Médicaments inutiles voire dangereux, bis

 

La semaine dernière, je vous annonçais avant mon départ pour la Bretagne qu’un journal allait créer des vagues quelques heures plus tard avec un article sur des médicaments au mieux inutiles, au pire, dangereux, suite à la sortie du « Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux », une sorte de bible du médicament français, les « évangiles » selon Saint Bernard (Debré) et selon Saint Philippe (Even).

 

Il n’y a pas qu’en France que les médicaments chimiques sont sur la sellette. En Belgique aussi.

Test-Achats, l’association belge de consommateurs, a décidé également, voici des mois, de traquer les médicaments « inutiles voire dangereux » en vue de sortir un petit guide – belge – des produits à éviter par les patients.

Les gens de « T.-A. » sont partis du constat que, même si les notices des médicaments sont généralement plus explicites en Belgique qu’en France, le patient belge n’a finalement à sa disposition que très peu d’informations … correctes, fiables et indépendantes.

Pour avoir de l’info sur un médoc, …

–          il y a le médecin et le pharmacien, tous deux généralement habilement manipulés[1] par les laboratoires pharmaceutiques,

–          il y a Internet, où il est difficile de faire la part du vrai et du faux, et

–          il y a … les publicités des labos eux-mêmes, pubs plus ou moins déguisées qui ne disent pas nécessairement « la vérité, toute la vérité, rien que la vérité[2] ».

Et c’est tout.

Il y a bien le CBIP, le Centre Belge d’Information Pharmacothérapeutique, mais ce centre est réservé aux médecins et aux pharmaciens. Et puis, là aussi, on risque de tomber sur de l’information « made in labo pharma », donc une information pas toujours très objective[3]

 

Alors, « T.-A. » veut combler ce vide.

Évidemment, ça ne se fait pas en six mois !

Mais c’est en cours de réalisation.

Depuis des mois, toute une équipe épluche, pour chaque médicament, la littérature scientifique et les études indépendantes (pas celles gracieusement fournies par les labos qui fabriquent les médocs, évidemment), et le tout est recoupé, trituré, analysé, décortiqué, avec l’aide de médecins et de pharmaciens de l’équipe de Test-Achats.

Objectif final : informer objectivement le patient pour éviter qu’il ne soit exposé à des risques inutiles.

Un site accessible à tous devrait être mis sur pied dans les deux ans.

Les études en cours ont déjà pointé quelques produits qui n’ont pas trop leur place dans les armoires à pharmacie de nos maisons…

Je vous donne quelques exemples de médicaments à éviter (vous pourrez ainsi commencer la chasse dans vos armoires) : Actos (traitement du diabète : risque de problème au cœur et de cancer de la vessie), certains laxatifs avec différents composants (Agiolax, Softene, Transitol : risques d’effets secondaires divers), certains médicaments en sprays contre la rhinite et la sinusite (Sofraline, Vibrocil, Sofrasolone, Otrivine Duo : risque de réactions allergiques), certains médicaments oraux contre la rhinite et la sinusite (Cirrus, Rhinosinutab, Rhini-San, Clarinase : risque de troubles du rythme cardiaques, de spasmes, de psychose, d’hallucinations !), certains sirops contre la toux (Longbalsem, Nortussine, Pholco-Mereprine, Saintbois : risque de problèmes respiratoires).

Bonne chasse !

Et rendez-vous dans deux ans, pour une mise à la poubelle massive !

 

 

 

 


[1] Rendons-leur cette justice que, bien souvent, ils croient eux-mêmes à la bonne qualité de ce qu’ils prescrivent/vendent.

[2] Je l’ai mis entre guillemets parce que, évidemment, une publicité mensongère est illégale et donc exceptionnelle sur le marché belge. Les labos s’arrangent pour ne pas dire de « gros mensonges », mais s’arrangent surtout pour « laisser croire » des « fausses vérités ». La pub présente des choses vraies, mais la manière dont c’est présenté laisse supposer des choses qui ne sont pas vraies… Voyez-vous la nuance ? Un exemple désormais classique : les statines qui font effectivement baisser le taux de cholestérol sanguin, ce qui ne sert strictement à rien au point de vue du taux de décès suite à des problèmes cardiovasculaires, alors que tout le monde croit le contraire. Ou, pour vendre du vaccin, on annonce des chiffres de décès dus à la « grippe », alors qu’il s’agit de décès classés dans une catégorie « grippe + pneumonie », ce qui gonfle évidemment les chiffres.

[3] Et c’est un euphémisme.

Advertisements

Une réflexion sur “Médicaments inutiles voire dangereux, bis

  1. Bonjour,

    Je viens de lire votre blog et je lis ceci dans les medicaments à éviter : « la sinusite (Cirrus, Rhinosinutab, Rhini-San, Clarinase : risque de troubles du rythme cardiaques, de spasmes, de psychose, d’hallucinations !), ».

    Cela fait quelques années que je prend « régulierement » du clarinase (ou clarinite) et du cirrus. Clarinase marche super bien sur moi, quand je suis enrhumé au point où mon nez coule tout seul, que j eternue tout le temps. Je prend ca et quelques heures après c est parti. Cirrus pour ce cas là et aussi quand je passe chez un ami qui a des chats étant allergiques. Que me conseiller vous de prendre à la place ? J’aimais bien cirrus pour le coté double effet decongestionnant et anti-allergique. Pour les allergies j’ai deja pris de l’ aerus mais quand je sais à l avance que je vais aller où il y des chats ou de la poussières. Mais quand je suis deja « infecté » c’est pas ce qui me calme le mieux si je me rappelle bien.

    merci d’avance pour votre reponse

    J’aime

Les commentaires sont fermés.