Des lentilles pour diabétiques ?

 

Ha, oui, c’est bon, ça, des lentilles. Et pas que pour les diabétiques, mais pour tout le monde.

Heuuu, non, aujourd’hui, nous ne parlerons pas de ces lentilles-là…

 

Pas les lentilles à manger, mais les lentilles à porter…

Sur les yeux…

 

Vous aviez remarqué que Google se lançait régulièrement dans tout un tas de projets divers et variés…

Un de ces projets consiste à mettre au point des lentilles de contact pour diabétiques.

Des lentilles « intelligentes » qui calculeraient la glycémie en analysant, une fois par seconde, les larmes présentes à la surface de l’œil.

Et une minuscule LED s’allumerait quand le taux de sucre dépasserait, vers le haut ou vers le bas, les normes.

Lentille

Avantage présenté par Brian Otis et Babak Parviz, de chez Google (je résume leur communiqué) : n’ayant plus besoin de se piquer régulièrement pour connaître leur glycémie, les diabétiques qui porteraient ces lentilles se soigneraient mieux, car bon nombre d’entre eux, aujourd’hui, ne se contrôlent pas aussi souvent qu’ils le devraient.

M’oui, pas mauvaise idée de miniaturiser et de rendre moins invasif le système de contrôle de la glycémie…

En outre, je me dis que, prévenu instantanément d’une variation de son taux de sucre sanguin, un diabétique pourrait réagir avant qu’il ne soit trop tard (je pense par exemple à un diabétique au volant d’un véhicule, qui aurait le temps de se garer – et de consommer rapidement un morceau de sucre – avant que son hypoglycémie ne lui fasse perdre connaissance).

C’est vrai que beaucoup de diabétiques jouent dangereusement avec leur santé… J’en connais…

 

Il y a un autre avantage, non présenté par Google (mais qui va de soi[1]) : avec les trois cent cinquante millions de diabétiques aujourd’hui dans le monde (et l’on prévoit une centaine de millions supplémentaires d’ici 2030), le marché pourrait rapporter gros !

Très gros !

 

Une belle avancée pour les diabétiques, oui, mais…

… mais ne serait-il pas plus intéressant de faire mentir les chiffres ?

Et de ne pas devenir diabétique[2], tout simplement ?

 

Mon troll, tout fier de se vanter de ses pathologies, va encore venir hurler qu’on ne choisit pas de devenir malade.

Ha non ?

Bon, ok, pour certains diabétiques, effectivement, ce n’est pas un choix.

Et c’est sûr que très rares sont ceux qui, en pleine conscience, se disent, un beau matin en se levant, « tiens, et si je devenais diabétique, moi ? »…

Mais quand je vois la manière de vivre de certaines personnes (principalement leur alimentation et le manque d’exercices physiques), il y a de quoi se demander si, finalement, ces gens-là ne cherchent pas inconsciemment à devenir diabétiques…

Surtout quand on se rend compte que, une fois qu’on leur a expliqué en long en large et en travers comment et pourquoi modifier deux-trois petits machins pour éviter le diabète, ils ne changent pas un iota dans leur manière de vivre, et continuent quand même à manger n’importe quoi n’importe comment, et à se vautrer dans leur fauteuil toute la sainte journée !

Mais il y a encore pire (que le futur diabétique qui ne prend aucune précaution) !

C’est le diabétique qui est juste « un peu diabétique », mais qui ne prend aucune mesure pour que ça s’arrange ! Et qui consomme, par exemple (je vous cite l’exemple d’un client), deux à trois boîtes de seize galettes industrielles par semaine, un paquet de caramels mous, quatre-cinq bâtons de chocolat (le plus sucré possible, évidemment, et du chocolat « fourré », pas du noir), deux-trois paquets de biscuits, du pain le moins complet possible avec du Nutella ou de la confiture industrielle, plus de viandes (si possible transformées, les viandes : saucisses, boulettes, …) que de légumes, et qui est incapable de boire une tasse de café s’il n’est pas sucré ! Il y a deux ans environ que je le suis, et je me demande bien à quoi je sers, puisqu’il ne suit aucun conseil (ni les miens, ni ceux de son diabétologue, ni ceux de sa diététicienne, …), et qu’il est passé, en deux ans, de moins d’une quarantaine d’unités d’insuline à injecter quotidiennement, à plus quatre-vingts unités !

Pourtant, je parie que je pourrais faire un peu régresser son diabète s’il daignait m’écouter … un peu… Enfin, tant pis… Je ne peux pas forcer les gens à prendre soin d’eux…

Mais…

Par pitié, à moins que vous ne souhaitiez enrichir Google, les diabétologues, et l’industrie pharmaceutique, ne faites pas comme lui, et faites tout ce qui est en votre pouvoir pour freiner la progression du diabète…

 

 


[1] Jusqu’à preuve du contraire, le but premier de chaque entreprise, y compris Google, c’est, évidemment, de gagner des sous.

[2] Je parle ici surtout des diabétiques de type 2, ceux qui sont devenus au fil du temps insulino-résistants. Les diabétiques de type 1 – les moins nombreux – ceux dont les îlots de Langerhans ne fonctionnent plus et ne produisent plus d’insuline (l’hormone qui sert à faire entrer le sucre sanguin dans les cellules), sont un peu moins concernés, même si des diabétiques de type 2 mal soignés peuvent devenir des types 1…

 

 

 

About these ads

8 réflexions sur “Des lentilles pour diabétiques ?

  1. Salut ô Eric,

    J’espère que ta prière sera entendue, car il est bien vrai qu’il faut parfois peu de choses pour « améliorer » certaines autres choses. Je vais scoopiter ton article pour qu’il ait encore + de chances de rendre service…
    Bien à toi,
    Jean-Louis

    J’aime

  2. Bonjour, Eric
    Je mange des lentilles une fois par semaine …
    Je préfère mes lunettes et, sans médocs, ce matin : 1.13 de diabète !
    Je te souhaite un bon week-end.
    Bisoux
    dom

    J’aime

  3. oh lala, quelle galère, encore une maladie que je n’ai pas, mais comment faire pour être dans le coup, j’ai presque honte!!!!
    Je vais faire des bêtises ce soir et manger tout le paquet de quinoa, des lentilles corail, délicieusement cuisinées, un peu de purée d’amandes blanches sur du pain au sarrasin, un demi avocat arrosé de citron, n’est ce pas de trop…le citron???
    Bon weekend!!!

    J’aime

    • Ha, non, pas le jus de citron, malheureuse ! Ça va tuer le goût de l’avocat (mais, bon, je suis « spécial », je l’avoue : je préfère un n’avocat 100% nature, à manger à la petite cuillère…). :oops:
      Mon souper fut plus simple : purée de carottes, pain, chocolat…

      J’aime

Les commentaires sont fermés.