C’est le moment …

Le moment de la cure uvale !

La QUOI ?

La cure uvale…

La cure de raisins !

Une cure durant laquelle on ne consomme que du raisin, que du raisin, et que du raisin ! Ha, oui, et aussi un peu de raisins…

« Stupidité ! », vont hurler en chœur les petits comiques qui ne connaissent rien en santé naturelle et qui croient tout savoir…

Et c’est vrai que, vu de loin et avec les yeux d’un troll, ça semble farfelu… Voire dangereux…

Et pourtant…

Et pourtant, ça fait des siècles que la cure uvale d’automne existe et est pratiquée par des millions de personnes. Ces millions d’humains ne sont quand même pas tous des cons, que je sache ?

Alors ?

Alors, ci-dessous, la cure uvale d’automne, en mode d’emploi condensé… Et tant pis pour celles z’et ceux qui n’y croient pas, parce qu’ils perdront pas mal de bénéfices pour leur santé.

Quand ? Au moment où le raisin est abondant, évidemment. N’envisagez pas une cure de raisin en plein mois de janvier ! Donc, plus ou moins maintenant (selon les saisons, selon la météo).

Avec quoi ? Avec du raisin (vous l’aurez compris). Bio, évidemment ! De n’importe quelle couleur, mais pas toujours les mêmes (en cas de diarrhée, un raisin noir pourra être utile pour légèrement constiper). Combinez les différentes variétés, cela donnera de meilleurs résultats et limitera la lassitude. Seule « obligation » : prévoyez au moins un tiers de chasselas. Pour le reste, c’est vous qui voyez. Dites-vous juste que les variétés à peau épaisses sont un peu moins bien supportées par un tube digestif peu habitué à consommer beaucoup de fibres.

Combien ? Deux à trois kilos par jour. Arrangez-vous avec votre marchand de fruits pour que vous puissiez avoir toujours du raisin frais et mûr à votre disposition !

Combien à la fois ? Mangez peu mais souvent. Mangez quand vous avez faim, ne vous « bourrez » pas mais mangez quand même « à votre faim », et recommencez deux ou trois heures plus tard.

Combien de temps ? C’est vous qui voyez… Une monodiète d’un seul jour n’aurait pas beaucoup de sens, sauf peut-être si vous faites cette monodiète d’un jour chaque semaine durant deux mois (ou durant toute votre vie, mais pas avec des raisins toute l’année !). Une semaine, c’est déjà bien. Surtout si c’est la première fois. Certains curistes s’octroient une cure de trois semaines chaque année.

Des effets secondaires ? Relativement peu… Quelques boutons éventuellement, un peu de mal de tête, parfois l’une ou l’autre nausée, un peu de fatigue au tout début, un peu de diarrhée, éventuellement une certaine … lassitude face au raisin (on peut le comprendre si l’on n’est pas habitué à manger beaucoup de fruits). Sauf cas extrêmes, ces effets ne constituent pas un échec ! Quand ces effets se produisent au début, c’est normal. Le signe que la cure agit, et en outre, ce n’est généralement que durant les premiers jours que ces désagréments se produisent. S’ils se produisent au bout de quinze jours, ça peut aussi vouloir dire qu’il est temps de cesser la cure…

Pour tout le monde ? La question qui divise les spécialistes. Certains diront que, oui, tout le monde peut faire cette cure. Certains préféreront restreindre légèrement, et éviter de la proposer aux diabétiques insulinodépendants. À vous de voir…[1]

Faut-il se préparer ?

Matériellement parlant, oui : ce serait bête de vous retrouver sans raisin en plein milieu de votre cure. Donc, comme je le disais ci-dessus, parlez-en avec votre « dealer » en fruits !

Psychologiquement parlant aussi. Représentez-vous en train de ne manger que du raisin durant huit-dix-douze jours (ou plus), et posez-vous la question de savoir si vous tiendrez le coup… Assurez-vous aussi que vos collègues ou les membres de votre famille ne vont pas vous prendre pour un fou. Et vérifiez aussi votre agenda : mieux vaut éviter une période où vous avez inscrit un banquet de famille ou une réception au bureau.

Physiquement parlant aussi. L’avant-veille, commencez à vous mettre « au régime léger », un « régime végétarien », pas trop riche. La veille, même chose, en accentuant encore la « légèreté » et en consommant des aliments légèrement purgatifs (mais évitez de manger du raisin, parce que vous allez vous en taper durant plusieurs jours : inutile de vous en dégoûter !). Vous pouvez même jeûner la veille et prendre simplement un peu de chlorure de magnésium dans de l’eau, pour vous « vider ». Un petit lavement peut aussi être envisagé.

Quoi d’autre ?

Mangez quand vous en avez envie, mais pas trop à la fois. Six ou sept « repas » par jour, c’est bien…

Avalez la plupart des peaux et des pépins, sans trop les mâchonner.

Un lavement le premier jour (et même par la suite) peut s’ajouter au lavement de la veille.

Le jour le plus « difficile » est le second ou le troisième jour. Pas de panique, c’est vite passé… Et puis, là aussi, un lavement pourrait être utile…

Évitez les « cures partielles » : si vous ne vous sentez pas prêt pour une douzaine de jours de cure complète, contentez-vous de quatre-cinq jours, plutôt que de manger du raisin et « autre chose » ! Les études ont montré que seules les cures complètes (uniquement avec des raisins) sont efficaces.

Efficacité pour plein de choses : il s’agit aussi bien d’une cure « de la dernière chance », destinée aux malades abandonnés par la médecine classique, que d’une cure pour les bien-portants ou les « petits malades ». En vrac : constipation, insomnies, problèmes de peau, fatigue, nervosité, maux de tête, bourdonnements d’oreilles, nez bouché, …, et aussi … perte de poids, souvent durable !

Une dernière chose : la reprise ! Pas question de rester trois semaines à ne manger que du raisin, puis de vous enfiler un steak-frites dès le lendemain du dernier jour de votre cure ! Allez-y progressivement. Le lendemain du dernier jour de cure, un régime végétarien est primordial (fruits et légumes crus ou cuits, comme vous aimez, et supprimez le raisin). Le surlendemain, vous pouvez introduire un jaune d’œuf cru. Le troisième jour, un jaune d’œuf, et un peu de poisson (sauf si vous êtes végé, évidemment)… Idéalement, vous devriez faire durer la période de reprise approximativement la moitié de ce que dure la cure uvale ! Idéalement… mais trois ou quatre jours de « reprise », c’est déjà bien…

Ne vous étonnez pas si votre cure provoque des … effets particuliers. Les études ont montré qu’après une cure uvale, tout comme après un jeûne, bon nombre modifient instinctivement leur hygiène de vie. Profitez-en pour vivre plus sainement !

 

Bonne cure, bon appétit !

 

 

 

 


[1] A propos du diabète, je signale quand même que plusieurs personnes atteintes de diabète ont apparemment été guéries (oui, guéries !) par la cure de raisin. Des diabétiques insulinodépendants. Impossible de guérir un diabète avec un aliment sucré, vont hurler les trolls ! Hé bien, non, ce n’est pas impossible, parce que lors d’une cure uvale, il semble que le sucre du raisin agisse comme un dissolvant organique qui neutralise l’excès de sucre dans le sang. Lors d’un test effectué sur cinq cents patients, il est apparu que non seulement aucun patient n’a vu sa glycémie augmenter au cours de la cure, mais qu’au contraire, elle a baissé ! Mais ça ne marche qu’en ne consommant que du raisin et rien d’autre (certains font des « demi-cures » : du raisin et « autre chose », ce qui n’est évidemment pas la même chose !). Il ne faut pas oublier de diminuer progressivement l’insuline, sous contrôle médical et en compagnie d’une personne ayant une bonne expérience de la cure de raisin. Autant mettre toutes les chances de son côté !

 

 

 

Advertisements

5 réflexions sur “C’est le moment …

    • J’allais demander la même chose, en bonne marnaise d’origine, je ne conçois le raisin que fermenté (bon en vrai je n’aime pas manger des fruits, une cure de légume crus me parle plus). Champagne 🙂

      J’aime

  1. j’ai fait cette cure pendant 7 jours en…1989 si je me souviens bien et pour une étude pour une revue connue à l’époque, une revue dans le bio (je crois « nature et progrès » ou quelque chose comme ça. je devais faire un bilan sanguin avant et après et faire un compte rendu du ressenti etc. bilan, amélioré (j’étais alors anémique et d’une manière générale, meilleur bilan sanguin. Le jus de raisin (mais pris dans son totum) est ce qui est le plus proche du plasma. J’ai envie de la refaire mais je vais attendre d’être dans ma semaine de repos car avec le boulot sur 12 heures, c’est pas évident. Si je la fais je ferai un petit compte rendu au joiur le jour comme je l’ai fait pour mon jeûne l’an dernier. Bonne soirée, Eric

    J’aime

Les commentaires sont fermés.