Parlons crûment !

 

Le feu a apporté énormément de bienfaits aux hommes préhistoriques.

C’est vrai que, pour se chauffer, rien ne vaut un bon feu. Et il est un fait que, sans le feu, il aurait été impossible de fabriquer bon nombre d’objets.

En cuisine également, le feu est bien utile…

Et pourtant, bien des gens prônent aujourd’hui une alimentation crue. On appelle cette tendance le crudivorisme.

Est-ce une bonne idée, ce retour à des temps d’avant la préhistoire ?

Hé bien, oui, pourquoi pas.

Je ne vais pas entrer dans les détails (j’ai déjà consacré un article au crudivorisme voici des mois), mais je vais me contenter de rappeler que les aliments crus possèdent des qualités nutritionnelles indéniables. Ils sont meilleurs pour la santé !

Logique : les aliments crus contiennent un grand nombre de nutriments essentiels (des vitamines, par exemple) qui disparaissent à la cuisson.

En outre, bon nombre d’aliments crus sont riches en antioxydants, ou en fibres, puisqu’il s’agit souvent de végétaux.

Mais il n’y a pas que des végétaux, qui peuvent être mangés crus !

Les viandes et les poissons aussi. Viandes et poissons dont la cuisson entraîne souvent la formation de composés plutôt nocifs. Déjà, par exemple, que la viande de bœuf n’est pas idéale pour la santé, mais si, en outre, vous la carbonisez sur le barbecue, c’est encore moins bon pour la santé !

 

Bref, quand vous en avez l’occasion, mangez vos aliments crus…

Mais…

Parce qu’il y a un « mais » ?

Bah, oui, quand même…

Il existe des risques et des inconvénients quand on mange des aliments cuits (je n’y reviendrai pas), mais il existe aussi des risques et des inconvénients de ne manger que des produits crus…

Par exemple, la cuisson détruit les bactéries présentes dans les aliments. Les « gentilles bactéries », mais aussi les « méchantes » ! Ce qui diminue le risque d’intoxication avec des « petites bêtes » qui portent les jolis noms de « escherichia coli », de « salmonelles », etc. … La toxoplasmose peut être véhiculée par un produit cru… Et ce qui vient de la mer peut être contaminé par un ver appelé anisakis[1]

Alors, mangez cru, oui, bonne idée, mais en prenant des précautions !

Il est obligatoire que vos aliments crus soient frais. Très frais !

Un exemple : si vous envisagez de manger un « filet américain » (un « steak tartare », en France), si vous ne hachez pas votre viande vous-même, exigez que votre boucher le fasse devant vous. Pas question d’utiliser une viande hachée la veille ! Et dès que vous rentrez chez vous, vous balancez votre viande hachée illico dans votre frigo jusqu’au moment du repas. Repas qui doit être pris dans la demi-journée qui suit[2] ! Pas question de la laisser sur le coin du plan de travail le temps que vous cuisiez vos frites !

Ne préparez pas non plus vos plats de produits crus à l’avance. C’est fou la vitesse à laquelle les bactéries se reproduisent sur des plats exposés à température ambiante ! Elles peuvent aller jusqu’à se multiplier par deux toutes les vingt minutes !

À cause de tout cela, il est recommandé d’éviter de manger des viandes, des poissons et des crustacés crus ou peu cuits si vous êtes immunodéprimé ou si vous êtes enceinte, parce qu’une intoxication alimentaire pourrait être plus grave chez vous que chez d’autres personnes.

 

Et ce n’est pas nocif pour la santé ?

Non, vous ai-je dit, sauf si vous ne prenez pas de précautions quant à la fraîcheur.

Mais certains produits ne peuvent absolument pas être mangé crus…

Je vous déconseille[3] de manger un tartare de poulet ! S’il s’agit d’un poulet que vous avez élevé amoureusement dans la cour de votre maison, à l’abri de toute contamination[4], peut-être (même pas certain) sera-t-il « propre », mais s’il s’agit d’un filet de poulet acheté dans le commerce, il y a neuf chances sur dix pour que votre viande soit contaminée et qu’il faille la cuire pour éviter des ennuis de santé.

Je vous vois également mal manger des pommes de terre crues[5], du riz cru, des pâtes crues… Du pain cru ou des crêpes crues, ça va également poser problème. Finis les gâteaux, les gaufres, les meringues et les crèmes glacées[6] en guise de desserts ![7]

Si vous décidez de vous mettre dès aujourd’hui au crudivorisme, et que vous n’avez pas l’habitude de manger des crudités, méfiez-vous : vous risquez, les premiers jours, des ennuis intestinaux (des ballonnements, par exemple) parce que votre tube digestif n’a pas l’habitude. Allez-y doucement au début.

Une fois ces quelques conseils (que je tenais à rappeler parce qu’une lectrice en avait émis le souhait par MP) donnés, je ne puis que vous souhaiter « bon appétit » !

 

 

 


[1] En France et en Belgique, les anisakis sont peu connus des consommateurs. Ces petits vers ronds de couleur blanche ou brun-rouge sont pourtant très courants dans les poissons ou les calmars, poulpes, seiches péchés au large de nos côtes (c’est exceptionnel dans les poissons d’élevage, parce que leur nourriture ne contient pas ces parasites). Ces larves se trouvent dans la cavité abdominale, dans les viscères et même parfois la chair de diverses espèces. Le danger si nous les mangeons : troubles digestifs (anisakidoses) et/ou réactions allergiques (de gravité diverse selon les personnes). Attention donc si vous achetez du poisson entier, non vidé. Il est rare qu’on en trouve dans les filets parce qu’ils sont inspectés par les poissonniers pour vérifier l’absence de ces braves bestioles. Petit truc : placez votre poisson frais une semaine au congélateur. Les anisakis ne survivent pas à ce traitement… Une fois décongelés, vos poissons pourront ensuite être consommés crus, ou cuits…

[2] Évidemment, « on » va me dire que « moi, j’ai mangé plusieurs fois du bœuf haché cru le lendemain de son achat, et je n’ai jamais rien eu »… Bin, oui… Je veux bien vous croire. Et nous connaissons tous des gens qui ont fumé deux paquets de clopes par jour et sont morts centenaires. Ou des enfants nés par césarienne et qui ne sont jamais malades. Mais, bon, n’empêche que ce n’est pas recommandé. Maintenant, faites comme bon vous semble. Si vous passez la nuit dans votre WC après avoir mangé un filet américain haché deux ou trois jours plus tôt, ne venez pas vous plaindre que je ne vous avais pas prévenu des dangers !

[3] Je vous le déconseille. Bon, maintenant, vous faites ce que vous voulez…

[4] Non, non, pas la grippe aviaire…

[5] Tant pis pour les frites pour accompagner le filet américain !

[6] Oui, la crème glacée, c’est un produit cuit, puisqu’il s’agit au départ d’une crème anglaise (donc cuite) qui a été congelée.

[7] Mais n’oubliez pas que « manger de tout, raisonnablement », c’est bien aussi…

 

 

 

3 réflexions sur “Parlons crûment !

  1. Et bin moi, j’ai mangé de la courgette crue… Parce que ma « belle-mère Thaïe » l’a confondue avec un concombre.
    C’est moins goûtu, mais ça se mange bien.
    Et puis, ici on mange plein de végétaux crus ou quasiment crus, plus particulièrement en accompagnement de divers plats, donc basilic, chou, etc. crus, et c’est ben bon !
    A tout bientôt,
    Jean-Louis

    J’aime

  2. Ce n’est pas nouveau, le crudivorisme : J’ai connu un couple, il y a plus de trente ans, qui en avait fait son mode de vie : elle ne bouffait que des graines qu’elle mettait à germer et … lors de notre week-end, j’ai cru brouter dans un jardin potager !
    T’as essayé un bon poulet-frites crus ???
    Hé bien, c’est génial, quand on ne mange que la salade qui l’accompagne !!!
    Il y en a qui sont vraiment cinglés avec ce genre de truc …
    Je persiste et signe.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.