Éhooooooooo !

 

Vous vous rappelez que je me moquais gentiment de la tendance actuelle qui faisait que l’on voyait de plus en plus de mots et de noms de marques se terminant par « O ».

Et je citais, entre bien d’autres, Automoto, Bananolotto, Butineo, Chevrolet Aveo, Ciblexo, Companeo, Complicio, Consomeo, Credigo, Decoclico, Directeo, Doctissimo, Egofacto, Expressio, Fizeo, Geo, Goosto, Ideo, Kalifoo, Keyyo, Kezento, Kingoloto, Kwixo, Le Figaro, Lettrasso, Looneo, Lumeneo, Manageo, Narciso, Neopro, Nespresso, Noontao, Noteo, Opodo, Permesso, Pikeo, Planetanoo, Plankado, Portageo, Quizeo, Roxio, Simpleo, Simyo, Sofinco, Soluneo, Sweepsoo, Tisséo, Travoo, Twimmo, Valeo, Vinexpo, Voisineo, Voitureo,Wataro, Wengo…

Et ce soir, je me prépare pour souper un gigo et un poiro… Ridicule, mais, bon, si c’est la mode…

 

En voici un autre :

PANACEO…

Allusion faite à « panacée », signifiant « remède universel », je suppose…

Le nom du produit peut prêter à sourire (personnellement, ça me fait même franchement rigoler, parce que je suis d’un naturel plutôt moqueur par rapport aux méthodes de marketing), mais son efficacité laisse plutôt songeur.

 

Bon, alors, c’est quoi ce machin-en-O ?

Son nom « normal », avant la modification, c’était MÉGAMINE.

Un produit qui est désormais reconnu en Europe en tant que « Dispositif médical[1] CE 0197 ». À la suite de cette reconnaissance, il y a eu un changement de nom obligatoire conformément au dépôt des dossiers par l’entreprise autrichienne, Panaceo International GmbH.

Panaceo, c’est un complément alimentaire composé d’une zéolite activée (la clinoptilolithe), un minéral microporeux d’origine volcanique, de la lave, quoi.

Et cette clinoptilolithe est micronisée par une technologie brevetée de microbroyage, nommée « activation tribomécanique ».

Tout ce blabla technique pour vous dire que ce (cette ?) Panaceo (cette Mégamine) se compose de minuscules particules qui présentent des porosités minuscules qui ne dépassent pas le millionième de millimètre. Et c’est cette porosité qui est intéressante. Parce qu’elle rend cette lave très absorbante, et parce que ça lui permet de piéger une flopée de particules et de micro-organismes nocifs.

 

Piéger ?

Oui…

Mais laissez-moi d’abord vous raconter (vous résumer, parce que vous pourrez la trouver en détail un peu partout sur Internet) une petite histoire…

Voici quelques années, fin du siècle dernier, le professeur Tihomir Lelas de l’université de Zagreb s’est penché sur les propriétés curieuses des zéolites qu’un éleveur de porcs de sa connaissance avait incorporées à la litière de ses animaux (il est couramment admis chez les éleveurs que la lave « désinfecte » les étables, entre autres propriétés[2]). Cet éleveur yougoslave s’était aperçu que ses porcs mangeaient en partie cette litière, et qu’apparemment, ils ne souffraient plus du « syndrome respiratoire aigu », une affection commune chez les cochons…

Après étude, Tihomir Lelas a fini par constater que l’une de ces zéolithes, la zéolite clinoptilotite, une fois réduite en poudre, avait la plus grande capacité d’absorption des micro-organismes, toxines, métaux lourds et radicaux libres.

Il a appelé cette poudre la Mégamine.

 

Et ça sert à quoi ?

Continuons notre histoire…

Tihomir Lelas a testé sa poudre sur des lésions cutanées post-opératoires ou ulcéreuses, qui sont souvent difficiles à guérir. Résultat : cicatrisation accélérée.

Puis sur des herpès (herpès simplex et zoster). Résultat : disparition totale des herpès en une à deux semaines.

Puis sur des mycoses internes et externes. Avec le même résultat !

Tihomir Lelas a également mesuré le pouvoir antioxydant de sa Mégamine : après ingestion de cette poudre, la concentration d’antioxydants était douze fois plus importante que tous les autres antioxydants déjà connus comme les vitamines A et E. D’où l’action de cette poudre pour prévenir des maladies comme l’artériosclérose, les maladies d’Alzheimer, de Parkinson, les maladies rhumatismales et les tumeurs malignes.

 

Une belle histoire… Vraie ou fausse, je l’ignore, mais toujours est-il que, histoire de cochons ou pas histoire de cochons, finalement, d’autres scientifiques se sont penchés sur cette zéolithe, et on l’utilise aujourd’hui pour pas mal de choses (voir la remarque 2 ci-dessous) comme purifier les eaux usées, ou pour adoucir l’eau, mais même également dans les produits cosmétiques pour son pouvoir de régénération sur la peau !

Et, tant qu’à faire, des études allemandes, autrichiennes et américaines ont permis de découvrir que la Mégamine aidait (entre autres choses) à stabiliser la prolifération de cellules cancéreuses et dans la diminution des symptômes accompagnant ces pathologies lourdes.

 

Mais revenons à ce que je disais plus haut…

La Mégamine, ou la Panacéo (grrr, je déteste ce nom) est un piège…

Vous savez que l’exposition aux métaux lourds (mercure, cadmium, plomb, arsenic) est une menace vis à vis de la santé humaine. Non, ce n’est pas une invention des « charlatans » pratiquant les médecines naturelles ! C’est prouvé par tout un tas d’études régulièrement répertoriées par des institutions internationales telles que l’OMS.

Hé bien, ces études ont également fait comprendre que la zéolite possédait une affinité élevée pour piéger le plomb, le cadmium, l’arsenic, le mercure et d’autres métaux potentiellement dangereux. Je vous passe les détails (je ne suis pas chimiste pour vous expliquer cela en détails, et même mon ancien troll qui se targuait d’être chimiste va faire appel à Wikipédia pour savoir de quoi il s’agit exactement), mais grâce à un processus d’échange d’électrons, la zéolite peut « nettoyer » un individu et abaisser son exposition aux métaux lourds. Ce qui permet de réduire, de manière importante, certains cancers et pathologies diverses comme des pathologies cardiaques.

La zéolite (la Panacéo, puisqu’il faut l’appeler par sa marque de fabrique) élimine les toxines dans un ordre particulier : d’abord, durant les premières semaines, elle élimine les métaux lourds, puis les autres toxines comme les pesticides, les herbicides et les plastiques présents dans l’organisme.

 

Autre particularité : la zéolite protège l’organisme en maintenant le pH sanguin à des niveaux oscillant entre 7.35 et 7.45.

Vous vous rappelez mon article sur l’équilibre acide/base… Vous savez que le sang doit obligatoirement être à un pH de 7.4 afin de maintenir son homéostasie. Si ce pH se modifiait, c’est la mort à plus ou moins brève échéance. Le régime alimentaire « moderne » contient énormément d’aliments acidifiants (viandes, sucre, féculents, hydrates de carbone raffinés, …) et induit une augmentation de l’acidité. Il est alors impératif de restaurer l’homéostasie. Pour cela, le sang récupère des éléments basiques là où il le peut grâce à une flopée de mécanisme bien huilés, mais ce déséquilibre entraîne généralement pas mal de pathologies plutôt lourdes.

Et justement, la Panacéo maintient l’équilibre en maintenant le pH à des niveaux oscillant entre 7.35 et 7.45, soit le pH du sang…

N’oublions pas qu’un sang légèrement acidifié produit un terrain favorable au cancer, mais aussi une perturbation des fonctions cérébrales provoquant dépression, anxiété, hébétude, paranoïa, illusions ou hallucinations !

 

Alors ? Qu’en pensent les scientifiques ?

Bin, alors, le docteur JP Willem et ses collègues de la polyclinique Svecnjak (à Zagreb) ont prouvé par étude scientifique que la Panacéo avait – en MONOthérapie – totalement guéri 81% de patients souffrants de cancers aussi variés que des mélanomes, des cancers du foie, des carcinomes microcellulaires des bronches, des cancers de la prostate, des cancers de la vessie et des carcinomes hépato-cellulaire. Et partiellement guéri (ou au moins stabilisé la maladie) les 19 autres pourcents qui souffaient, eux, de cancers du poumon et du sein. Quant à d’autres patients (« de contrôle ») soumis, eux, à une thérapie incluant la Panacéo ET des thérapies conventionnelles, ils ont été en rémission totale pour 50% d’entre eux, les 50 autre pourcents connaissant une rémission partielle et/ou une stabilisation de la tumeur. Certains se sont demandé si le nombre de rémissions totales moindre en combinant chimio et zéolithe ne provenait pas du fait que la poudre de lave devait d’abord nettoyer l’organisme des poisons que sont les médications chimiques avant de s’attaquer aux cancers en eux-mêmes !

Et des observations cliniques ont été effectuées durant plusieurs années (depuis l’année 2000) par l’équipe du docteur Wolfgang Thoma de la clinique de Villach en Autriche, sur des patients souffrant de tumeurs malignes de nature des plus différentes (carcinome du colon, carcinome des bronches, carcinome mammaire, tumeurs ovariennes, carcinome du pancréas, carcinome hépatocellulaire). Et sur des patients souffrant, en vrac, de polyarthrite chronique, colite ulcéreuse, sclérose en plaques, infections à répétition, dermatite, hépatite, cirrhose du foie, ulcères variqueux, acné. En complément à d’autres thérapies. Résultats : chez la majorité des patients (environ 70%) on a constaté une amélioration rapide (perceptible en moins d’une semaine) de la vitalité, de l’état général et de l’appétit ! Soit une nette amélioration que celle apportée par les thérapies officielles seules !

 

Évidemment, en France ou en Belgique, votre médecin ne vous parlera jamais de ce produit qui pourrait vous sauver de bien des ennuis de santé (et non des moindres). Et encore moins votre pharmacien !

Pensez donc, c’est de la lave broyée, ça ne coûte pas assez cher pour eux (une quarantaine d’euros la boîte de 100 grammes, et une cuillère à café de poudre deux à trois fois par jour, ça suffit à « nettoyer » l’organisme des métaux lourds en quelques semaines[3]).

Et comme nos pays obéissent au doigt et à l’œil (enfin, « à l’œil », c’est façon de parler) aux labos pharmaceutiques qui ne vendent pas de produits naturels…

 


[1] Dispositif médical : produit destiné à améliorer la santé par des moyens non pharmacologiques.

[2] Les premières recherches concernant les zéolites à clinoptilotite dans la nutrition animale furent réalisées au Japon dans les années 1960, puis en URSS, en Bulgarie, au Cuba, en Tchéquie, aux USA et finalement dans d’autres pays du monde entier. On se sert de la zéolithe, en usage vétérinaire et industriel, pour, en vrac, diminuer les odeurs des litières pour chats, éliminer les moisissures durant le stockage, faire mieux digérer le bétail et les poules, filtrer l’air, nettoyer les étables, prévenir et guérir des pathologies intestinales, purifier l’eau, réduire la production d’ammoniac et accroître la capacité nutritionnelle des aliments en l’incorporant à l’alimentation des animaux d’élevage, … Voyons voir maintenant ce que l’on peut en faire en usage médical pour l’humain…

[3] Un nettoyage des métaux lourds (et des autres saletés) avec la Mégamine/Panacéo, et une cure de débouchage des tuyaux avec la Dihydroquercétine, et vous êtes paré(e) pour vivre longtemps en bonne santé !

 

Bonne fête de fin d’année (on est en plein dedans) !

 

 

 

 

Advertisements