Pilule et voyage

Mesdames, si vous prenez ce que l’on appelle pudiquement « la pilule », et que vous partez en vacances « loin », pensez à effectuer un petit calcul avant de partir.

 

Il existe plusieurs sortes de pilules contraceptives.

Toutes doivent se prendre à heure fixe, mais certaines tolèrent un retard d’une douzaine d’heures, tandis que d’autres ne tolèrent qu’un retard de trois heures !

Qu’en disent les gynécos ?

 

Si vous prenez une pilule micro-progestative (celles qui ne tolèrent que trois heures de retard), évitez autant que faire se peut de prendre votre complément d’hormone à un autre moment qu’à l’heure habituelle.

Donc, quel que soit le décalage horaire, si vous avez l’habitude de prendre votre pilule, comme bien des femmes[1], à 20h (heure de Paris), il vous faudra continuer à la prendre à 20h (heure de Paris), même s’il est 14h à New York, 21h à Ankara, ou 3h du matin à Tokyo.

Petit conseil si vous ne voulez pas perdre du temps à calculer le décalage horaire : gardez sur vous une montre, un réveil ou un GSM, affichant l’heure de Paris, et faites-le sonner toutes les 24 heures afin d’éviter un oubli ou un retard qui pourraient être embarrassants.

 

Si votre pilule accepte un retard plus élevé, jusque douze heures, certains vont vous expliquer que, selon que vous partez vers l’est ou vers l’ouest, selon que vous avez moins, ou plus, de décalage horaire qu’une douzaine d’heures, vous allez pouvoir/devoir, ou pas, continuer à la prendre à votre heure habituelle sans devoir calculer un certain décalage…

Oui, c’est possible…

Mais réfléchissez deux secondes aux perturbations que vous imposez à votre corps.

– Déjà, avec cette pilule, vous donnez à votre organisme des hormones afin de le tromper sur son état. Bref, vous le perturbez par rapport à son fonctionnement normal trois-cent-soixante-cinq jours par an…

– Vous allez partir en vacances, ce qui est à la fois une source de repos – en principe – mais aussi une source de stress et de perturbations pour votre organisme.

– Vous partez « loin », ce qui signifie que vous allez devoir modifier vos habitudes de base (lever, coucher, repas, alimentation, températures, ensoleillement, vêtement, …), soit également une source de stress supplémentaire (et encore des perturbations par rapport à son fonctionnement normal) pour votre organisme.

– Pensez-vous que ce soit une bonne idée d’y ajouter, en plus, un décalage dans les habitudes de la prise d’hormone ? Décalage qu’il faudra recalculer au retour une semaine plus tard… N’est-ce pas une perturbation supplémentaire dont il n’a peut-être pas besoin ?

Certain(e)s gynécos le proposent, mais personnellement, je conseillerais plutôt de garder le même horaire de prise que celui que vous aviez chez vous, et tant pis si vous devez prendre, durant une semaine, votre pilule à des heures « bizarres ».

Avec le même conseil : ayez une montre qui va sonner chaque 24h selon votre heure habituelle de la prise de votre pilule dans votre pays d’origine.

 

Si vous partiez à l’étranger pour plusieurs semaines/mois/années, oui, ce serait intéressant de vous décaler progressivement pour que, au bout de quelques jours, vous fassiez coïncider vos nouveaux horaires de base avec votre ancien horaire de prise de la pilule, pour ne pas devoir vous imposer une prise de pilule en plein jour ou en pleine nuit. Adaptation progressive, ou alors, vous attendez vos prochaines règles pour recommencer ensuite chaque jour à 20h (heure locale) comme dans votre pays d’origine. Mais pour une semaine, est-ce bien utile ?

 

 

Dernier conseil : si vous partez, non pas « loin », mais « très loin », pour un voyage interminable (par exemple, Bruxelles – Sydney : 32 à 45 heures de voyage, avec une ou deux escales selon le plan de vol choisi), n’oubliez pas de prendre en cabine votre plaquette de pilules !

 

médocs

 

Et les autres médicaments ?

Hé bien, ça dépend du médicament et de sa fonction.

Et surtout de son « utilité » ponctuelle.

Je vous explique :

 

– Vous prenez, par exemple, chaque soir, un médicament contre l’hypercholestérolémie.

Bah, ma foi, je pense que si vous continuez à le prendre chaque soir (heure locale), sans tenir compte du décalage horaire, ce n’est pas trop grave… Tout médicament exige en théorie une prise à heure régulière et à un moment bien précis de la journée pour donner toute son efficacité optimale, mais vous n’en mourrez pas si vous retardez de quelques heures la prise de ce genre de médicament qui est censé (… !) agir surtout sur le très long terme.

Faites juste attention de ne pas prendre deux fois le même médicament dans la même journée : un retard n’est peut-être pas très grave mais une double dose de produits chimiques n’est généralement pas à conseiller ! Du temps du Concorde, le risque était bien présent, mais il est vrai qu’aujourd’hui, la majeure partie des compagnies aériennes misent plus sur l’économie que sur la vitesse : les durées des vols sont tellement longues qu’il est rare que vous puissiez voir le soleil se coucher en Europe, puis que vous le rattrapiez pour voir un second coucher de soleil aux USA dans la même journée…

 

– Vous prenez chaque matin un médicament contre l’hypertension.

Même chose, je dirais que vous n’en mourrez pas si, durant une seule journée, vous avez un décalage dans sa prise, mais, bon, un retard de plusieurs heures risque quand même de vous provoquer l’apparition de quelques symptômes (vertiges éventuels, mal de tête, …) dont vous vous passeriez bien.

Demandez éventuellement conseil à votre toubib ou à votre pharmacien : selon les médicaments, vous pourriez (peut-être, ou peut-être pas) prendre une demi-dose pour compenser un décalage d’une demi-journée… Mais c’est loin d’être automatique !

 

– Vous prenez matin, midi et soir un médicament pour soigner votre diabète.

Aïe. Il s’agit de médicaments qui doivent être pris à heures fixes, sinon, vous risquez d’être « mal » si un retard de prise vous amène une hyperglycémie ! Donc, il va falloir calculer pour prendre votre médicament toutes les huit heures, afin d’éviter de trop longues périodes sans médicament : comme pour la pilule contraceptive, je vous conseille de prendre une montre qui indique l’heure de Paris et de la faire sonner toutes les huit heures.

Et si vous devez les prendre, non plus à heures fixes, mais aux heures des repas, il va vous falloir calculer si le décalage horaire ne va pas vous obliger à prendre plus que la dose normale en 24h (vous pourriez, en voyage en avion, être amené(e) à prendre quatre ou cinq repas au lieu de trois en 24h, ce qui signifierait quatre ou cinq prises au lieu de trois !).

Bref, là aussi, il vaut mieux demander conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

 

– Et s’il s’agit de compléments alimentaires, par exemple à base de chrome que vous prenez à chaque repas, durant une cure de trois mois, afin de vous débarrasser de votre envie de sucre ?

Là aussi, il s’agit d’un produit qui agit sur le long, très long terme (trois mois minimum !), et le fait de décaler de quelques heures ne posera aucun problème.

Et si vous prenez ponctuellement quatre doses en vingt-quatre heures au lieu de trois (selon les repas servis en avion), ce n’est pas trop grave. Tant que ce n’est pas une habitude quotidienne…

 

 

 

Bonne vacances !

 

 

 


[1] En Europe de l’ouest, il semble que bon nombre de femmes prennent leur contraception orale à 20h.

Un peu logique quand on y pense bien. L’heure de coucher ou de lever est trop variable pour servir de repère fixe. Et à 20h, on est généralement chez soi.

 

 

 

 

 

 

Advertisements