence curative par une journée de silicium, pour bien « ouvrir » vos cellules.

 

 

Bonne saison hivernale sans maladies, les amis !

 

 

 


[1] En langue russe : нет !

[2] De tout, raisonnablement, c’est-à-dire en mettant l’accent sur les végétaux, en baissant les quantités de protéines animales, et ne prenant pas le prétexte du froid pour avaler des louches de graisses, de sucre ou d’alcool en plus !

[3] N’en déplaise aux adorateurs du dieu Médicament, le fait de se sentir moralement en pleine forme influe sur le risque d’être – ou pas – malade ! Mon troll-harceleur m’a déjà dit que j’étais un con (et un dangereux criminel) de dire qu’il suffisait de « penser » pour ne pas être malade… Et pourtant, c’est bien le cas ! Bon, ok, c’est un peu plus compliqué que ça, mais « ne pas vouloir être malade » (ou plutôt, « vouloir être en bonne santé » : il est important d’y penser de manière positive), ça fait partie d’un ensemble qui agit en synergie et booste notre système immunitaire.

[4] Oui, « rappeler », parce que j’en ai déjà parlé…

[5] Pas qu’en cette saison, d’ailleurs, mais, bon, surtout à partir d’octobre (et durant six mois), sachant que, souvent, les maladies hivernales arrivent … en hiver. En saisons froides, plutôt…

[6] Les minéraux qui sont passés par « du vivant » (par des plantes qui les ont extraits du sol grâce à leurs racines) sont utiles à l’organisme. Ceux qui sont issus directement de la terre, sans passer par une plante, sont nettement moins utilisables par l’organisme. Manger une plante qui contient du magnésium, ou avaler du magnésium extrait de plantes, ce n’est pas du tout la même chose que de boire de l’eau riche en magnésium. Boire de l’eau « avec de la boue dedans », ça risque plus d’encrasser vos reins qu’autre chose !

[7] Gardez-la au frigo. Non pas pour des raisons de conservation (de l’eau salée ne peut pas s’altérer puisque le sel est un conservateur), mais pour des raisons de goût : glacée, elle sera plus facile à avaler…

[8] Exemple si vous avez utilisé une bouteille d’un-demi litre : 500 millilitres divisés par 42 (21 jours deux fois par jour) = 12 millilitres matin et soir, soit environ deux cuillères à soupe. Si vous diluez le magnésium dans une bouteille de deux litres, ce sera un petit verre de 48 millilitres qu’il faudra boire. Je vous laisse le choix de la dilution parce que, il faut l’avouer, de l’eau salée, c’est infect ! Certains préfèreront boire chaque fois un peu d’eau très salée, d’autres préféreront boire un petit verre d’une eau moins salée. À vous de voir…

[9] J’ai déjà essayé d’en saupoudrer sur l’écran de mon ordinateur, mais ça ne fonctionne pas contre les trolls !

 

 

 

Advertisements

24 réflexions sur “C’est le moment…

  1. Je le paye un peu moins cher en pharmacie moi (un euro et quelques). Et moi je fais un sachet par semaine. Donc cure de trois semaines trois sachets c’est largement (mais j’en ai toujours d’avance). Et on e trouve dans quasiment toutes les pharmacies (si en ont pas, ils le commande).

    J’aime

    • Oui, mais…
      S’agit-il d’un magnésium issu de plantes ou issu … de produits chimiques mélangés dans une usine ?
      La différence est de taille !
      Un peu la même différence qu’il y a entre un sel marin et un sel fabriqué chez Solvay !
      Ou entre une Vitamine C dans un fruit et un comprimé effervescent !
      Je ne sais pas si le chlorure de magnésium qu’on trouve en pharmacie est un sel naturel ou un produit chimique reconstitué. Trois fois sur quatre, il sort d’une usine chimique, et pas de plantes…
      Au moins, celui que j’achète (à 2.50) chez Jean-Claude, je sais qu’il est produit par synthèse biologique (extrait de plantes) et non par synthèse chimique. Je me dis que, pour gagner un euro, ma foi, ça ne vaut pas le coup…
      Bon, maintenant, si tu es certaine de la provenance de ton magnésium, pas de soucis à avoir…

      J’aime

      • Euh ben dis, je ne savais pas qu’il y en avait reconstitué. Je pense que ça va, c’est le même que mes grands-parents prenaient il y a longtemps. Je vais quand même me renseigner.

        J’aime

        • Bin, en fait, pour fabriquer quelque chose qu’on ne trouve pas brut dans la nature, ou bien on l’extrait de là où il se trouve, où bien on mélange ses composants.
          Je donnais l’exemple du sel de cuisine : ou bien on prend de l’eau salée, et on laisse évaporer l’eau, ou bien, en caricaturant à peine, on mélange du chlore avec du sodium pour fabriquer de toute pièce du chlorure de sodium.
          Pour le chlorure de magnésium, c’est la même chose (ou à peu près). Ou bien on l’extrait de là où il s’en trouve dans des plantes (il y en a dans l’eau de mer aussi, ce qui est normal, puisque la composition minérale du sang ressemble à la composition de l’eau de mer, mais pas assez pour l’extraire par évaporation), ou bien on le fabrique en usine.

          J’aime

  2. moi aussi la seule fois où j’ai eu la grippe, c’est l’année où je me suis fait vacciner…ya longtemps et vice versa, la seule fois où je me suis fait vacciner, j’ai eu la grippe la vraie de vraie à te clouer au lit!
    excellent article!

    J’aime

  3. Je suis moins sûr qu’avant de pouvoir encore résister à ma femme qui veut à toute force qu’in se fasse vacciner ! En effet; elle de son côtén’a pas eu un rhume, ayant été vaccinée l’an dernier, tandis que moi, au printemps et juste maintenant, je sort d’une bronchite carabinée dont seuls les antibiotiques m’ont sortis… J’ai eu beau essayer tout le reste, rien à faire, ça ne faisait que s’aggraver !
    Alors tant pis, si le vaccin me tue, vous saurez que je suis une victime… de la « science » !

    Bonne soirée, Maître Eric.

    J’aime

    • Bin, sachant que le vaccin contre la grippe ne sert absolument pas à empêcher le rhume ou la bronchite, si tu as ton système immunitaire un peu détraqué (par des vaccins des années précédentes, par exemple, ou par la pollution ambiante, ou une nourriture un peu « contaminée »), c’est normal d’avoir du mal à se débarrasser d’une maladie bactérienne (et avec ces fichues bactéries qui deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques, ce sera de plus en plus difficile de faire partir ces maladies qui, jadis, demandaient juste une tisane de thym avant d’aller voir ailleurs si elles y étaient)…
      Bon, maintenant, vaccin contre la grippe ou pas, c’est à toi de voir…
      Si l’on en croit les conclusions officielles, celui de l’an passé n’a pas servi à grand chose (sauf à remplir les caisses des vendeurs et des fabricants) : moins de 5% de réelle efficacité ! Peut-être que celui de cette année sera plus efficace ? En attendant, la balance « bénéfices/risques » ne penche absolument pas en faveur de la vaccination (sauf pour le service marketing des labos).
      Mais je n’interdis à personne de se faire vacciner sous quelle que pression que ce soit : chacun son choix… Moi, j’ai fait le mien…
      Et en parlant de « pression », la pression de la famille déjà convaincue de l’utilité (!) du vaccin fait partie du système.
      😉

      Belle soirée, maistre Léo.

      J’aime

  4. Pour moi, pas de vaccin, mais je vais voir pour le magnésium car mon Pépère va à la pharmacie ce matin.
    Bon mercredi
    Bisoux

    J’aime

  5. Pas de vaccin c’est clair et je suis soignante!!!!! Par contre je prends du magnésium marin b6 acheté en biocoop bon ou pas Éric ?? chlorure de magnésium ou nigari c pareille non???? Merci

    J’aime

    • Je ne connais pas le B6 en Biocoop…
      Je connais le « B6 », fabriqué par Sanofi, qui contient (dans l’ordre des ingrédients du plus présent jusqu’au moins présent), du lactose, du macrogol, du stéarate de magnésium stéarate (E572), de l’hypromellose, du dioxyde de titane (E171), et du talc (E553b)…
      Le nigari, c’est un sel composé de +/- 8/10 de chlorure de magnésium, si je me rappelle bien. Intéressant, effectivement, parce qu’il y a d’autres « machins » dedans qui agissent en synergie avec le chlorure de magnésium…

      J’aime

  6. Ortie silice je fais des cures par contre le dissolvurol c du silicium??? Je ne connais pas mais j’ai vu sur le lien que c’était un médicament excipients : acide chloridrique ,éthanol 0,25 mg de silice ça ne me tente pas qu’en pensez vous ?? Merci

    J’aime

    • Le principe est de prendre un peu (très peu) de silicum tous les quinze jours. Qu’il s’agisse de dissolvurol ou d’un autre produit, ma foi, le principal est de prendre cette silice. Oui, on va trouver de l’acide (le même que celui qu’on a dans l’estomac) dans le dissolvurol. Difficile de faire autrement… Parce que manger du verre pur ne marche pas…
      Bon, maintenant, si l’on prend le fameux « G5 » vanté par certains « spécialistes », il n’est évidemment pas plus « pur », et voici ce que l’on consomme (si j’en crois le site « silicum-organique.net) : « G5 original liquide – Ingédients pour 90 ml : eau, monométhylsilanetriol (Silicium : 10,35 mg), phosphate de potassium (phosphore, 13,5 mg soit 1,7% AJR, potassium 20,25 mg). Conservateurs : E214 – E218"… Pas pire… 😆

      J’aime

  7. Je fais des cures d’ortie silice ça me coûte très cher Et du magnésium marin b6 en biocoop , est ce que le nigari et le dissolvurol suffisent ????et le coût m’intéresse aussi MERCI Et pour mon petit fils 2 ans et demi en prévention quoi lui donner ????mis à part son alimentation qui est bio et bien équilibrée de ce côté je m’y connais !! Bonne soirée

    J’aime

Les commentaires sont fermés.